Habillage fond de site

Menace de grève levée chez les employés communaux

vendredi 2 juin 2017

COSAC

Les membres de la Cosac. (© archives LDT)

La confédération des syndicats des agents communaux (Cosac) a signé, hier matin, avec le haut-commissaire de la République, un protocole d’accord mettant fin au préavis de grève déposé dimanche dernier par les employés communaux.

Le secrétaire général de la Cosac, Vatea Heller, se disait, hier après-midi, très satisfait des échanges qui avaient eu lieu avec le haut-commissaire. “Nous nous sommes retrouvés face à un homme réceptif, respectueux du droit de grève et ultra-réactif quant à la mise en place de réunions de travail, puisque nous nous sommes rencontrés dès le mardi.”

Ce protocole d’accord vient à point nommer car comme le souligne Vatea Heller “cela va nous permettre de voter sereinement samedi. Nous pourrons choisir les parlementaires qui iront porter nos projets à Paris”.

Selon le secrétaire général de la Cosac, l’intégralité des points de revendications a obtenu des réponses positives car il s’agissait de points de désaccords passés.

Le haut-commissaire a, par ailleurs, apporté des réponses claires et précises concernant les heures d’équivalence.

“Celles-ci sont inscrites au calendrier du conseil supérieur. Elles vont être étudiées, voire annulées le 9 juin. Si elles sont annulées, le haut-commissaire s’est engagé à prendre un arrêté pour qu’elles soient purement et simplement retirées” a expliqué Vatea Heller.

Toujours selon le secrétaire général, le haut-commissaire aurait prévenu les maires qu’ils pouvaient prendre un arrêté unilatéral pour mettre en place les commissions paritaires.

Une date butoir a même été fixée au 1er août. “Si au 1er août, nous n’avons pas de résultats concluants, le haut-commissaire s’est engagé à prendre un arrêté de manière unilatérale”,  a ajouté Vatea Heller.

Quant au départ volontaire, il en revient à chaque commune d’étudier la faisabilité des plans de départ volontaires.

Le haut-commissaire ne peut ni autoriser, ni interdire la prime de départ puisque, légalement, dans les textes des fonctions publiques de l’État, le départ volontaire n’existe pas. 

Jen.R

 

ADT

 

18
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

La pose des silhouettes noires peut-elle avoir un impact sur les habitudes de circulation ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete