Marine Le Pen lance « un appel » aux « patriotes sincères

    dimanche 23 avril 2017

    minardi aliot

    Au fenua, les partisans du Front national sont ravis. Éric Minardi (à gauche), leader Te Nati Bleu Marine est satisfait du score du FN en Polynésie française. (© archives LDT)

    Marine Le Pen, Front national, qualifiée pour le second tour de l’élection présidentielle face à Emmanuel Macron, En marche a jugé ce dimanche matin, le résultat du premier tour « historique« , indiquant qu’une « première étape est franchie ».

    Le second tour sera le choix entre « la grande alternance » et « la dérégulation », a-t-elle affirmé dans une déclaration de moins de cinq minutes prononcée depuis son fief d’Hénin-Beaumont. « Vous avez reposé sur moi désormais la responsabilité immense de la défense de la nation française, de son unité, de sa sécurité, de sa culture, de sa prospérité et de son indépendance », a encore affirmé Marine Le Pen, exprimant sa « plus profonde gratitude » à ses électeurs.

    Selon elle, les Français devront désormais choisir entre « une dérégulation totale, sans frontières et sans protections », et « la France, des frontières qui protègent nos emplois, notre pouvoir d’achat, notre sécurité, notre identité nationale ».

    La « grande alternance » qu’elle propose est celle qui mettra au pouvoir « d’autres politiques, d’autres visages », a-t-elle encore affirmé. Attaquant Emmanuel Macron, elle a estimé que « ce n’est évidemment pas avec l’héritier de François Hollande et de tous les échecs de ce quinquennat catastrophique que cette alternance tant attendue viendra ». 

    La candidate du Front national a lancé « un appel » aux « patriotes sincères » pour « sortir des querelles périmées, des a priori et des ressentiments ».

    De son côté, Jean-Marie Le Pen, son père, qui était au second tour de la présidentielle en 2002 face à Jacques Chirac, a annoncé qu’il appellerait le 1er mai à se rallier à sa fille Marine face à Emmanuel Macron, qu’il a qualifié de « candidat du système ».

    Interrogé par BFM TV, il a reconnu qu’en 2002, lorsqu’il avait accédé au second tour face à Jacques Chirac, il avait été un candidat « beaucoup plus clivant que Marine » Le Pen. 

    « Je pense que si les Français ont les yeux ouverts au deuxième tour, ils ont la possibilité de lui faire confiance et d’en faire la présidente contre un candidat mystérieux (..) qui avance masqué et souriant », a ajouté l’ancien patron du FN.

    Il a annoncé que lors du rassemblement organisé par son parti le 1er mai, il allait « s’exprimer comme citoyen au nom de milliers, voire de centaines de milliers, de Français pour rallier la candidature » de Marine Le Pen. Selon lui, Emmanuel Macron « a pu tromper un certain nombre de gens, mais après notre petite réunion et le défilé du 1er mai et le discours que je prononcerai place des Pyramides, il aura quelques soucis à se faire pour maintenir son image de rassembleur ».

    Interrogé sur l’afflux de soutiens à Emmanuel Macron pour faire barrage à Marine Le Pen au deuxième tour dont l’appel de François Fillon, Jean-Marie Le Pen a indiqué: « Cela ne m’étonne pas de voir le système se rassembler derrière son véritable candidat ».

    « Même si c’était déguisé, c’était M. Macron qui est quand même ancien ministre de M. Hollande et de M. Valls », a lancé Jean-Marie Le Pen, en assurant que « tout ceci devra être disséqué et j’espère le faire le 1er mai, après le défilé de Jeanne d’Arc qui sera le 40e de son espèce ».

    Au fenua, les partisans du Front national sont ravis. Éric Minardi, leader Te Nati Bleu Marine est satisfait du score du FN en Polynésie française.

    Avec 32,5% des voix, Marine Le Pen arrive en deuxième position, en Polynésie française, derrière François Fillon qui enregistre lui 35,28%.

    Lors de son passage sur Polynésie 1ère ce matin, Éric Minardi s’est dit «  très heureux des résultats enregistrés » tant sur le plan national que local.

    Il a d’ailleurs rappelé que localement, « avec 5 000 voix en 2012, le Front national était arrivé troisième localement, face à des grands partis, soutenus par le Tahoera’a et le Tavini. Et aujourd’hui, il arrive en deuxième position,  halleluia ! ».

    Il s’interroge aujourd’hui sur la position du candidat adverse Emmanuel Macron, candidat qu’il qualifie de «  mondialiste qui va ouvrir les frontières ». «Il va quand même falloir aujourd’hui qu’il nous explique où il est : à droite, à gauche, au centre ? ». Il espère aujourd’hui que « les électeurs de droite qui ont voté François Fillon au premier tour vont se réveiller et ne vont pas reprendre le « bébé » de François Hollande qui a gouverné avec lui ».

    Il a rappelé que le soutien du Tahoera’a à Marine Le Pen, « ce n’est pas que Gaston Flosse, tout seul », mais l’ensemble des électeurs du Tavini et a appelé les Polynésiens « à ne surtout pas voter pour Emmanuel Macron. Il ne connaît pas les outre-mer, il ne connaît pas la Polynésie, il a des propos incroyables sur la colonisation, en disant que c’est un crime contre l’humanité. ( …) Il n’a aucun programme établi en Polynésie française comme Marine Le Pen a pu le faire ».

     

    AFP et EP

     

     

     

     

     

     

     

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Recensement : Êtes-vous prêt à répondre à toutes les questions même intime malgré une garantie de l'anonymat ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete