Habillage fond de site

Merkel ne veut pas de la Turquie dans l’UE

lundi 4 septembre 2017

merkel

Les téléspectateurs ont jugé Angela Merkel plus convaincante, dans des sondages à chaud. (© DR)

Le débat entre la chancelière Merkel et son challenger social démocrate Martin Schulz était très attendu à trois semaines des élections générales allemandes. La chancelière part favorite et les sondages sont stables depuis des semaines. Le débat devait constituer une chance pour Martin Schulz de remonter son handicap. Les premiers sondages donnent Angela Merkel gagnante.

Les Allemands vont-ils regretter leur policier du dimanche soir ? Les 97 minutes proposées par Angela Merkel et Martin Schulz offraient le même suspense qu’une fête de famille harmonieuse. Les deux protagonistes se respectent et ont évité les attaques frontales. La grande coalition qui associe leurs deux partis au pouvoir explique aussi un débat des plus sages.

Les désaccords étaient dans les nuances. Martin Schulz a par exemple reproché à Angela Merkel de ne pas avoir suffisamment consulté ses voisins européens il y a deux ans durant la crise migratoire. Le patron du SPD, plus ferme, veut un arrêt immédiat des négociations d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne. Mais Angela Merkel a annoncé hier aussi être favorable à un arrêt des négociations sur l’adhésion à l’UE de la Turquie. Du même coup, elle privait d’arguments son rival.

Dans un contexte de multiplication des conflits entre Berlin et Ankara, la chancelière allemande a très nettement durci le ton à l’égard du président Recep Tayyip Erdogan. La détérioration de la situation des droits de l’homme dans le pays a pris une place centrale dans la campagne électorale allemande.

“Il est clair que la Turquie ne doit pas devenir un membre de l’Union européenne”, a déclaré Mme Merkel dans des propos inhabituellement durs sur le sujet. Elle a ajouté vouloir “discuter avec (ses) collègues» de l’Union européenne «pour voir si nous pouvons parvenir à une position commune sur ce point et si nous pouvons mettre fin aux négociations d’adhésion”.

“Notre avenir passe par l’Europe avec nos amis pour une société qui œuvre à plus de justice, plus de solidarité, de sécurité et de paix dans le monde. Je me suis battu toute ma vie pour cette idée d’une Allemagne européenne dans une Europe forte”, a dit Martin Schulz.

Sur les questions internationales, de migration, de sécurité intérieure et économiques, des nuances encore une fois séparent les deux candidats. Angela Merkel qui n’a pas été bousculée a demandé à la fin du débat aux Allemands de lui renouveler leur confiance : “Je veux travailler avec mon expérience des dernières années et ma curiosité pour les défis de demain à préparer notre avenir, pour vous, avec vous. Je vous demande de me faire confiance. Merci et bonne soirée”.

 

AFP

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Le Pays a lancé l'opération "plage propre", vous sentez-vous concernés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete