Mahina – Les élèves en week-end avec leur sac à album

    samedi 30 janvier 2016

    Ce week-end, les élèves de la maternelle Fare Va’a sont rentrés chez eux avec chacun un album à découvrir en famille. Une fiche est jointe au livre afin d’expliquer aux parents comment mener cette séance de lecture et évaluer ensuite l’album avec leur enfant. L’objectif de ce projet pilote est de sensibiliser les plus jeunes à la lecture, mais aussi de créer un moment de partage avec leurs parents, pour que ceux-ci s’investissent dans la scolarité de leur enfant.

    Présenté à la pointe Vénus samedi dernier aux parents et aux élus de la commune, le projet de sac à album s’est concrétisé officiellement hier, à l’école Fare Va’a de Mahina, où les enfants sont tous repartis chez eux avec, sur l’épaule, leur musette à livres. Et ce sera désormais comme ça tous les vendredis après-midi.
    Le système est simple. Les 190 élèves de l’école emportent un album pour le week-end, le découvrent avec leurs parents qui font commenter les images pour les plus petits qui ne savent pas encore lire, et enfin, après la lecture, donnent avec l’enfant une appréciation sur le livre. Le lundi, en classe, les enfants échangeront sur leur découverte avec leur maîtresse.
    Ce projet pilote, qui va être suivi de près par la circonscription pédagogique, la commune et le contrat de projets en prévision d’être étendu à d’autres établissements scolaires, a pour objectif de donner à ces jeunes élèves de maternelle le plaisir de lire, d’impliquer les parents dans la scolarité de leur enfant et de créer un lien entre l’école et les familles.

    Une fiche conseils pour les parents

    Hier matin, dans la classe de section des grands de madame Anaïse, les enfants ont reçu les dernières consignes et les explications sur la fiche d’appréciation et la note d’aide aux parents. Cette dernière leur donne quelques conseils pour mener la séance de lecture, qui doit être avant tout un moment de plaisir et de partage. Par petits groupes, les élèves ont pris d’assaut la bibliothèque pour faire leur choix et ont découvert les nouveaux ouvrages acquis grâce à la mobilisation de l’association des parents d’élèves. Si certains se posent encore la question de savoir si les livres font toujours rêver les enfants, grands consommateurs de télé et de jeux vidéo, il suffit de voir les étoiles qui brillent dans leurs yeux lorsqu’ils empoignent les albums. Le livre est encore magique et l’évaluation de ce projet le mettra certainement en lumière en fin d’année.
    Peu avant 14 heures, à la fin des cours, c’est avec une certaine fierté que les élèves ont couru vers leurs parents, en arborant leur petit sac à album.

    J.-L.M.
     

    Vera Chung, directrice de l’école maternelle Fare Va’a : “Le plaisir de lire doit primer”

    Quel est l’intérêt pédagogique de donner des livres à des enfants qui ne savent pas lire ?
    C’est un jeu de lecture avec les illustrations et c’est tout l’art des auteurs qui offrent ces ouvrages variés à nos élèves. Les parents utiliseront les illustrations, pourront laisser parler les enfants avant de leur raconter l’histoire. Cet échange par excellence avec les parents, le grand frère ou la grande sœur favorisera l’enrichissement du vocabulaire. Un guide a été mis à disposition des parents avec des pistes pour savoir comment faire avec son enfant pour lui donner envie d’entrer dans le livre. Car avant tout, le plaisir de lire doit primer.

    Les jeunes enfants comprennent les histoires, juste avec les illustrations ?
    Il va la comprendre, bien sûr, mais à son niveau. Il va l’interpréter selon son vécu, selon son bagage linguistique. Mais le parent sera là pour vérifier certaines hypothèses qui auront été émises à la lecture des images.  

    Les enfants voyagent autour du monde en regardant la télé ou apprennent grâce à certaines applications pour tablette numérique. Alors le livre n’est-il pas un peu démodé aujourd’hui ?
    Il est clair que les outils informatiques et télévisuels prennent beaucoup de place dans un foyer, mais on a espoir que l’outil livre qui entrera dans la maison puisse trouver sa place. Tout dépend de la motivation du parent, de son implication. On va bien voir comment les parents réagissent puisque nous avons déjà prévu des évaluations à la fin du livre, mais aussi des bilans avec l’association des parents d’élèves.  

    Le livre fait-il encore rêver les enfants ?
    Au sein de l’école, bien sûr, il fait rêver, car les enseignantes ont toutes les capacités pour faire entrer l’enfant dans le livre. Mais nous allons plus loin avec, pour finalité, une représentation théâtrale de l’album qui aura été étudié. Les parents, qui seront invités, comprendront que cela découle d’une histoire et l’on espère donc que le livre prendra toute sa place au sein des familles. Et pour montrer que nous apportons aussi une importance à la langue polynésienne, nous proposons des albums en tahitien. Et pourquoi pas, plus tard, en anglais, puisque les sections des grands font de l’anglais.

    Propos recueillis par J.-L.M.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete