Habillage fond de site

MMA – Hani Flore a remporté son premier combat pro

jeudi 25 juillet 2019

Premier combat gagnant pour Hani Flore, qui brandit fièrement le drapeau polynésien. Photo : DR

Premier combat gagnant pour Hani Flore, qui brandit fièrement le drapeau polynésien. Photo : DR

Première étape franchie. Aux termes de plusieurs mois d’engagement en Californie et des mois de procédure administrative, Hani Flore est enfin entrée dans la cage professionnelle de MMA et en est sortie victorieuse.

Un combat remporté sur décision du jury, après trois rounds très disputés entre les deux adversaires. Professionnelle depuis deux ans, après avoir remporté un combat en amateur, en Australie, en 2017, elle perd son premier combat professionnel en 2018.

Or, “pour une défaite, il faut quatre victoires”, a précisé la Hine Warrior, dans l’interview à distance que La Dépêche de Tahiti lui a accordé en mai avant son combat avorté du 9 juin. (Lire ci-dessous)

Son entraîneur Colin Oyama, de la prestigieuse Team Oyama MMA and Fitness où elle s’est préparée en Californie, a un plan de carrière pour elle : la faire entrer à l’Ultimate Fighting Championship (UFC), l’année prochaine, en catégorie 115lb, environ 52 kg.

Pour cela, entre autres conditions exigées par l’organisation, elle doit effacer son ardoise de 2018, cette défaite concédée lors de la Made4TheCage en 2018, en remportant quatre combats.

Premier combat gagné samedi dernier, il ne lui manque que trois marches à monter afin d’assurer son entrée dans la grande cage de l’UFC.

“J’ai eu la chance d’avoir une adversaire de qualité et expérimentée”, précise-t-elle. “Kaiyana Rain est une ancienne de l’Invicta FC, très bonne strikeuse issue de la boxe thai également… J’ai voulu aller jusqu’au bout des trois rounds, m’éclater et me faire plaisir.”

La Hine Warrior s’offrira une bouffée d’oxygène et fera un retour éclair au fenua, le mois prochain. “En août, je rentre à peine cinq jours. C’est dur car Tahiti me manque mais c’est le prix à payer pour aller jusqu’au bout et se donner les moyens d’y arriver”, lâche la combattante.

 

Stanley Teraivanaa Sandford

 

Retrouvez ici l’interview de Hani Flore DEP310519-038

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Édouard Fritch veut que les personnes hospitalisées après un accident qu'ils ont causé, sous l'empire de l'alcool ne soient pas pris en charge par la CPS. Pensez-vous que ce soit une bonne mesure ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete