Habillage fond de site

Mahina se penche sur les projets de réhabilitation de l’ancien site militaire

mercredi 14 février 2018

mahina

Des représentants du Pays, de l’État et de différentes institutions pour aborder avec le maire de Mahina des projets de réhabilitation de l’ancien site militaire. (© Désiré Teivao)

Grâce au contrat de redynamisation des sites de Défense (CRSD), la commune de Mahina a à sa disposition un terrain de cinq hectares sur lequel elle peut envisager des projets d’aménagement et de développement économique. Damas Teuira, a donc réuni hier des représentants du Pays, de l’État et de différentes institutions pour aborder avec eux la réhabilitation de l’ancien site militaire du RSMA. Au cours de la réunion, plusieurs projets ont été évoqués, comme la construction d’une salle polyvalente sur l’ancien site militaire, l’aménagement d’un marché de produits agricoles ou encore le développement d’un pôle numérique.

 

“Avec cinq hectares, la commune de Mahina est celle qui dispose de la plus grande emprise foncière des anciens sites militaires”, a indiqué hier Raymond Yeddou, chef des subdivisions administratives des îles du Vent, lors d’un séminaire organisé par Damas Teuira, tavana de Mahina.

En effet, depuis février 2016 et la signature du contrat de redy- namisation des sites de Défense (CRSD), les communes de Mahina, de Arue, de Pirae, de Papeete et de Taiarapu-Est ont la possibilité de reconvertir les anciens sites militaires, selon une vision d’aménagement et de développement économique.

Damas Teuira, avait convié hier des représentants de l’État, du Pays, et de différentes institutions tels que l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), et l’Institut de la statistique de Polynésie française (ISPF) pour confronter leurs points de vue respectifs et les possibilités qui s’offrent à l’ancien site du Régiment du service militaire adapté (RSMA).

La réunion avait ainsi pour but de recenser les besoins pour chacun des secteurs d’activité, et de cibler les priorités du projet d’aménagement d’une zone d’activités mixte alliant développements économiques et équipements publics.

Au bout de trois heures de débats, trois projets se sont détachés. Tout d’abord, la construction d’une salle polyvalente, “où des représentations sportives et culturelles pourront être réalisées”, a précisé Damas Teuira. Avant d’ajouter, “Mahina, au niveau des infrastructures pour accueillir du public est aujourd’hui très mal lotie comparée aux autres communes de l’agglomération du grand Papeete. C’est une demande qui ressort également de nos entretiens avec la population, notamment des jeunes qui réclament un lieu de rencontre et de convivialité.”

 

 

La création d’emploi : priorité des priorités

 

 

Dans un second temps, le projet d’aménagement de la zone pour la transformation des produits agricoles et de leur revente sur place s’est également invité dans les discussions.

Ce qui permettrait aux agriculteurs de la Presqu’île de ne pas se déplacer systématiquement à Papeete pour écouler leurs marchandises.

Enfin, un projet de pôle numérique, avec des start-up implantées sur la zone a aussi été évoqué. La mise à disposition d’ateliers relais pour les entreprises locales, pour désengorger la zone industrielle de Tipaerui, a été également un des sujets majeurs.

L’objectif final de tous ces projets étant la création d’emplois sur la commune, comme l’a indiqué Damas Teuira : “Aujourd’hui, Mahina est une commune principalement résidentielle, qui est obligée de se déplacer à Papeete pour travailler. La population de la commune est majoritairement jeune et nous nous devons de créer un cadre favorable pour eux. Avec l’optimisation de cet espace, on espère créer à terme entre 60 et 80 emplois.”

Il y a deux ans déjà, le premier magistrat de Mahina avait organisé un premier séminaire, où élus de la majorité, de l’opposition et chefs de service de la commune ont rouvert le dossier tech- nique du contrat de redynamisation des sites de défense, afin de définir les priorités du projet qui sera mis en place sur l’ex- terrain du RSMA.

La commune dispose désormais de cinq ans pour mobiliser les fonds du CRSD, qui s’élèvent à près de 10 millions d’euros, et financé par le Pays et l’État. “On ne peut pas pour l’instant donner de dates précises, quant à la réalisation de ses projets, mais nous souhaitons agir le plus rapidement possible, tout en respectant les procédures”, a conclu Damas Teuira.

 

 

D.T.

• Plus d’informations dans notre édition du jour

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Selon vous, quelle troupe remportera le Heiva i Tahiti cette année en Hura Tau :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete