Les ministres rassurent les commerçants de proximité

    lundi 22 août 2016

    ministres

    Les membres de Taatira’a no te hau avec son président, Charles Fong Loi (à droite), en compagnie de quatre ministres
    du gouvernement. (Photo : John Hiongue/LDT)

     

    Dîner-débat organisé par Taatira’a no te hau

     

    Après la rentrée des classes des élèves, c’est au tour du parti politique Taatira’a no te hau (Rassemblement pour la paix), présidé par Charles Fong Loi, d’effectuer sa rentrée politique.

    Ainsi, vendredi dernier au soir, au restaurant Le Jasmin à Papeete, les membres du bureau exécutif ont organisé un dîner-débat, où 80 petits commerçants exerçant essentiellement dans la commune étaient invités à venir débattre avec une partie des membres du gouvernement.

    À la table d’honneur, il y avait les ministres Tearii Alpha, Albert Solia, Patrick Howell, mais surtout Teva Rohfritsch. C’est ce dernier qui a été le plus interpellé par les commerçants et les patentés puisque le débat portait sur l’instauration d’un dispositif d’aide pour la revitalisation des commerces de proximité et des restaurants et pour l’équipement des petites entreprises.

    Teva Rohfritsch a prévenu qu’il y aurait des contrôles afin de faire la chasse aux faux projets et aux abus. Questionné pour savoir si cette aide pouvait concerner les panneaux solaires, le ministre a confirmé que l’équipement en panneaux solaires était prévu  à hauteur de 50 %, mais pas les travaux.

    Le gouvernement réfléchit actuellement à d’autres aides dans le but de relancer l’économie dans le secteur privé. Le huitième adjoint au maire de la ville de Arue, Frédéric Dafniet, également chef d’entreprise à Pirae, a proposé au ministre de faciliter les démarches administratives et que les entreprises paient moins d’impôts.

    Ce qui nous tue, ce sont les taxes. Certes, il faut financer les projets, mais je ne veux pas être dans l’assistanat. Il y a beaucoup de chefs d’entreprise qui ne se prennent plus de salaire”, affirme Frédéric Dafniet.

    Réponse de Teva Rohfritsch : “Ceux qui ne veulent pas d’aides, ne les demandez pas. Il n’y a aucune obligation à les prendre et ça ne va pas créer des impôts demain du fait que l’économie redémarre. Il faut laisser la place au privé et ce n’est pas une logique d’assistanat, ce sont des mesures de relance, de réforme. On dit qu’on baisse les impôts demain, mais c’est de l’irresponsabilité de notre part. Par contre, on continue à réduire le train de vie de l’administration, c’est un challenge pour redéfinir notre modèle économique.

     

    Téléservice et signature électronique

     

    Le ministre de la Relance économique, de l’Économie bleue, de la Politique numérique et de la Promotion des investissements estime aussi qu’il faut poursuivre cet effort de simplification administrative avec l’arrivée du téléservice dans l’administration, qui sera officiellement lancé en novembre, lors de la Semaine de l’innovation.

    Les commerçants pourront alors remplir des fiches administratives sans se déplacer, via Internet. Viendra ensuite la signature électronique.

    Ce projet sera lancé par la Chambre de commerce, d’industrie, des services et des métiers (CCISM) avec l’aval de l’État pour son volet juridique. Le but est de sécuriser la signature électronique pour éviter des intrusions et des tentatives d’imitation, mais aussi le rejet de documents pour signature non conforme.

    Taatira’a no te hau, par la voix de son président, a d’ores et déjà annoncé le thème du prochain dîner-débat, dont l’invité principal sera le ministre Tearii Alpha, pour parler du logement, de la rénovation urbaine et des affaires foncières.

    La date et le lieu ne sont pas encore connus.

     

    De notre correspondant J.H.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete