La mairie fait appel à Technival pour valoriser ses déchets

    vendredi 12 août 2016

    dépotoir

    Le broyeur utilisé par Technival peut traiter jusqu’à 100 m3 de déchets végétaux par heure, permettant ainsi d’obtenir des résidus de 0 à 20 cm de long. (Photo : Élénore Pelletier)


     

    Fini le dépotoir, la commune se met au vert

     

    Ça y est, le dépotoir de la commune de Punaauia est officiellement fermé depuis le mois de juin. Situé dans la vallée de la Punaruu, cela faisait déjà plusieurs années que les déchets ménagers n’y étaient plus enfouis et le dépotoir servait alors exclusivement à stocker et brûler les déchets végétaux de la commune.

    Malheureusement, le tri n’était pas toujours respecté par les administrés et on se retrouvait à brûler parfois autre chose que des déchets verts. Or, depuis quelques années maintenant, la commune s’est inscrite dans une démarche de développement durable. Aujourd’hui, il y a trop d’entreprises qui travaillent dans la vallée et qui brûlent leurs déchets de toute sorte. De notre côté, nous voulons protéger notre vallée, la réhabiliter et faire en sorte que tous ces feux qui polluent l’environnement cessent. Pour cela, il fallait que la commune montre l’exemple. En effet, on ne peut pas dire aux autres ce qu’ils doivent faire ou ne pas faire si nous-mêmes ne montrons pas l’exemple. Et cela passait par la fermeture de notre dépotoir et la réhabilitation de nos propres entrepôts où se trouvent nos services techniques”, explique-t-on à la mairie.

    Le dépotoir fermé, la mairie a donc décidé de faire appel à une entreprise extérieure, Technival, pour valoriser et transformer ses déchets végétaux en compost.

    Situé dans la Punaruu, le site exploité par Technival accueille chaque mois 2 500 à 3 000 m3 de déchets végétaux, ce qui lui permet ainsi d’obtenir entre 250 et 300 m3 de compost.

    Il y a deux sortes de collectes : toutes les semaines, les mardis et jeudis, ce sont les végétaux en sacs poubelles et déposés par les administrés devant chez eux qui sont récupérés.

    Comme on fabrique du compost, le plastique, c’est notre ennemi, donc on est obligé d’ouvrir un par un les sacs avant le broyage. Deux personnes sont préposées à cette tâche”, explique Jean-Paul Peillex, directeur général de Technival.

     

    Jusqu’à 100 m3 de déchets végétaux par heure

     

    Les autres jours, le camion de la mairie se rend dans un quartier défini pour ramasser les déchets laissés en vrac sur le bord de route par les habitants (un seul passage par mois dans chaque quartier).

    Quand les déchets arrivent, on fait un tri parce qu’il y a toujours quelques polluants dans les déchets verts et les agents communaux, lorsqu’ils les ramassent, ne voient pas forcément qu’au milieu des végétaux collectés se trouve aussi un fer à béton, une perceuse hors d’usage, une vieille tondeuse… Alors, on est obligé de faire un tri grossier. On fait ça pour protéger notre broyeur et pour améliorer la qualité du compost”, précise Jean-Paul Peillex.

    Le broyeur utilisé par Technival peut traiter jusqu’à 100 m3 de déchets végétaux par heure, permettant ainsi d’obtenir des résidus de 0 à 20 cm de long. Les végétaux ainsi broyés sont acheminés sur le site de compostage de la société, situé à la Presqu’île.

    Puis au bout de six mois, ils sont affinés, tamisés puis mis en sac pour être vendus en supermarché, ou vendus directement en vrac aux professionnels. Chaque mois, 12 m3 de compost et 30 m3 de sciures et copeaux sont rétrocédés à la commune de Punaauia, pour l’entretien de ses jardins et autres espaces communaux.

    Bien sûr une telle opération a un coût : la bagatelle de 24 millions de francs chaque année, mais la commune se veut exemplaire pour mieux lutter contre l’incivisme de certaines entreprises et administrés qui polluent la vallée de la Punaruu, avec des dépôts sauvages ou des brûlages de déchets polluants.

     

    É.P.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete