Habillage fond de site

Bannière sur-titre PI

Mise à l’écart par le maire de Mahina, Lorna Oputu réagit

lundi 11 septembre 2017

lorna oputu

Pour Lorna Oputu, le maire de Mahina ne peut pas remettre en cause le travail qu’elle a effectué au Syndicat pour la promotion des communes (SPCPF). Son éviction traînerait depuis l’élection de Damas Teuira en 2015. (© DR)

Lors du conseil municipal du 30 août, le tavana de Mahina a fait adopter le renouvellement des membres du Syndicat pour la promotion des communes  de Polynésie française (SPCPF), sans cacher que l’opération consistait à évincer l’ex-première adjointe, Lorna Oputu.

Damas Teuira lui reprochait “certaines attitudes et certains propos contraires” à la représentation communale. Après avoir pris connaissance des dires du maire dans La Dépêche de Tahiti (voir notre édition du 1er septembre), l’avocate a souhaité répondre à ces accusations.

Lorna Oputu n’est finalement pas surprise de cette éviction du SPCPF, où elle est entrée en 2011, et s’étonne même que cette mise à l’écart ne soit pas intervenue après l’élection du remplaçant de Patrice Jamet : “Dès son élection en tant que maire, Damas Teuira voulait me retirer cette délégation. Étant donné que cette délibération était attendue depuis 2015, Damas Teuira ne peut en aucun cas la justifier aujourd’hui en invoquant des propos que j’aurais tenus à son sujet, où évoquer un comportement que j’aurais eu à l’occasion du dernier congrès des communes.”

Pour Lorna Oputu : “Cela traduit une méconnaissance manifeste du rôle du délégué du SPCPF et a fortiori de mes fonctions de vice-présidente représentant l’ensemble des communes polynésiennes, et défendant de surcroît leurs intérêts collectifs.”

 

Une légitimité en question

 

L’avocate précise que son travail, dans le cadre de la réforme du Code général des collectivités territoriales (CGCT), a donné toute satisfaction au président du SPCPF qui, d’ailleurs, lui a renouvelé sa confiance en lui attribuant, en juillet, la délégation à la communication.

Quand le tavana termine notre interview (du 1er septembre) par : “cela doit interpeller  les autres élus qui sont dans le même cas de figure”, l’élue évincée note “que les propos de Damas Teuira sont menaçants à l’égard d’autres élus du conseil municipal. Il s’agit là d’une bien étrange conception de la démocratie. Mais après tout, il convient de s’interroger sur la légitimité de l’intéressé qui doit son élection à monsieur Patrice Jamet.”

Damas Teuira était alors effectivement 24e de la liste Ia tura o Mahina, et Lorna Oputu indique qu’il “était absent au moment où Mahina était dans la tourmente financière”.

Accusée à tort, selon elle, d’être à l’origine de l’inéligibilité de Patrice Jamet, et mise à l’écart un peu plus aujourd’hui encore du groupe majoritaire, Lorna Oputu entend poursuivre son mandat jusqu’en 2020 en tant que non inscrite.

En pourparler pour les territoriales sans que ce soit pour elle une priorité, la jeune femme semble plus déterminée que jamais à prendre part aux prochaines municipales.

 

J.-L.M.

 

 

2
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

C'est la semaine de la mobilité, dans votre quotidien, faites-vous des gestes comme :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete