Migrants : le gouvernement australien a-t-il récompensé les passeurs ?

    vendredi 12 juin 2015

    Un fonctionnaire australien aurait payé des passeurs indonésiens pour qu’ils retournent en Indonésie avec leurs passagers – 65 demandeurs d’asile. Tony Abbott n’a pas rejeté ces accusations, alors qu’il en avait l’opportunité lors d’une interview.
     
    Le Premier ministre a réagi à la polémique ce matin sur 3AW, une radio de Melbourne, au micro de Neil Mittchell : « Je suis fier du travail réalisé par nos services de protection des frontières. Ils se sont montrés très créatifs, et ont mis au point des stratégies efficaces pour mettre fin à ce trafic (des migrants) immonde. »  
     
    Les 65 migrants, originaire du Sri Lanka, de Birmanie, et du Bangladesh sont partis de l’île de Rote, proche du Timor-Ouest, en mai dernier. Direction : la Nouvelle-Zélande, pour y demander l’asile. Pour cela, il faut passer par les eaux australiennes. Le bateau a été intercepté fin mai par la marine australienne. Elle a confisqué l’embarcation des passeurs, et transféré les 65 migrants sur deux bateaux plus petits, avant de les renvoyer vers l’Indonésie. Il s’agit d’une opération de routine, puisque depuis le déclenchement de l’opération « Frontières souveraines » en décembre 2013, l’Australie expulse systématiquement les bateaux de demandeurs d’asile hors de ses eaux territoriales.
     
    Le gouvernement de Tony Abbott a juré de détruire les réseaux des passeurs de migrants.
     Mais fait inédit, un fonctionnaire australien, lui, les a récompensés. Ce fonctionnaire, identifié comme « Monsieur Agus » par les passagers du bateau, aurait donné environ 7 000 dollars en liquide à chacun des 6 passeurs indonésiens, pour qu’ils raccompagnent les demandeurs d’asile à Rote.
     
    Les raisons de ce geste restent floues. Mais la transaction est confirmée par les passagers et par les passeurs eux-mêmes. Ils ont montré l’argent au policier indonésien qui les a arrêtés à leur retour sur l’île de Rote – le trafic de migrants est considéré comme un délit grave en Indonésie. 
     
    La ministre des Affaires étrangères, Julie Bishop, et le ministre de l’Immigration, Peter Dutton, ont tous les deux dit cette semaine que l’Australie n’avait jamais payé des passeurs indonésiens pour qu’ils raccompagnent les migrants en Indonésie. Mais leur Premier ministre, lui, ne nie pas les faits. Ce matin sur 3AW, il a invoqué le secret défense : « Nos agences de sécurité doivent prendre des mesures très variées pour protéger notre pays. Et nous ne pouvons pas les rendre publiques. Il en va de la sécurité nationale, donc nous ne pouvons révéler aucun aspect de l’opération. » 
     
    Le gouvernement indonésien a lancé une enquête. Mais là encore, secret défense oblige, impossible de savoir si l’Australie mène sa propre enquête de son côté. Trois policiers australiens doivent se rendre sur l’île de Rote prochainement, où sont emprisonnés les passeurs. On ne connaît pas encore le but de leur visite. Si les faits sont avérés, le fonctionnaire australien pourrait s’être rendu complice de trafic de migrants, ce qui est un délit.
     
     
    Radio Australia
     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete