Habillage fond de site

Manipulé par son amoureuse, il frappe le véritable conjoint à coups de pelle

vendredi 3 novembre 2017

“Je veux aller porter ma peine à Nuutania”, a affirmé l’amoureux déchu. (© Florent Collet)

“Je veux aller porter ma peine à Nuutania”, a affirmé l’amoureux déchu. (© Florent Collet)

Le coup de foudre et ensuite des coups de pelle : ainsi se résume l’affaire de M.T. jugé en comparution immédiate. Tout commence par un coup de fil.

Une jeune femme se trompe de numéro et tombe sur M.T.. Le courant passe bien, c’est le coup de foudre. L.C., la vahine, explique s’être séparée de son conjoint depuis plusieurs mois et veut rejoindre M.T. à Arutua, où il travaille dans une ferme perlière.

Cinq jours après s’être connu, le couple emménage aux Tuamotu. Sauf que la rupture de madame est bien plus fraîche qu’annoncée. Après 17 ans de vie commune et un enfant de 16 ans, cela ne fait que quelques jours que L.C. a annoncé à M.C. qu’elle souhaitait prendre du recul dans leur relation.

Ne pouvant joindre la mère de son fils pour organiser l’anniversaire de leur enfant, M.C. tente de se rendre dans la famille de M.T. à Teahupoo, où il apprend que le couple fraîchement formé a déjà pris le large pour les Tuamotu.

Sur place, L.C commence à déchanter rapidement et ne s’entend plus avec M.T. et compte rentrer revivre avec M.C.  à Moorea. Mais elle n’a pas la franchise d’expliquer les choses ainsi.

À M.T, elle explique qu’elle doit assister en tant que victime de violence au procès de son mari à Papeete.

De retour à Tahiti, elle s’installe donc de nouveau avec M.C. en lui expliquant que son amour des Tuamotu n’avait pas toute sa tête. Sauf qu’elle ne tient pas le même discours à ce dernier en l’appelant tard le soir, de crainte explique-t-elle d’être maltraitée par M.T.

“Elle est victime, mais elle n’a pas été très franche avec vous et a joué sur les deux tableaux. Elle a joué avec vous”, commente le juge à M.T., qui décide pourtant d’aller à Moorea.

“Je ne supporte pas qu’on lui fasse du mal. J’y suis allé pour la protéger”, explique le jeune homme. Il parvient à obtenir l’adresse du couple et arrive à leur domicile à la tombée de la nuit. Il s’empare d’une pelle. Aux questions du juge, qui souhaite savoir quelles étaient ses intentions, les réponses sont troubles.

“C’est normal que j’étais dans cet état-là”, “J’avais la haine”, “Je voulais taper en premier pour ne pas me faire tuer”,  a-t-il successivement dit à la barre, devant les enquêteurs. Il avait même expliqué vouloir “le tuer”.

Armé de la pelle, il entre donc dans la maison, où le couple s’est endormi. Le réveil de M.C va être douloureux. “Quand j’ai pris les coups, j’étais dans mon rêve, j’ai cru que je me prenais un mur”, explique le solide gaillard, dont le crâne porte encore de larges cicatrices. Il s’en sortira avec cinq jours d’ITT, mais ne sera pas le seul à essuyer des coups de pelle.

À la grande stupéfaction de M.T., L.C. ne l’accueille pas en héros venu la sauver, mais défend M.C. et se retrouve elle aussi blessée. Opérée hier, elle n’était pas présente à l’audience, au grand regret des magistrats.

“Elle a menti aux deux. Elle les a fait tourner en bourrique, mais le mensonge, la trahison ou briser les cœurs n’est pas un délit pénal et on ne débarque pas chez les gens, la nuit, pour les massacrer à coups de pelle”, a ainsi estimé le procureur, avant de requérir une peine d’un à deux ans de prison dont six mois ferme.

L’avocate de M.T. explique que “dans sa tête, la femme de sa vie, était séquestrée et était en danger de mort”. “Elle a manipulé un homme qui était prêt à tout.”

Sans casier et avec un emploi dans les îles ne mettant pas en danger les victimes, elle a demandé qu’il n’écope pas de prison ferme pour retour à Arutua.

“Vous voulez retourner sur votre atoll ?”, l’interroge le juge, avant d’aller délibérer. “C’est vous qui décidez, monsieur le juge”, lui répond M.T.

“Mais vous voulez retourner sur votre atoll ou aller à Nuutania pour accomplir votre peine”, insiste le juge.

“Je veux aller porter ma peine à Nuutania.” Il a été entendu. Condamné à 18 mois de prison dont 15 avec sursis, assorti d’un mandat de dépôt, il est parti purger ses trois mois à Nuutania. 

F.C.

 

 

565
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Le Pays a lancé l'opération "plage propre", vous sentez-vous concernés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete