Des millions d’œufs contaminés retirés des supermarchés en Europe

    lundi 7 août 2017

    oeuf

    “Une personne de 70 kg peut manger une quinzaine d’œufs avant même d’éprouver – à cause du fipronil – de potentiels problèmes de santé”, a calculé Jan Tytgat, toxicologue belge. (Photo : AFP)

    Le scandale sanitaire des œufs contaminés, qui a éclaté jeudi aux Pays-Bas et en Allemagne, s’est étendu samedi dernier à plusieurs pays européens.

    Ces pays se sont mis à traquer préventivement dans les supermarchés plusieurs millions d’œufs livrés par les Pays-Bas et contenant une molécule interdite, bien que jugée peu nocive à petite dose.

    Les deux principales chaînes de supermarchés suisses, Coop et Migros, ont annoncé qu’elles retiraient tous les œufs d’importation de la vente.

    Les autorités sanitaires suédoises et belges ont également commencé à retirer des lots d’œufs suspects. Jeudi, les supermarchés néerlandais et allemands s’étaient mis à retirer en masse des millions d’œufs de leurs rayons.

    À l’origine de l’affaire, des éleveurs néerlandais de volailles ont fait appel à Chickfriend, une société spécialisée dans l’éradication du pou rouge, qui a employé dans son produit du fipronil, une molécule prohibée dans le traitement des animaux destinés à être consommés.

    L’Allemagne, où “au moins trois millions d’œufs contaminés”, selon les autorités, ont été livrés, a expliqué que la première alerte était partie le 20 juillet de Belgique, mais que Berlin n’avait été averti qu’en fin de semaine dernière par les Pays-Bas.

    Car s’il n’a pas fait beaucoup de bruit à l’origine, le “scandale du fipronil” a en effet débuté en Belgique. L’enseigne de supermarchés Colruyt a d’ailleurs reconnu avoir déjà retiré en juillet des œufs provenant de deux fournisseurs, dont les fermes étaient suspectées par les autorités belges d’être contaminées.

    Ces dernières ont admis hier avoir appris dès début juin qu’il y avait “un problème” dans certains élevages dû à la contamination par un insecticide, et ont déclaré avoir gardé le secret en raison d’une enquête judiciaire en cours pour “fraude”.

    Des contrôles a posteriori ont montré la présence de fipronil en faibles doses dans certains œufs, mais les autorités belges ont assuré que les concentrations restaient en dessous des seuils de la réglementation européenne.

    L’impact économique, lui, est énorme.

    Les pertes s’élèvent déjà à “plusieurs millions d’euros”, selon le syndicat néerlandais des éleveurs de volailles.

    Et le scandale pourrait encore prendre de l’ampleur si d’autres produits transformés s’avèrent contenir des œufs contaminés. La France n’est, “à ce jour”, pas concernée, a indiqué hier le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.

    “Toutefois le ministère de l’Agriculture a lancé des enquêtes en étroite collaboration avec les autorités sanitaires belges”.

     

    AFP

     

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Selon vous, que faudrait-il faire pour améliorer les transports en commun ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete