Un médecin polynésien contraint de regagner la métropole contre son gré

    samedi 18 juin 2016

    Il devra regagner la métropole… à contrecœur. Un médecin polynésien hautement qualifié, inspecteur de santé publique, a saisi le juge des référés, jeudi, pour demander la suspension d’une décision du président du Pays refusant de renouveler son détachement au fenua.
    Le requérant, durant plusieurs années dans la fonction publique locale, avait réussi avec brio le concours de l’école nationale de santé publique, entre 2006 et 2007 en métropole, devenant par la suite fonctionnaire d’État.

     
    Mais depuis 2008, il était détaché en Polynésie où réside l’ensemble de sa famille. Il y a quelques semaines, Édouard Fritch a refusé de le renouveler à son poste, l’obligeant à regagner la métropole et la fonction publique d’État.
    “Une erreur manifeste d’appréciation de l’administration” locale à contre-courant de la volonté affichée “d’océanisation des cadres”, a plaidé son avocat, Me Robin Quinquis.
    Devant le juge des référés, le conseil a vanté les compétences du médecin, reconnues par ses pairs, regrettant qu’on “renvoie les Polynésiens les plus diplômés en métropole”.
    Il a également expliqué que si son client avait passé le concours de l’école nationale de santé publique, “un corps d’élite”, c’était parce qu’on le lui avait conseillé.
    “Le service public polynésien est la raison pour laquelle il a suivi cette formation. La situation devient encore plus ubuesque lorsque l’on apprend que mon client va être remplacé par un médecin inspecteur de santé publique expatrié qui va coûter extrêmement cher.”

     
    La représentante du Pays a, quant à elle, argué que le médecin, bien que polynésien, avait fait un choix lorsqu’après sa formation en métropole, il avait intégré l’administration d’État.
    “Il savait pertinemment qu’il servirait l’État et non la Polynésie. Nous avons besoin de gens qui se renouvellent. On ne souhaite pas que les “détachés” restent indéfiniment”, a-t-elle dit.
    Si le juge des référés a bien estimé que le requérant avait ses “intérêts moraux et matériels” au fenua, il a considéré que la décision de non-renouvellement de son détachement n’était pas entachée “d’un doute sérieux” quant à sa “légalité”.  Le brillant taote devra donc faire ses valises.
    J.-B.C.

        Edition abonnés
        Le vote

        La primaire socialiste est mal engagée en Polynésie française. L'absence de possibilité de vote est pour vous...

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete