Habillage fond de site

Le marché de l’emploi encore difficilement accessible aux personnes handicapées

mercredi 26 avril 2017

 Journées polynésiennes du handicap à la présidence

La présidence accueille jusqu’à demain les Journées polynésiennes du handicap. (© Claire Allavena)


Les Journées polynésiennes du handicap se déroulent à la présidence jusqu’à demain. L’occasion de dresser un bilan sur l’éducation, les transports, l’insertion professionnelle et la réglementation, avec comme thème transversal l’accessibilité. L’insertion professionnelle, notamment, reste difficile pour les handicapés, malgré une loi d’obligation d’emploi promulguée il y a dix ans.

Dix ans déjà que le Pays a adopté une loi portant sur l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés pour les entreprises de plus de 25 salariés. Les Journées polynésiennes du handicap, qui se déroulent jusqu’à demain à la présidence, sont l’occasion de faire le bilan sur le texte voté en 2007 (lire ci-dessous) et difficilement applicable en 2017. À cette occasion, 25 associations animent différents stands pour montrer l’étendue du savoir-faire des personnes handicapées.

S’il n’est pas facile, en ces temps de crise économique, de trouver un emploi, la tâche est d’autant plus ardue pour les personnes porteuses de handicap. Leur intégration, véritable parcours du combattant, n’est pas freinée par le seul problème économique, selon Cyrille Dubois, chef de projets à la Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME), qui représente et défend les intérêts des employeurs auprès de différentes institutions et organismes polynésiens.

 

“Beaucoup de choses à améliorer”

 

“Il y a beaucoup de choses à améliorer. L’insertion des personnes handicapées, c’est une réelle problématique. Avant même de parler de formation, il faudrait parler de compétences”, défend-il.
Avant de poursuivre : “Il faut connaître les aptitudes réelles des personnes à insérer de façon à pouvoir présenter aux chefs d’entreprise de réels bilans de compétences pour qu’ils puissent se projeter, et que tout le monde s’y retrouve. En l’état actuel, on ne peut pas faire de l’insertion de qualité. Il faut s’organiser et donner une chance réelle aux personnes handicapées de pouvoir être insérées et aux entreprises de pouvoir les insérer.”

Des propos que le directeur du travail, Rémy Bréfort, préfère tempérer. “L’obligation d’emploi (de personnes handicapées) pour les entreprises de plus de 25 salariés en 2015 correspondait à 318 emplois à temps plein. Or, si on prend l’ensemble des entreprises concernées, elles employaient réellement 361 salariés handicapés. Donc on a plus que l’obligation, sauf que le chiffre n’est pas réparti de façon égale partout.”
Un bon chiffre, certes, mais qu’il faut modérer. Le taux initial de 4 % obligatoire de travailleurs handicapés dans les entreprises de plus de 25 personnes a
été abaissé à 2 %, à cause d’un manque de travailleurs handicapés, selon les entre-prises.

Cette problématique sera traitée et analysée lors de ces Journées polynésiennes du handicap, qui visent à rassembler les différents acteurs de la Polynésie française et à aborder des thèmes essentiels : l’éducation, les transports, l’insertion professionnelle et la réglementation, afin d’établir un diagnostic de la situation polynésienne et de mutualiser les initiatives.

 

Claire Allavena

Capture d’écran 2017-04-26 à 09.58.34

 

Capture d’écran 2017-04-26 à 09.59.53

 

Orianne Obrize
68
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Le Pays a lancé l'opération "plage propre", vous sentez-vous concernés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete