Habillage fond de site

MARQUISES – Tuhiva, un tiki géant tourné vers l’avenir…

lundi 22 mai 2017

marquises tuhiva

Portrait de l’équipe de gauche à droite : Maliki Tuatini, Gregorio et Teve Tehatiu. (Photo : J Girardot/LDT)


Après plus d’un mois passé à Ua Pou à la rencontre des habitants de cette île incroyable de beauté et de richesses naturelles, Aline et Julien ont quitté le mouillage bienveillant de la baie de Hakahau pour mettre le cap sur Taiohae, à Nuku Hiva. Vingt-cinq milles nautiques de navigation nocturne sous un délicieux ciel étoilé, décidément bien timide ces trois derniers mois !
Dès leur arrivée, quelle surprise d’apercevoir un tiki géant surplombant la baie ! La curiosité a poussé Aline et Julien à mener leurs pas jusqu’au pied du monument où ils ont rencontré Gregorio Grand-Midi, artiste décorateur surprenant et pour le moins extravagant, à en juger par les proportions et autres atouts du tiki en question, un hommage à la culture marquisienne et à la femme.

“Mais qu’est ce que c’est que ce truc là-bas ??! Regarde, comme une grande statue…”

Nous arrivons au mouillage de Taiohae, il est 2h30 du matin et Aline me fait remarquer que quelque chose a changé dans cette baie. En effet, sur le promontoire qui surplombe le quai des pêcheurs, une statue domine désormais la baie. Il s’agit bien d’un tiki ! Et il est visible de n’importe où dans la baie ! Il doit être énorme ! Mais qui a bien pu imaginer telle réalisation ?

Le lendemain, nous crapahutons au sommet de la colline où trône la curiosité.

Là, nous rencontrons Gregorio, le maître d’œuvre de cette sculpture géante. Il nous explique d’où est venue cette idée…

À l’origine du projet, le maire de la commune de Nuku Hiva et son équipe, Benoît Kautai, imaginent un lieu consacré au sport avec la réalisation d’un parcours de santé de 3 km !

C’était sans compter sur cet artiste original, Gregorio Grand-Midi, qui propose alors à la commune de réaliser un tiki géant de 12 mètres de haut. Le plus grand tiki du monde ! L’argument est de taille !

Il appuie son projet avec une maquette qui figure un guerrier s’extirpant du tiki pour exprimer le présent à travers la culture du passé. Le guerrier regarde vers le futur. C’est aussi un hommage à la femme puisque le tiki est de sexe féminin avec des formes proéminentes, à la limite de la caricature. La poitrine de Tuhiva, c’est le nom du site et du tiki, pourrait, selon Gregorio qui esquisse un léger sourire, allaiter tout le Pacifique ! L’artiste parle d’épanouissement culturel.

Le projet de parcours santé est donc bel et bien lancé mais il faudra attendre encore quelques mois avant de venir se dégourdir autour de Tuhiva, le temps que les finances arrivent.

 

Entre fer à béton et keetu

 

La technique employée par Gregorio est inédite surtout pour les trois artistes tatoueurs, sculpteurs qui ont été embauchés pour réaliser Tuhiva. “ça me tenait à cœur de réaliser ce projet avec les artistes locaux, ça a été un super-échange !”

“Les sculpteurs locaux, explique Gregorio, sculptent la pierre, le bois, ils façonnent dans de la matière. Ici, on part de rien, il faut imaginer en trois dimensions. Nous avons alors avec Tanguy Tapoti, Teve Tehatiu, Matiki Tuatini, réalisé une maquette structurée avec des fers à béton soudés, et du grillage. La matière, le ciment a été projeté sur la structure que nous avons ensuite façonné. Pour finir, nous appliquons du keetu, la terre locale mélangée à du ciment et de la colle carrelage. Un clin d’œil aux sculpteurs ancestraux qui utilisaient cette roche car elle était tendre et leurs outils, à l’époque, ne permettait pas de tailler pierre plus ardue.”

Une fois que les jeunes ont compris le processus, nous avons mis en application en mode géant sur le site, ce qui a nécessité en plus de ces éléments, des IPE, grosses poutres en acier qui soutiennent le poids de la structure. Quant au pae pae qui accueille la réalisation, il a été construit avec de la terre, des cailloux, recouverts de ciment. Les dalles ont été façonnées comme une sculpture. Le guerrier en ciment a été peint et tatoué par Matiki, “car ce soin devait être laissé aux spécialistes !”, précise Gregorio, fier de ses collègues de travail.

Si vous souhaitez faire la même chose à la maison, voici les éléments qui ont été nécessaires : Il faut 6 km 500 de fer à béton soudé, 300 mètres carrés de grillage type Nergalto, 120 mètres de structure IPE et 230 sacs de ciment !

 

 

Comme une bouteille à la mer…

 

Le projet aura coûté 5 000 000  de francs Pacifique et la mega-réalisation a été terminée voici 15 jours.

Le tiki symbolique est ventilé pour que l’air circule car il est soumis à de sacrés variations thermiques. Cet aspect a donné une autre idée pour le moins amusante à Gregorio.

Le pito du tiki, (nombril) est en fait une ouverture où l’on peut glisser un message ! comme les cadenas des amoureux à Paris sur les ponts de la capitale, on peut laisser “l’empreinte de son passage” dans le tiki de Tuhiva. Gregorio, quant à lui, va y mettre une clé USB avec beaucoup de documents, une sorte de capsule ou de bouteille à la mer “qui sera peut-être retrouvée d’ici quelques centaines d’années par des archéologues du futur…” s’amuse à penser Gregorio qui aime à ne pas se prendre trop au sérieux. À chacun sa vision du monde de demain.

 

Artiste mégalo ou visionnaire ?

 

Gregorio précise qu’il faut tout de même entretenir la sculpture et passer une protection pierre tous les 5 ans. Espérons que les générations futures ne l’oublieront pas !  Cet artiste décorateur, originaire du Sud-Ouest de la France n’en est pas à son coup d’essai ! Gregorio habite en Polynésie depuis 27 ans et rare sont ceux qui n’ont jamais aperçu une de ses réalisations toujours très remarquables ! La vague de Tehupoo, c’est lui !

Les requins du Captain Bligh, encore Grand-Midi, Les porteurs d’oranges du rond-point de Punaauia, la nacre du centre Vaima… La liste est longue. Il est également à l’origine de la résidence d’artistes de Hiva Oa, jouxtant la maison du Jouir de Gauguin.

Ces œuvres rencontrent parfois des critiques car elles sont très visuelles, interactives et provoquent des émotions.

Toujours est-il que Gregorio est un rêveur qui aime partager ses passions, ses visions, des valeurs bien présentes à l’esprit des Polynésiens.

 

De notre correspondant Julien Girardot

 

slow marquises

 

Gregorio slow

Aline interviewe Gregorio sur le paepae au pied de Tuhiva. (Photo : J Girardot/LDT)

baie taiohae marquises

Tuhiva a été construit dans la baie de Taiohae, lieu de passage incontournable des voiliers visant la Polynésie. (Photo : J Girardot/LDT)

slow gregorio

Gregorio explique avec une passion débordante la réalisation, entre les jambes du tiki. (Photo : J Girardot/LDT)

slow tuhiva marquises

Si vous cherchez Gregorio à Nuku Hiva, rendez-vous au tiki ou bien, vous reconnaîtrez aisément sa voiture admirablement décorée de noix de coco et petites sculptures… (Photo : J Girardot/LDT)

SLOW21-18

Aline glisse un petit message dans le ventre de Tuhiva en espérant que les archéologues seront au rendez-vous ! (Photo : J Girardot/LDT)

tuhiva marquises 1

On peut apercevoir sur cette photo, la structure grillagée avec les fers au ciment soudés. (Photo : © Gregorio Grand-Midi)

tuhiva marquises 2

Gregorio au pied de la statue, pour se rendre compte de l’échelle. (Photo : J Girardot/LDT)

tuhiva marquises

Tuhiva en court de construction sur le site de Taiohae. (Photo : © Gregorio Grand-Midi)

tuhiva

Détail du pied du guerrier tatoué et du casse-tête qui doit aussi être le plus grand casse-tête au monde ! (Photo : J Girardot/LDT)

   

 

 

29
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Faut-il le retour d'une maternité à Taravao ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete