Habillage fond de site

Miss Tahiti très zen pour l’élection de Miss France samedi

jeudi 14 décembre 2017

MISS TAHITI TUROURU TEMORERE

“Je pourrais surprendre là où on ne s’y attend pas”, a estimé Turouru Temorere, Miss Tahiti 2017, qui tentera samedi de succéder à Alicia Aylies, Miss France 2017. (© DR)


Après un séjour en Californie où les candidates ont appris à se connaître et à deux jours de l’élection de Miss France, Turouru Temorere, Miss Tahiti 2017, est en répétitions intensives. Dès demain, elle sera sur la scène du M.A.CH 36, à Châteauroux, pour l’enregistrement du tableau en costumes régionaux. Hier soir, elle a tremblé devant le jury de présélection qui choisit les douze demi-finalistes.

Comment vous sentez-vous à deux jours de l’élection de Miss France ?

Ça va bien. Franchement je n’ai pas encore de stress. Mais je pense qu’il va arriver d’un coup. Je ne vais rien voir venir !

 

Les préparatifs du spectacle ont commencé dès le 1er décembre et même avant, en Californie. Comment se passent les répétitions ? L’ambiance avec les chorégraphes et les autres candidates ?

Nous avons commencé à Paris, puis dès notre arrivée à Châteauroux. Tous les jours, de 9 à 18 heures, on répète, on répète. On a peu d’heure de sommeil. Avec les chorégraphes et les candidates, tout se passe très bien.

 

Le thème du spectacle cette année est la fête. Est-ce que vous pouvez nous en décrire les aspects ? 

Les tableaux représentent chacun une fête connue : le 14-Juillet, la Fête de la musique, etc. Je suis dans le tableau du 14-Juillet et les danseurs qui doivent m’accompagner viennent d’arriver. Nous aurons une chorégraphie libre, par rapport aux autres tableaux.

 

Pourquoi avez-vous dû vous rendre en Guadeloupe avec Levina Napoléon, Miss Nouvelle-Calédonie, début novembre ?

C’était pour faire notre portrait vidéo. Au départ, il devait être tourné à Tahiti. Il y a sans doute eu un problème, mais je n’en connais pas la raison.

J’étais contente d’aller en Guadeloupe parce que cela m’a permis de voir autre chose. Nous avons rencontré d’autres miss comme Miss Guadeloupe et Miss Guyane. Toutes les miss d’outre-mer se sont connues à Paris avant l’arrivée des autres candidates.

 

Revenons en arrière. Comment s’est passé le voyage en Californie ? Qu’avez-vous aimé ?

Déjà, ça m’a fait du bien de voir des Tahitiens en prenant l’avion d’Air Tahiti Nui. Je connaissais des stewards et des hôtesses. J’ai bien aimé Palm Springs et sa température qui me rappelait la maison.

Je connaissais Hollywood, mais là je suis allée dans les studios Warner Bros. J’ai aussi beaucoup aimé le parc national de Joshua Tree où j’ai vu ces gros rochers dans le désert pour la première fois.

 

Un tel voyage permet aux candidates de mieux se connaître. Quelles sont celles qui sont le plus proche de vous dorénavant ?

Mes copines ? Miss Réunion, Miss Nouvelle-Calédonie, Miss Mayotte, Miss Guyane déjà connues et depuis Châteauroux, Miss Picardie, Miss Nord-Pas-de-Calais, Miss Lorraine, Miss Champagne-Ardenne. Nous dînons souvent ensemble, mais j’essaye de changer pour ne pas toujours manger avec les mêmes personnes.

 

Et la réception avec Mareva Georges ?

Nous avons fait un petit défilé. Comme j’étais la dernière, Paul Marciano (cofondateur de Guess et mari de Mareva Georges, NDLR) m’a fait la bise.

J’ai bien apprécié son geste et aussi Mareva. On se serait cru à Tahiti ! On a même rencontré Olivier Mine, le présentateur de Fort Boyard. Et puis, on a fait la fête. J’étais même dans la limousine d’Alicia Aylies (Miss France 2017, NDLR) au retour avec plein de musique !

 

Comment a été l’accueil à Châteauroux ? Quelles sont les activités ou invitations auxquelles vous avez participé ?

Retour au froid et à la neige dès le lendemain ! C’était super, très beau ! Il y a eu des visites comme le zoo de Beauval où j’ai vu le panda, mais pas le bébé.

J’ai visité des châteaux, celui de Valençay et un autre. J’ai bien aimé parce que je n’avais jamais été dans un château (rire). Une découverte !

Nous étions aussi présentes à la patinoire de Châteauroux lors de l’illumination du sapin de Noël. Nous avons fait une parade en voitures américaines. Il y avait même des gens qui me lançaient des “ia ora na” ! Nous avons été invitées à la mairie et participé à une séance de dédicaces.

 

Allez-vous faire sensation avec votre robe dite régionale ?

Cette année, elle est tahitienne par le drapeau, mais le style fait princesse avec des paillettes. Ça change des autres années.

 

Votre papa, votre famille, de nombreux amis et supporters seront-ils dans la salle.

Oui, toute la famille est déjà à Paris.

 

Être élue Miss France, c’est rester un an dans l’Hexagone, puis être candidate à Miss Monde ou Miss Univers. Comment envisagez-vous cet avenir ?

Ce serait un plaisir. Nous avons suivi les élections de Miss Univers et Miss Monde. Ça me tente. Avant je n’y pensais pas parce que je ne les suivais pas.

 

En quoi Miss Tahiti peut se distinguer des autres candidates ? Pourquoi faut-il voter pour Miss Tahiti ?

Je pourrais surprendre là où on ne s’y attend pas. Il faut voter pour une miss simple, discrète et naturelle.

 

Propos recueillis par notre correspondant à Paris Philippe Binet

 

miss france miss france

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Selon vous, quelle troupe remportera le Heiva i Tahiti cette année en Hura Tau :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete