Habillage fond de site

Maltraitance des matahiapo – Une victime sort de son silence

mardi 16 janvier 2018

Matahiapo personne âgée maltraitance

M.K. dénonce la maltraitance dont sont victimes nombre de personnes âgées et vulnérables. (© Catherine Quiniou/LDT)

Les violences conjugales font régulièrement la une de l’actualité à Tahiti. Il existe une autre forme de maltraitance dont on parle nettement moins, à savoir la violence envers les personnes âgées et vulnérables au sein du cercle familial. Le sujet demeure encore tabou et les victimes ont souvent peur de parler.

M.K. a pris la décision de sortir du silence afin de témoigner haut et fort des souffrances qu’elle endure au quotidien.

Cette veuve, retraitée, âgée de 60 ans, vit avec sa fille fa’a’amu, le compagnon de celle-ci et son petit-fils. Elle souffre de plusieurs pathologies graves, mais c’est elle qui s’occupe de son mo’otua et qui fait le ménage et la cuisine.

M.K. explique que la cohabitation avec sa fille est très difficile. L’alcool et le paka n’arrangent pas les choses et les violences au sein du couple sont également monnaie courante.

“Ils me disent sans cesse des grossièretés. J’ai l’impression qu’ils veulent me rendre folle mais ils n’y arriveront pas”, confie la sexagénaire.

Le 12 décembre dernier, les choses ont dégénéré. Fatiguée après une rude journée, M.K. demande à sa fille de préparer le repas du soir. Une dispute s’ensuit.

Le lendemain, c’est l’ami de la fille qui s’en prend physiquement à la sexagénaire. “Il m’a poussée violemment à terre, c’est tout le côté gauche qui a pris.”

Les examens médicaux ont effectivement révélé des hématomes importants. M.K. s’est rendue à la gendarmerie pour porter plainte. L’agresseur est convoqué au tribunal le 31 mai.

En attendant, la retraitée vit dans la peur et craint également pour son petit-fils.

“Ce que je veux, c’est qu’ils partent tous les deux de chez moi. Je veux pouvoir vivre tranquillement, avec mon mo’otua, dont je m’occupe depuis qu’il est bébé. Je sais bien qu’il y a d’autres personnes âgées qui sont dans la même situation. Beaucoup n’osent pas parler. Aujourd’hui, il n’y a plus du tout de respect envers les matahiapo. Je trouve que nos problèmes ne sont pas pris en compte, nous n’avons pas assez de considération. À mon avis, la loi ne nous protège pas suffisamment.”

 

De notre correspondante C.Q.

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Selon vous, quelle troupe remportera le Heiva i Tahiti cette année en Hura Tau :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete