Les militaires prêts à affronter la saison cyclonique

    mercredi 12 octobre 2016

    exercice cyclone

    Le contre-amiral Denis Bertrand, qui commande toutes les forces armées en Polynésie française, va vivre cette année sa première saison cyclonique. “Je constate que la montée en puissance se passe bien”, a-t-il déclaré hier matin. (© Caroline Perdrix)

     

    Le contre-amiral Denis Bertrand, commandant supérieur des forces armées en Polynésie française, était hier matin à la caserne Broche de Arue pour une présentation des moyens et des missions du Rimap-p en cas de cyclone. Réalisé conjointement avec les services de l’État, du Pays et des communes, Cyclonex teste le dispositif de crise à travers l’activation du poste de commandement interarmées de théâtre (PCIAT). C’est ce dispositif qui avait été activé lors des intempéries sur la côte est de Tahiti en décembre dernier.

    Cyclonex est un exercice annuel, qui se tient cette année du 9 au 14 octobre, permettant de préparer les forces armées aux risques cycloniques ; il s’agit pour elles de bien maîtriser les mesures de protection de leur personnel et de leurs matériels, mais aussi de vérifier leur aptitude à remplir leur mission d’assistance aux populations. Car c’est bien l’armée, sur réquisition du haut-commissaire, qui serait au premier rang des phases de reconnaissance et de secours en cas de cyclone. Le concours de l’armée de l’air et de la marine permet à ces personnels de se projeter dans les îles, et même au-delà de la Polynésie.

    L’exercice Cyclonex rassemble “un peu plus d’une centaine de personnes projetables, explique le commandant Berger du Rimap-p. Il y a dix ans, le régiment était à plus de 600 hommes, aujourd’hui, on est un peu moins de 200, donc les moyens engagés ne peuvent pas être identiques. Nous sommes le plus petit régiment de France.”
    “Ce que vous voyez, c’est le niveau tactique de la partie terrestre, précise le colonel Malod. Aujourd’hui, l’exercice concerne le passage d’un cyclone sur Tahiti, sachant que l’exercice serait un peu différent si un autre archipel était touché. Toutes les forces armées sont coordonnées par un poste de commandement établi à Supermahina, sur une position élevée pour garantir la pérennité des moyens.”

    Camion-grue, bateau, camion-pompe, véhicule Nedex (spécialisé en munitions, avec son robot), 4×4, pelleteuse, tracto-chargeur, groupes électrogènes, tronçonneuses, pelles, pioches, tenues spéciales et matériel de bivouac étaient de sortie hier : en bref, tout ce qu’il faut pour être autonome sur le terrain, pour plusieurs jours s’il le faut.
    Le RSMA est bien représenté parmi les intervenants, en particulier la filière “espaces verts”. Ses hommes iront sécuriser cette semaine les chemins d’accès aux zones refuges pour la population ; un échange de bons procédés avec les communes de Taravao, Tautira, Papeno’o, Tiarei et Papeari où s’entraînent les militaires. Plusieurs réservistes, parmi les 110 que compte le territoire, sont également mis à contribution.

    “Je constate que la montée en puissance vers la saison cyclonique se passe bien, a déclaré le contre-amiral Bertrand aux hommes. L’ennemi, ici, ce n’est pas les chars russes, ce n’est pas les hordes de Daesh, c’est le cyclone.”

     

    C.P.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete