Mahina : le CJA vandalisé deux fois en une semaine

mardi 3 février 2015

Qui peut bien en vouloir au centre de jeunes adolescents (CJA) de Mahina ? Ce lieu  pour élèves en échec scolaire a été victime de saccages deux fois en une semaine, comme nous l’a raconté sa directrice, Jeanine Farauri. “Je suis déjà passée à la gendarmerie jeudi 22 janvier pour signaler des dégradations, et voilà que jeudi dernier, je découvre les mêmes choses. Sauf que cette fois-ci, les dégradations ont été faites dans les ateliers de travaux pratiques, dans mon bureau et dans la salle informatique où ils ont volé un vidéoprojecteur.”
Comme le mercredi soir précédent, les vandales se sont introduits dans les bâtiments avec effraction. La porte du bureau de la directrice a été forcée au pied-de-biche, tout comme les tiroirs du meuble en bois. “Ils voulaient certainement de l’argent, mais nous ne gardons jamais un franc ici”, assure la directrice. La porte de la salle informatique n’a pas résisté longtemps non plus. C’est là que les voleurs ont dérobé un projecteur qui n’était pourtant pas visible. 
L’atelier cuisine, réalisé en parpaings ajourés, a cédé parce qu’un bras assez long et fin est parvenu à ouvrir le loquet intérieur. 

Tentative d’incendie

Pour aller dans l’incassable salle des frigos, les visiteurs sont passés par les faux plafonds et, après avoir grignoté des biscuits, ont signé sur un réfrigérateur : “3 conbrioleur” (sic). Mais étaient-ils vraiment trois ?
L’intrusion aurait pu tourner à la catastrophe, car les voyous ont mis le feu à des affiches collées sur le mur de la cuisine. Heureusement, les flammes ne se sont pas propagées au bâtiment. Même chance à l’atelier agriculture, où des affiches ont également été incendiées. À l’arrière des bâtiments, les intrus se sont amusés à jeter une touque de peinture sur les murs. En décembre dernier, il y avait déjà eu une intrusion. Jeanine Farauri ne comprend pas cet acharnement qui, cette fois, aurait pu être dramatique en cas d’incendie. 
“Le centre offre une chance aux élèves en grande difficulté. Nous leur offrons une chance d’orientation. Nous sommes la seule structure qui accueille encore des élèves venant de primaire et de collège. Je suis dans l’incompréhension de ce geste.” L’enquête de la gendarmerie de Mahina-Arue a déjà conduit à des auditions. Mais pour l’heure les “3 combrioleur” courent toujours.  

J.-L.M.

      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete