Miss Tahiti prête pour la couronne de Miss France

    lundi 12 décembre 2016

    vaea ferrand

    Vaea Ferrand a un moral d’acier. (© archives LDT)

     

     

    Vaea Ferrand a un moral d’acier. Après son escapade à La Réunion avec les autres candidates à Miss France, fin novembre, Miss Tahiti s’entraîne jour après jour à Montpellier, où l’élection aura lieu samedi prochain. Elle est en pleine forme et surtout portée par le bonheur d’avoir retrouvé des lieux qu’elle connaissait et des Polynésiens qui sont venus au-devant d’elle.

    C’est sûr que dans l’Arena de Montpellier, où se déroulera l’élection, les couleurs du fenua seront très visibles et le public qui soutient Miss Tahiti donnera de la voix. Vaea Ferrand se confie à La Dépêche en laissant poindre sa détermination et surtout sa confiance dans ses capacités dopées par une excellente préparation à Tahiti.

     

     

    Vous êtes sur la couverture de TV Magazine qui sort ce week-end, en compagnie de trois autres Miss. Pas mal, non ?
    Oui, je viens de voir cela. Bien sûr, j’apprécie ! (Rires)

     

    Vous vivez depuis plusieurs semaines dans le monde de Miss France. Quelle est votre impression générale ?
    C’est vrai que c’est parfois stressant. On a un rythme de vie très chargé. Pour l’instant, tout avance bien. Je pense que j’arrive bien à suivre toutes les chorégraphies et le reste. Donc ça va !

     

    Il est exceptionnel qu’une candidate retrouve au moins deux endroits de la planète où elle a vécu, en l’occurrence l’île de La Réunion et Montpellier. Comment avez-vous vécu ces retrouvailles ?
    À La Réunion, j’ai eu la surprise d’être accueillie par des Tahitiens ! D’autres personnes que je connais sont venues me voir à l’hôtel et j’ai aussi retrouvé les photographes pour qui j’avais posé pour la première fois. Cela m’a fait vraiment du bien de retrouver cette île, d’y avoir encore des repères.

    Quant à Montpellier, pareil. J’ai retrouvé le charme de cette ville. Et puis, lors d’un défilé en ville samedi dernier, j’ai eu le plaisir de voir agiter des drapeaux tahitiens, des amis de la faculté qui m’acclamaient. Vraiment, ça m’a fait du bien de retrouver ces deux endroits.

     

    Quelles activités avez-vous pratiqué dans votre groupe à La Réunion ?
    J’étais dans le groupe qui a fait du cheval à l’Ermitage (côte ouest, NDLR). C’était la première fois que j’en faisais. Et aussi du kayak transparent, qui permet d’admirer les poissons et les coraux du lagon. Nous étions filmées durant ces activités.

     

    Il y a eu un grand défilé de mode à Saint-Pierre. Pouvez-vous nous en parler ? Y a-t-il eu d’autres événements ?
    C’était très sympathique. Les Miss Réunion sont venues à nous directement. Elles nous ont conseillées et j’ai eu la chance de retrouver Marie Payet (Miss Réunion 2011, NDLR) que je connaissais déjà. Nous sommes surtout restées à l’hôtel, tandis que d’autres groupes faisaient du canyoning, etc.

     

    À Montpellier, comment a été l’accueil ? Et quelles ont été les principales activités en dehors des répétitions ?
    Nous sommes arrivées discrètement si l’on peut dire et tout de suite, nous avons pris la direction de l’hôtel. Par contre, samedi dernier, nous étions sur la célèbre place de la Comédie où nous avons été présentées au public. À part des repas au restaurant, nous n’avons pas d’autres activités, surtout que nous sommes plutôt fatiguées en fin de journée.

    Ceci dit, j’ai quand même fait du skate et du BMX. Bien sûr, j’ai voulu faire la grande fille et je me suis pris une chute ! (Rires) Mais rien de grave. On a aussi fait le tour de Montpellier sur des petits vélos avant des arrêts dégustation. Nous n’avons pas encore eu, à ce jour, de réception officielle à la mairie.

     

    Comment les répétitions se passent-elles ?
    Le rythme est tenu. Je m’organise bien en conséquence. Nous sommes sur le pont entre 8 et 20 heures. Après le dîner, vite au lit ! Il faut toujours être motivée, sourire, etc. Au fil des jours, ça devient plus strict. Pour l’instant, je n’ai pas encore découvert l’Arena (la salle où se déroulera le spectacle samedi prochain, NDLR).

     

    Le thème est le Noël des Miss. Dans quel tableau spécifique vous verra-t-on ?
    Il y a neuf tableaux et dans l’un d’eux, je serai un pingouin. (Grand éclat de rires)

     

    Comment s’est passé le test de culture générale ? Les médias n’en avaient que pour Miss Ile-de-France !
    D’après Sylvie Tellier, tout s’est bien passé même s’il était plus sévère que l’an dernier. Mais il y a vraiment des questions toutes bêtes sur tel ou tel présentateur de télévision qu’il faut connaître. Et il y a eu la traditionnelle question sur qui a eu le prix Goncourt !

     

    Votre examen devant le jury de présélection aura lieu bientôt. Comment vous préparez-vous ? Et quelle robe allez-vous porter ?
    J’ai déjà préparé quelques réponses à des questions types avec mon comité et les personnes qui m’entourent. Je les relis et j’essaye d’ajouter un peu d’originalité. Je porterai une robe longue bleu marine avec une traîne, signée Marciano.

     

    Comment vont la forme et le moral après tout ce travail ? Avez-vous connu des moments difficiles ?
    Je me sens très bien même si je vois qu’il y a beaucoup de filles qui craquent et qui se demandent encore plus qui sera la seule sur les trente qui va sortir. On essaye d’être au mieux, on se fait parfois gronder. C’est vrai aussi qu’on est loin de la famille. Il y a des petits moments qui sont durs et qui s’accentuent au fur et à mesure que la fatigue augmente.

    J’arrive quand même à gérer ce stress et cet éloignement, d’autant que j’ai eu l’habitude d’être éloignée de ma famille. Et je reçois aussi beaucoup de messages de ma famille et de mes amis.

     

    Comment l’ambiance entre les candidates est-elle ? Quelles sont vos bonnes copines ?
    Très bonne. Mes copines, ce sont Miss Réunion, Miss Languedoc-Roussillon, Miss Picardie, Miss Midi-Pyrénées et Miss Rhône-Alpes.

     

    En plus de vos parents qui seront dans la salle, aurez-vous d’autres soutiens, les étudiants polynésiens de Montpellier par exemple ?
    Oui, il y aura beaucoup d’étudiants tahitiens et une association tahitienne. Tant mieux !

     

    Pourquoi Miss Tahiti doit-elle devenir Miss France 2017 ?
    Parce que cela fait quatre ans que nous attendons cette couronne ! (Rires)

     

    Un mot pour finir ? Que dites-vous à vos fans du fenua pour le 17 décembre ?
    Il faut voter, voter, voter, encore voter !

     

    Propos recueillis par notre correspondant à Paris Philippe Binet

     

    vaea ferrand

    Vaea Ferrand est à la une, cette semaine, de l’un des plus importants magazines de programmes de télévision de France. (© DR)

     

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Recensement : Êtes-vous prêt à répondre à toutes les questions même intime malgré une garantie de l'anonymat ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete