Habillage fond de site

Quand Mélenchon évoque les “liens communautaires” de Léa Salamé

mercredi 6 décembre 2017

mélenchon

Le leader de La France insoumise n’a pas apprécié son passage à L’Émission politique. Quatre jours après, il a publié une violente diatribe contre les journalistes qui l’ont interrogé, notamment Léa Salamé. (Photo : Christophe Archambault/AFP)

La charge est violente. Dans un billet de blog de Jean-Luc Mélenchon publié lundi, le leader de La France insoumise étrille nommément, en long, en large et en travers, la journaliste de France 2 Léa Salamé.  

Celui qui entretient des rapports très conflictuels avec les médias accuse l’animatrice de l’Émission politique, diffusée jeudi dernier sur France 2, de lui avoir tendu un “traquenard”, d’avoir “truqué les chiffres” et de “mentir délibérément”.

L’homme politique estime en effet avoir été “abusé” par la journaliste, notamment lorsqu’elle a lui a posé des questions sur son patrimoine, qu’il a estimé à près d’un million d’euros lors de l’élection présidentielle. “Moi le fils d’un postier et d’une institutrice, j’aurais pu lui en jeter de bien bonnes à la figure en matière de patrimoine et de famille”, s’emporte-t-il. 

“Depuis, ma naïveté fait rire mes amis mieux informés et plus vigilant que moi sur tout cela, écrit-il. Quoi qu’il en soit, elle m’a abusé et sciemment endormi. J’ai donc dû affronter deux heures de pièges à deux balles, de mensonges et d’abus de pouvoir médiatique, au lieu de la belle soirée de réflexion politique à laquelle j’avais naïvement cru. Léa Salamé est juste une personne sans foi ni loi”, tacle-t-il.

Autre séquence que le tribun ne digère pas : lorsqu’il s’est retrouvé face à l’historienne Laurence Debray, par ailleurs filles de Régis Debray, philosophe castriste et par ailleurs électrice d’Emmanuel Macron.

Selon Jean-Luc Mélenchon, c’est encore la faute de Léa Salamé qui a invité ici sa “copine de comptoir”. L’élu des Bouches-du-Rhône en remet encore une couche en décrivant quelques lignes plus loin la journaliste comme une fille “en pleine hystérie” qui “glapit”.

Dans ce billet fleuve d’une grande violence, un court mais énigmatique passage –  modifié dans la nuit de lundi à mardi – a choqué plus que les autres. Dans une première version, Jean-Luc Mélenchon écrivait, toujours sur Léa Salamé : “Je ne me suis pas préoccupé de ses liens familiaux, politiques, et communautaires », avant de modifier sa phrase par « Je ne me suis pas préoccupé de ses liens familiaux et communautaires politiques.” Sans jamais faire mention d’une correction.

Une modification qui laisse perplexe Thomas Legrand. “Que veut-il dire ?”, s’est demandé sur France Inter l’éditorialiste, hier, qui accuse l’homme politique de “dérive” et de contradiction politique et morale.

“De quelle communauté s’agit-il ? Cette phrase est glaçante et lourde de responsabilité. […] Cette phrase n’est normalement pas du registre mélenchonien. Elle est, et je ne fais jamais ce parallèle, mais là, lepéniste, jean-mariste. Alors on va dire que ma diatribe est mue par un esprit corporatiste, et même, s’agissant de Léa Salamé, de camaraderie… mais non, si Léa avait été plombier zingueur, zingueuse, ou notaire, mon commentaire aurait été le même car je ne me souviens pas que Jean-Luc Mélenchon ait jamais évoqué la notion de communauté pour définir quelqu’un.”

 

AFP

 

 

4
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Samedi se tient l’élection de Miss France. Selon-vous Miss Tahiti sera :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete