Habillage fond de site

Moetai Brotherson, la voix du Tavini au palais Bourbon

lundi 19 juin 2017

moetai brotherson patrick howell

Patrick Howel et Moetai Brotherson, même combat. (© Élénore Pelletier)

C’est une première. Les électeurs polynésiens avaient déjà envoyé un indépendantiste ou souverainiste au Sénat, Richard Tuheiava. Mais à l’Assemblée nationale, pas encore. C’est le candidat indépendantiste, Moetai Brotherson, qui est aujourd’hui député. C’est lui que les électeurs de la 3e circonscription ont choisi, plutôt que Patrick Howell.

Au soir du 1er tour des législatives, on savait que c’est dans cette circonscription que le Tapura aurait une partie à jouer très difficile, bien qu’arrivé en tête. Elle l’a été…

Au final, Moetai Brotherson a obtenu 52,50 % des suffrages exprimés, contre 47,50 % pour Patrick Howell. Un écart de 1 583 voix, sur un total de 31 623 voix exprimées.

Une défaite que le candidat Tapura a senti venir dans le courant de l’après-midi, samedi dernier, et qu’il a très vite reconnue et admise.

De son côté, le candidat Tavini a eu la victoire modeste, exprimant sa satisfaction de manière contenue, mesurée. En plateau, le vainqueur a remercié les citoyens qui ont décidé de lui faire confiance, et il a aussi délivré un message d’amour à son épouse, 0, concédant qu’elle n’était pas très motivée pour que son mari se lance dans cette aventure. Car cela signifiera de nombreux déplacements.  

 

La vague de Faa’a a étouffé Punaauia

 

Comme on pouvait s’y attendre, Patrick Howell est arrivé en tête dans la grande commune de Punaauia (929 voix de plus), mais cet écart était trop faible pour compenser la supériorité très nette de Moetai Brotherson à Faa’a (où il a fait 3 200 voix de plus que son adversaire). 

Brotherson a dominé dans cinq des neuf communes de la circo. En pourcentage, Tahaa est la 2e commune dans laquelle il a performé (61,75 %), Uturoa la 3e (54,05 %), Taputapuatea la 4e (52,98 %) et Maupiti la 5e (52,79 %).

Son moins bon score aura eu lieu à Bora Bora, où il n’aura fait que 38,75 %. Néanmoins, pour une première candidature sur son nom, même s’il incarne un parti fort et enraciné, c’est un grand succès.

 

La main presque invisible du Tahoera’a

 

Dans cette circo, qui aura connu le plus fort taux d’abstention (50,75 %), Brotherson a bénéficié d’un report de voix assez sensible. Lui-même en est certain. Même si, officiellement, Gaston Flosse a renoncé à imposer un soutien officiel de son parti en faveur de Brotherson, après le clash avec Marcel Tuihani père et fils, le parti au fe’i a visiblement agi en sous-main pour empêcher son “candidat ennemi” Tapura de l’emporter. L’esprit de revanche de Gaston Flosse vis-à-vis d’Édouard Fritch, qui a “dépassé le maître”.

Hier, sur un plateau télévisé, Jean-Christophe Bouissou a même affirmé que “le Tahoera’a a obtenu un député”. Manière d’affirmer que le parti de Flosse avait fait élire le candidat Tavini. Dans un communiqué, hier, le parti Tapura enfonçait le clou : “Patrick Howell avait deux candidats contre lui. Le premier, officiel, Moetai Brotherson, qui a eu une attitude digne tout au long de cette campagne, et que nous félicitions pour son élection. L’autre, sournois, c’était le Tahoera’a Huiraatira, qui a désormais besoin du Tavini pour exister politiquement par procuration”.

Les cadres du parti orange sont restés discrets, préférant réserver leurs commentaires et analyses à plus tard.

Un autre facteur a sans doute permis au candidat bleu de percer. Sa personnalité, tout simplement. Bonhomme, cultivé, affable, il a su lui-même séduire en dehors des terres indépendantistes. Notamment, auprès de ceux que le candidat Howell a pu faire hésiter.

 

Y.R.

 

législatives faa'a

 

Moetai Brotherson, bien aidé par les voix orange du premier tour, brise l’élan du Tapura en remportant la troisième circonscription. L’élu souverainiste s’envolera prochainement pour Paris pour découvrir l’Assemblée nationale et y trouver un groupe. Peut-être que les insoumis de Jean-Luc Mélenchon devraient lui tendre les bras. De son côté, Patrick Howell est celui qui fait rater la passe de trois au Tapura. Erreur de casting ou réelle percée du Tavini, bien épaulé par le Tahoera’a ? Édouard Fritch doit désormais se pencher sur ces communes-clés en Polynésie française s’il veut pouvoir négocier le virage des territoriales 2018.

législatives 3e circonscription

 

105
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Le Pays a lancé l'opération "plage propre", vous sentez-vous concernés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete