Mahina – Une résidente réclame la mise en place d’un syndic et des règles de bon voisinage

    samedi 26 décembre 2015

    Résidente du lotissement social Atima depuis 1997, et aujourd’hui propriétaire de sa maison, Jasmine n’en peut plus des nuisances sonores de ses voisins. Samedi dernier, à la suite d’une nouvelle bringue et plusieurs interventions des gendarmes, des insultes et des menaces ont été proférées. Excédée par des années traumatisantes, la souffre-douleur du quartier demande à l’OPH la mise en place d’un syndic et l’établissement de règles de bon voisinage.

    Résidente dans le lotissement Atima à Mahina depuis 1997, et propriétaire de sa maison depuis 2008, Jasmine Gnatata pourrait se considérer comme une privilégiée. Ce lotissement social n’est pas un ghetto en fond de vallée, ni un ensemble de “cages à poules”. Les maisons individuelles courent le long d’une crête. Il y a même deux terrains de sport et un boulodrome.
    Tout est d’apparence très calme. Et après une semaine de travail dans l’effervescence de la ville, un week-end réparateur devrait être possible sur ces hauteurs, au grand air.
    Mais voilà, Jasmine et sa famille vivent depuis quelques années dans une tourmente que de nombreux Polynésiens connaissent trop : les nuisances sonores !
    Jasmine a des voisins qui ne respectent pas la tranquillité des autres. Comme partout, ça bringue, mais avec le volume de la sono boum boum à fond. En 2011, une plainte a été déposée, et une tentative de médiation a été engagée avec l’association Te ora hau (vivre en paix). Ça n’a pas duré.

    La musique et le ton montent

    Samedi dernier, un nouvel épisode conflictuel a agité le quartier. Comme le raconte Jasmine Gnatata dans le rapport de plainte déposée à la gendarmerie, tout a débuté dès le matin. Juste en contrebas, dans le garage de ces voisins, la musique a poussé le couple à sortir du lotissement pour aller chercher un peu de calme ailleurs.
    Mais à chaque fois, au retour, la musique semblait toujours plus forte. Peu après 16 heures, n’en tenant plus, Jasmine a appelé la gendarmerie.
    Au téléphone, le soldat l’a invité à aller trouver ses voisins pour leur demander de baisser le volume, et de rappeler si cela ne marchait pas. Vers 17 heures, depuis sa terrasse, Jasmine interpelle la fille du voisin bruyant pour lui demander de modérer la musique. Ce qu’a concédé avec ressentiment la femme du voisin, selon Jasmine.
    Mais à 18 h 40, elle rappelle le “17” car les décibels étaient de nouveau à fond. Jasmine a su attirer l’attention à nouveau de la fille du voisin qui est allée baisser le son.
    Mais là, une voix d’homme a expliqué qu’il n’était pas encore 22 heures. Jasmine rapporte, dans le PV de la gendarmerie, la pluie d’insultes qui a suivi. Un des invités de cette soirée bruyante aurait même fait mine de vouloir lancer une pierre en direction de Jasmine.

    Des menaces qui vont trop loin

    Quand le fourgon de la gendarmerie arrive, le calme revient… Mais seulement jusqu’à leur départ ! Car l’ambiance musicale repart de plus belle et dérape sérieusement désormais. Jasmine rapporte que des invités sont venus sous sa fenêtre lancer des injures et ont invité son mari à descendre pour se faire rosser. Une voix de femme rajoutera même : “haa pohe” (jusqu’à la mort).
    C’est un appel “au secours” que Jasmine pousse en contactant une troisième fois la gendarmerie. Les hommes en bleu sont à nouveau là, avant que le mari de Jasmine n’aille en découdre avec les perturbateurs. Quelqu’un ira dire aux gendarmes que c’est seulement la famille de Jasmine qui provoque ces problèmes dans le quartier.
    Jasmine croit surtout que les autres voisins se taisent pour éviter d’être montrés du doigt à leur tour. Les bringueurs se sont déportés de l’autre côté de la maison. Ce qui n’a atténué que faiblement la nuisance. Reconnaissante envers la gendarmerie, Jasmine a dû tout de même attendre minuit pour que le silence prenne finalement place dans le lotissement.
    Elle ne cache pas qu’elle a un temps envisagé de partir mais, c’est chez elle, à Atima ! Elle a décidé de supporter les récitals, même en semaine, les enfants sous ses fenêtres plutôt que sur le terrain et les aboiements des chiens…
    Elle entend aujourd’hui que l’OPH mette enfin en place un syndicat de propriétaires et que des règles de bon voisinage soient établies… et surtout respectées ! Jasmine ne veut plus avoir à dire en invitant des amis chez elle : “Bienvenue en enfer”.

    J.-L.M.

    lebororo 2015-12-30 12:03:00
    Commentaire très propre de la voisine... ♥
    Voisine de Atima 2015-12-30 11:52:00
    En tant que voisine, où la bringue a eu lieu, j'ai besoin de mettre de la vérité dans ce flot de mensonges... LE MENSONGE M'ENERVE TROP! Super il y a sa photo. Retenez bien LE VISAGE DE LA VRAIE VOISINE DE L'ENFER JASMINE GNATATA!
    1- Faux, les bringues ne sont pas quotidiennes mais annuelles. Oui chez nous c'était la 1ère de l'année 2015, un samedi après midi pour remercier tout ceux qui nous ont aidé pdt le deuil de ma mamie une semaine plus tot. Donc ses soit disant "sinceres condoléances"... c'était faux aussi!
    2- Faux le bruit n'était pas insupportable. L'objet en question était un bose basique et non un méga boum boum comme elle donne l'impression avec je cite "n'en tenant plus". Les voisins en face et à coté de chez nous n'entendaient même pas la musique, on a demandé. Et même les gendarmes ne trouvaient pas que c'était fort. En gros, c'est la seule à avoir vraiment entendu la musique et qui s'est plainte. On s'entend bien avec nos autres voisins, ils nous l'auraient dit si ça dérangeait. Pi parce qu'ils sont comprehensifs et par respect pour le deuil qu'on a subi, 'ils étaient d'accord de nous laisser nous amuser pour changer des pleurs et du désespoir... Pi c'était notre seule bringue de l'année après tout...
    3- Faux le bruit des enfants qui jouent n'est pas insupportable. Tous les enfants du quartier peuvent venir s'amuser devant notre portail, que ça ne nous a jamais dérangé. Et c'est sécurisé. On se connait tous, on roule tous lentement dans notre quartier. C'est encore la seule qui se plaint. Pire à une époque elle leur jetait des cailloux... Aucun enfant n'a été blessé heureusement sinon on aurait porté plainte! Et cet aprem encore, elle a appelé les gendarmes pour des enfants qui discutent sur la grande pelouse qui nous sert de trottoir... Les gendarmes sont passés, ont discuté avec les enfants, leur ont dit de rester où ils sont et sont repartis. Oui un trottoir c'est public et les gendarmes ont mieux à faire. BONJOUR LE HARCELEMENT !
    4- La seule chose de vrai ce sont les insultes. Mais elle nous a tendu la perche. Comment qq1 de sensé peut rester calme quand il vient de perdre un etre cher, est effondré, boit et écoute de la musique entre famille et amis pour noyer son chagrin pdt la seule bringue de l'année un samedi aprem alors que la seule voisine qui cherche tjrs des problemes et que tout le quartier déteste vient raler pour le bruit qu'elle est toujours la seule à trouver insupportable? Comment rester calme? Les insultes elle les a cherché et elle nous a répondu aussi avec des insultes dc...
    BIENVENUE DANS L'ENFER DE VIVRE AVEC UNE VOISINE PAREILLE !
    LA PAIX DANS LE QUARTIER ON L'AURA TOUS QUAND ELLE PARTIRA!
    Sinon bien le journaliste de la dépêche d'interroger une voisine sur 30 dans le quartier. Il aurait frappé à toutes les autres portes, que la vraie version aurait été publiée. Pfffff
    écoute le coq qui chante 2015-12-28 20:20:00
    madame jasmine votre histoire ne tournée pas rond on regardons les commenter de ma famille c''est eux les victimes avec les enfants et les cailloux que ton mari leur jeter et que tu nier on cherchons un prétesque qu''il jetait sur un chat.
    Tauturu Ia'na 2015-12-28 14:09:00
    Nous sommes avec toi, Mina, allez fonce, c'est pour le bien de tout le monde, et les autres qui se cachent derrière...... donnez un coup de pouce à notre Mina.
    bass ass 2015-12-28 06:53:00
    Respect the BASS !!!
    MOOREA56 2015-12-28 06:40:00
    La réponse "il n'est pas 22 heures" . Il est complètement faux que le bruit est autorisé jusqu'à 22 heures. Le bruit n'a pas d'heure.........Cette règle des 22 heures vient d'un horaire de tolérence. . Renseignez vous ,.De ce fait ,les hommes de loi 'se doivent d'intervenir à n'importe quelle heure et d'en informer les perturbateurs . Il est évident que le mieux c'est de trouver une entente afin de créer le "mieux vivre ensemble". Mais là ce n'est pas toujours facile.
    lebororo 2015-12-27 16:59:00
    Je préfère l'ancien temps...
    La musique était bien traitée surtout pour du local avec des instruments locaux.
    100% "polynésien", on buvait et on chantait aussi... tout le monde accepté et tout le monde "content".
    Même toute la nuit, mais ce n'était pas tous les jours...
    Moi de Sainte-Amélie à l'époque, je pouvais entendre beaucoup de parties, mais super à écouter! ♥♥♥
    atima by night 2015-12-27 16:10:00
    Ouuuueh moi qui a grandi labas mais qui y retourne de temps en temps, pour vous dire que lorsqu''on descend à pied et on me dit "chuuuut ne parle pas trop fort devant chez les Gnatata, on va te crier dessus" chok et qui abuse là!!!? Bref bon combat!
    E MEA 2015-12-27 14:55:00
    mea ma un peit effort pour LOR TOGRAFE ...
    Mua.mu 2015-12-27 11:28:00
    Moi g viens de ces bâtiment cage à poule....g suis partie en partie pour ça ........vous savez pas comment c de vivre avec des sauvages moi g viens d un milieu plus k modeste mais effectivement m a appris le respect envers autrui on fait la fête .....mais arrive à un certain âge ça devient horrible.....bringue enkore ça passe...bouboum et enfants ki hurlent sous vos fenêtres et pas les leurs abominable contrairement à nous apparement ils ont des aires de jeux.......c vré kon g rentre moi g v us le minimum ...on ne s entends même plus penser....c dingue....on diré ils sont tous seuls....ou g vivait tous les jours 24/24.....j'avais des envie de meurtre si tu vas pas ils continuent tu peux faire komssi tu les entends pas mais il y a des limites.....kon même arrêter la.....fiu...nae tera ia mutioi....okay exceptionnellement une okaz......okay mais iena ila abusent grave ...non fo pas laisser faire ...non.......en face où on habite maintenant ia un maau ki a essayer il a rien compris kon les mutoi...sé sont pointer la il s est calme faites la fetes mais pensez k vous êtes pas tous seul et le 31 la okay normal....arrivée ra à un moment tamaru.....koooooooolos ...voilà bone journee
    GNATATA Jasmine 2015-12-26 23:03:00
    Atima city, lisez bien l''article ; ai-je dit que la fête est au quotidien ? Un fait s''est passé. Vous n''êtes pas du même quartier donc ne jugez pas ! La mise en place du syndic fera appliquer les règles régies par un cahier des charges.
    tevalou 2015-12-26 21:02:00
    je propose d'envoyer Teddy Rinner pour aller expliquer le respect a ces voisins pas sympa
    Atima city 2015-12-26 19:34:00
    Je suis également residente de atima mais pas du même quartier, je trouve cela un peu abusé lorsque Mme jasmine dit que c''est quotidiennement que ses voisins font la fête, il ne faut pas exagérer.
    GNATATA Jasmine 2015-12-26 19:17:00
    Atima Street, 2 aires de jeux sont mises à la disposition des enfants. Vs les laissez jouer sur la route ? quelle sécurité ! Et incités surtout par vous, parents, pour nuire à notre tranquillité pendant que vous êtes au calme chez vous. A FA''''ATURA !
    GNATATA Jasmine 2015-12-26 19:15:00
    Atima Street, 2 aires de jeux sont mises à la disposition des enfants. Vs les laisser jouer sur la route ? quelle sécurité ! Et incités surtout par vous, parents, pour nuire à notre tranquillité pendant que vous êtes au calme chez vous. A FA''ATURA !
    Tati Salmon 2015-12-26 19:11:00
    Je soutiens Jasmine dans sa demande de faire respecter le calme dans son quartier. Mes parents m'ont toujours appris que quand on voulait faire la fête et risquer de déranger les voisins, il fallait les prévenir quelques jours avant, en toute convivialité. Ils nous apprenaient aussi à modérer nos cris et éviter les jeux trop bruyants, toujours dans le respect de chacun. Quand aux insultes, menaces et attitudes déplacées, c'était même pas la peine d'y penser, on avait rapidement droit auxs "caresses" d'une branche de 'auti. Allez OPH ma, il faut se bouger!
    lebororo 2015-12-26 18:36:00
    Il faut respecter nos voisins, ce n'est pas nouveau...
    On est toujours invité quand c'est "propre" et célébration.
    Faîtes venir les parents pour écouter si c'est "propre" ♥
    spiderman 2015-12-26 18:29:00
    comment ça se fait que les gendarmes n'ont pas confisqué le matos?
    Gnatata no rairoa 2015-12-26 18:10:00
    Vous pouvez pas comprendre. Venez habitez là ou ils vivent. Attendez d''être vieux vous allez comprendre.
    atima street 2015-12-26 16:09:00
    lol cest un gros lol cest vraiment abuzé de la part des gnatata vraiment meme les enfant non meme plus le droit de jouer tranquillement dans le quartier mes ou en va la les enfant sont chez eux osi cest du jolie vraiment
    Sylvie 2015-12-26 12:40:00
    Tout les jours eh ben mea rahi tera ils sont actionnaires à Hinano occasionnellement ça passe et les bringues c''est mieux que les boum boum
    lebororo 2015-12-26 11:09:00
    une journée exceptionnelle est "acceptée" mais tous les jours pas très "sain"
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete