Habillage fond de site

Mahina – Le pont de Orofara enfin rouvert

vendredi 13 juillet 2018

L’ancien pont avait été arraché lors des intempéries de décembre 2015. (© Jean-Luc Massinon)

L’ancien pont avait été arraché lors des intempéries de décembre 2015. (© Jean-Luc Massinon)

Pour les amateurs de football, le 12 juillet rappelle la victoire des Bleus en Coupe du monde 1998. Vingt ans après, dans le petit village de Orofara, à Mahina, le 12 juillet résonne comme un triomphe, mais pour une toute autre raison. Point de célébration pour le ballon rond ! Hier, on inaugurait le nouveau pont.

Pour les habitants de l’ancienne léproserie, c’est une délivrance. Car voilà deux ans et demi que l’ancien pont a disparu, arraché dans les intempéries de décembre 2015. Il a fallu attendre mai 2017 pour qu’une passerelle soit installée provisoirement. Les travaux du nouveau pont ont débuté en novembre dernier. Après tant d’attente, c’est en grande pompe que l’on a inauguré le nouveau pont, hier, en présence du président Fritch, de quelques ministres, du tavana et de quelques élus municipaux.

Avant la bénédiction du père Aumeran, la présidente de de l’association Te ui taurea no Orofara, Titaua Manafenuaroa, a rappelé combien l’absence du pont avait été une contrainte pour les villageois qui devaient faire le tour par le cimetière, et avait fait peser une crainte en cas d’intervention d’urgence. Si dans son discours, le maire de Mahina, Damas Teuira, a salué le bon partenariat entre la commune et le Pays, le président Fritch a demandé avec humour aux élus de Mahina “de se calmer” tant l’équipe municipale présentait de projets au gouvernement.

Bientôt un sentier de randonnée Plus sérieusement, Édouard Fritch s’est dit heureux de venir encore à Orofara. Originaire de Mahina, comme d’autres enfants de l’époque, il s’inquiétait de savoir ce qu’était un lépreux, avant de vivre la souffrance des malades de l’intérieur. Car le président n’a pas caché qu’il avait des oncles dans ce village. Si la page de la lèpre est tournée, Édouard Fritch porte une attention à l’avenir de ceux qui sont encore sur place, dont le statut est indéfini aujourd’hui. Et comme le maire, il souhaite que ce village trouve sa voie, peut-être dans l’agriculture sur les terres en amont dans la vallée et plus sûrement dans l’artisanat que les enfants d’anciens malades marquisiens ont fait perdurer.

Orofara aura même bientôt un sentier de randonnée. Large de plus de 6 mètres, et long de 11 mètres, le pont aura coûté 28 millions de francs. L’esplanade, que constituait l’ancien parloir et où avaient lieu les messes protestantes et les rassemblements, a été reconstituée. Il y a des trottoirs et des garde-corps. Les villageois ont même déjà replanté les abords.

 

J.-L.M.

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete