Habillage fond de site

Mama Tina, la mémoire vivante de Mara’a

lundi 18 septembre 2017

mama tina

Mama Tina a 70 ans aujourd’hui et ne compte pas s’arrêter de gérer son snack. (© Charles Taataroa)

Elle est connue dans ce quartier de Paea pour son délicieux casse-croûte fait maison. À 70 ans aujourd’hui, mama Tina a conservé cette popularité pour ce savoir dont elle maîtrise parfaitement la conception.

Son vrai nom, Tina Faarahia qui veut dire en tahitien “réveillé”, elle estime bien le porter car, dit-elle, n’est pas du genre à dormir sur son travail. 

Son métier, elle l’a appris sur le tas et, au fur et à mesure, elle s’est améliorée. Les enfants, les agents de service de l’école de Mara’a, mais aussi les chauffeurs et convoyeurs de bus la connaissent  bien.

Même si le coût de la vie a augmenté, ces dernières années, elle n’a pas non plus changé les prix des repas qu’elle fournit. Son casse-croûte coûte toujours 100  F et mama Tina ne pense pas, un jour, le changer.

“J’ai maintenu ce prix pendant des années. Tout ça est en rapport avec les enfants du quartier, explique-t-elle. Beaucoup sont issus de familles défavorisées. Et je les connais, en plus.”

Même si les prix qu’elle pratique ne dépassent pas 100 F, mama Tina avoue qu’elle parvient malgré tout à rentrer dans ses frais. Elle réinvestit tout de suite dans l’approvisionnement de son snack.

 

“J’ai encore la force”

 

Son petit commerce, elle l’a commencé en 1983 avec un petit local construit en pinex et tôles. Progressivement, elle a mis de l’argent de côté, ce qui lui a permis de bâtir un tout nouveau snack, en 1995, avec les normes d’hygiène qui s’imposent.

Au début, Mama Tina travaillait un peu partout, à Paea et dans les communes avoisinantes, et exerçait le métier de femme de ménage chez des particuliers. Elle a travaillé pendant plus de 30 ans jusqu’à sa retraite.

Par la suite, elle s’est consacrée pleinement à la gestion de son snack jusqu’à aujourd’hui.

À la question de savoir si elle pense plus tard passer le flambeau à ses enfants ? Elle se contente seulement de dire : “Tant que je suis encore en bonne santé, il n’y a pas de raison de ne pas continuer. Au contraire. J’ai encore la force et l’énergie pour de nombreuses années encore. Après, les enfants prendront la relève.”

Dans son quartier, mama Tina est également connue pour sa gentillesse et sa simplicité. Elle est avant tout une mémoire vivante du quartier de Mara’a. 

C.T

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Selon-vous, qui sera élue Miss Tahiti 2018 ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete