Habillage fond de site

Meurtre de Sandy Ellacott – Les douloureux témoignages des victimes

jeudi 8 février 2018

affaire sandy ellacott

« Il y avait tellement de violences, je croyais qu’il y avait sept personnes qui nous tapaient », explique la fiancée de Sandy Ellacott. (© Florent Collet)

Quand l’ange devient démon. Comme nous l’évoquions dans nos colonnes hier, la première journée avait permis de dresser un portrait quasi-parfait d’Henri T. le meurtrier présumé de Sandy Ellacott en septembre 2014.

La deuxième journée d’audience a permis de mettre en lumière son côté sombre avec le témoignage des deux filles aux côtés de la victime au moment des faits. Plus tard dans la journée, deux des accusés, Heilani A., la petite amie d’Henri T, et Vetearii T., un de ses amis, ont également donné leur version.

Chacun des deux camps restant sur leurs versions quant à l’élément déclencheur du drame : La provocation de Henri T. à l’encontre de Sandy Ellacott pour la partie civile, la menace ressentie par la conduite Sandy Ellacott pour les accusés.

Un trouble et une divergence de faits accentués par l’alcool, le manque de lumière, et la concertation entre les accusés reconnue par Vetarii T. hier dans les ultimes minutes de l’audience.

C’est d’abord l’amie de la fiancée de Sandy Ellacott qui est donc arrivée à la barre. La jeune femme prise d’une crise d’angoisse puis d’asthme ne pourra assister à toute la scène mais se rappelle des « jets de bouteilles de bière » à leur encontre au moment de la première altercation, de Henri T « qui vole par-dessus Sandy » quand l’accusé court sur le capot de la victime pour l’arrêter.

De la course poursuite sur 2 kilomètres et de Henri T. « enragé au volant, à crier arrête toi. » La femme perd connaissance, mais des bribes de déchaînement de violences restent ancrés en elle. « Il voulait écraser la tête de Sandy en criant je vais te tuer maintenant tu sais qui je suis ».

Elle explique ensuite : « Ils l’ont sorti de la benne comme si c’était un sac, comme si c’était rien. » Elle ferme les yeux quand elle voit Henri T. reculer vers le corps de Sandy Ellacott.

Quand elle reprend ses esprits elle est seule avec les deux autres victimes et Sandy. « Il était défiguré, il y avait du sang qui sortait de partout » C’est elle qui appellera en premier les secours auprès de la mère de Sandy Ellacott. « De voir une mère découvrir son fils comme ça c’est horrible. Elle tenait à peine debout. »

« C’était une journée trop parfaite », entame la fiancée de Sandy Ellacott qui comme son amie devra elle aussi s’interrompre à plusieurs reprises, noyée par les larmes.

Pour elle aussi c’est bien Henri T. qui a foncé sur le capot de son conjoint. « Il a sauté sur la voiture, ce n’est que dans les films que l’on voit ce genre de choses. »

Elle aussi évoque la course-poursuite, la violence du choc des carrosseries. « Je n’ai jamais eu peur comme ça. »

Puis le déchaînement de coups sur Sandy alors qu’elle tente de s’interposer et le protéger. « Il y avait tellement de violences, je croyais qu’il y avait sept personnes qui nous tapaient. »

Estimant que les amis de Henri T. n’ont rien fait pour l’arrêter, à la question d’un avocat qui l’interroge sur les responsabilités respectives de chacun la petite amie est sans concession « tout le monde l’a tué ».

FC

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete