MEO Rip Curl Pro – Pour Bourez, ça devient une habitude

    mardi 25 octobre 2016

    bourez

    Qu’il semble loin ce quart de finale décroché par Michel Bourez à Bells Beach début avril. Depuis, le Tahitien n’est plus jamais parvenu à intégrer le dernier carré… À Pipeline, peut-être ? (© DR)

     

    Le destin aurait voulu lui jouer un tour de cochon qu’il ne s’y serait pas pris autrement. Michel Bourez a été, pour la cinquième fois cette saison, sorti au pied des quarts de finale.
    Après l’Australien Adam Melling au Brésil, le Brésilien Wiggolly Dantas à Fidji, l’Australien Josh Kerr en Afrique du Sud et l’Américain Brett Simpson en Californie, le bourreau du Tahitien s’est nommé cette fois Julian Wilson.

    Hier (dans la nuit de dimanche à lundi pour Tahiti, NDLR) face à “Spartan”, l’Australien a rapidement pris les choses en main dans sa série du round 5 de la MEO Rip Curl Pro au Portugal avec trois tubes -deux dans la même vague- magistralement maîtrisés.
    Secoué comme il ne l’avait encore jamais été  cette saison, Michel Bourez avouait, encore sous le choc : “J’étais un peu perdu”, et ce n’était rien de le dire.
    Le Tahitien a rapidement été mis “combo” par un Julian, sixième du “main event”, désireux de retrouver les sommets (16,33 contre 6,06 pts). Malheureusement pour lui, le Hawaiien John John Florence a anéanti, un peu plus tard, toute velléité de victoire finale en quarts.

    Quant à Michel Bourez, qui devait réussir une performance notable pour réintégrer le top 10, il va devoir patienter jusqu’au
    8 décembre à Hawaii lors de la Billabong Pipe Masters, dernière étape du circuit du Championship Tour, pour tenter d’améliorer drastiquement sa quatorzième place… Après, il sera trop tard.
    Pour Jérémy Florès, éliminé au même stade de la compétition par l’Américain Conner Coffin (7,26 contre 6,17 pts), le bilan de l’escapade portugaise est pas mal du tout quant on connaît la galère vécue cette année dans le “main event”. Sa 34e place est là pour le lui rappeler. Mais ayant quasiment assuré sa “re”qualification parmi l’élite via le circuit du Qualyfying Series, le Réunionnais peut boucler sa saison un peu plus libéré.

    Et libéré, il l’a été lorsqu’il a sorti au round 3, vendredi, le Brésilien Gabriel Medina, deuxième mondial. C’est John John qui peut l’en remercier.
    Voilà maintenant le Hawaiien à deux séries du sacre ; il pourrait même être battu en finale à condition que le Sud-Africain Jordy Smith ne remporte pas l’épreuve.
    Sans conteste, les acteurs de ces demi-finales (disputées la nuit dernière pour Tahiti si les conditions le permettaient), Kolohe Andino-John John Florence et Conner Coffin-Jordy Smith, transpirent l’angoisse par tous les pores.

     

    M.Tr.

        Edition abonnés
        Le vote

        Recensement : Êtes-vous prêt à répondre à toutes les questions même intime malgré une garantie de l'anonymat ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete