“Mexican Connection” : trois ans ferme à nouveau requis contre Thierry Pageau

    vendredi 23 octobre 2015

    Thierry Pageau comparaissait devant la cour d’appel, hier matin, pour contester sa condamnation, en première instance, en décembre dernier, à trois ans de prison ferme pour trafic d’ice. Le quadragénaire, également impliqué dans un important dossier de fraude présumée à la défiscalisation (qui pourrait être jugé dans quelques mois), avait comparu devant le tribunal correctionnel aux côtés des autres protagonistes de cette affaire portant sur l’importation de 468 grammes de méthamphétamine depuis le Mexique.
    Un trafic qui avait valu dix ans de détention à Nuutania au leader du réseau : Adelino Dias Nogueira. Hier, Thierry Pageau a vivement contesté sa participation à cette “association de malfaiteurs” sur un ton péremptoire qui a parfois irrité les magistrats. Il a nié avoir en partie financé le voyage d’une “mule”, ni même avoir consommé des stupéfiants. Une version qui ne correspond pas aux déclarations de certains des autres mis en cause.
    Pour expliquer ces divergences, Thierry Pageau a affirmé faire les frais d’un “complot” fomenté, selon lui, par Adelino Dias Nogueira.
    “Tous ces gens n’ont rien vu. Monsieur Diaz est un manipulateur. Il avait un projet de perles et, au final, on est dans une histoire de fous. Quand j’ai su que c’était pour faire venir de la drogue, j’ai dit non. (…)
    Je n’ai pas besoin de faire du trafic pour gagner de l’argent”, a lancé celui qui a repris ses études pour devenir “expert-comptable”. “Expert-comptable… avec le casier que vous avez ?”, s’est d’ailleurs amusé l’avocat général.

    “Quelqu’un d’irrité”

    L’avocat de Thierry Pageau a réclamé la relaxe de son client concernant le trafic arguant que le dossier ne reposait que sur les déclarations des autres mis en examen. “Il n’y a eu aucune écoute, aucune filature. Avez-vous des éléments matériels montrant que mon client s’est livré à la cession de stupéfiants ? Non, il n’y en a aucun”, a martelé
    Me Gilles Jourdainne. Et le conseil d’embrayer : “Il a un casier judiciaire, mais pour des infractions économiques. Il n’a aucun antécédent sur les stupéfiants. Il n’est pas dans la consommation et le trafic. C’est pour cela que vous avez de quelqu’un d’irrité ce matin”. Le représentant du parquet général a, pour sa part, requis la confirmation de la peine de trois ans de prison ferme, estimant que le quadragénaire avait bel et bien été une “cheville ouvrière” du réseau.
    Outre Thierry Pageau, un autre prévenu du dossier avait interjeté appel : Alphonse Fiumarella. Condamné à six ans de prison dans ce dossier, il ne conteste pas la peine prononcée, mais l’amende solidaire de 46,8 millions de francs dont il a également écopé.
    La cour d’appel rendra son jugement le 3 décembre.

    Compte rendu d’audience J-B.C.

    pagga 2015-10-23 14:05:00
    Fallait importer de l’alcool, c'est une drogue légal.
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete