Habillage fond de site

Miss Dragon : les candidates à l’oral

lundi 3 juin 2019

Entretien avec le jury pour les sept candidates au titre de 50e Miss Dragon. (© Damien Grivois)

Entretien avec le jury pour les sept candidates au titre de 50e Miss Dragon. (© Damien Grivois)


La communauté chinoise élira sa 50e Miss Dragon, samedi, à la mairie de Papeete. Samedi dernier, au Manava, à Punaauia, les sept candidates se sont présentées au jury. Tantôt calmes, tantôt stressées, toutes ont expliqué l’importance de leurs racines chinoises.

Pas facile de se présenter, seule, face à un jury au complet, même s’il est parfaitement bienveillant. C’était pourtant une condition nécessaire pour toutes celles qui espèrent succéder à Morgane Yueng, Miss Dragon 2018, qui a réussi l’exploit de se classer dans le top 5 à Miss Chinese International, à Hong Kong.

Elles s’appellent Sheryl Yansaud, Ariiveheata Mu, Faimano Layoussaint, Erita Ateo Sin-Choi, Alizée Yao Tham Sao, Heimiti Teng ou encore Vanessa Mô.

Elles ont toutes entre 18 et 25 ans et une seule d’entre elles sera sacrée, samedi soir, dans les jardins de la mairie de Papeete, 50e Miss Dragon.

Samedi dernier, dans un salon de l’hôtel Manava, à Punaauia, les jeunes femmes se sont confrontées au délicat exercice de la prise de parole face aux neuf membres du jury.

 

Attachement à leur identité

 

Une formation présidée par le vice-président du gouvernement, Teva Rohfritsch, qui prend manifestement son rôle très au sérieux et n’hésite pas à rassurer les candidates les plus fébriles à l’oral, sous l’oeil approbateur des piliers de l’AS Dragon, son président Charles Fong Loi, Robert Tanseau, Pascal Fong, etc.

Briefées et préparées à l’exercice par Myrtille Shui, les candidats ont expliqué aux jurés l’importance de leurs racines chinoises, plus ou moins marquées.

Certaines sont des “Demies”, d’autres admettent ne connaître de la culture chinoise que sa dimension gastronomique ou n’évoquer cette partie de leurs origines qu’à l’occasion du Ka San, la Toussaint chinoise.

Mais toutes manifestent un attachement certain à cette partie de leur identité, pas toujours facile à expliciter avec des mots.

Se présenter devant un jury n’est déjà pas chose facile, mais les candidates devront redoubler d’assurance et de détermination, samedi soir, face au public.

L’enjeu en vaut la peine : être sacrée 50e représentante de la communauté chinoise de Polynésie française, un honneur.

 

Damien Grivois

 

1DG Miss Dragon jury

Les sept candidates à l’élection de Miss Dragon 2019 se sont réunies, samedi dernier, au Manava, à Punaauia, pour leur première rencontre avec le jury. (© Damien Grivois)

vanffaut

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Pour cette rentrée scolaire, vous avez fait le plein de cartable :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete