Montée de l’opposition face au projet de reprise des extractions à Makatea

    jeudi 10 novembre 2016

    Dany Pittman milite  en faveur de la préservation environnementale de l’atoll depuis trois ans, par le biais de l’association Te rupe no Makatea, dont elle est la présidente-fondatrice. (© Anne-Charlotte Bouleau)

    Dany Pittman milite en faveur de la préservation environnementale de l’atoll depuis trois ans, par le biais de l’association Te rupe no Makatea, dont elle est la présidente-fondatrice. (© Anne-Charlotte Bouleau)

     

     

    “Makatea est la perle rare de l’archipel des Tuamotu”. Ces mots, ce sont ceux du naturaliste Michel Huet, auteur du texte d’introduction d’une pétition en ligne adressée à la ministre de l’Environnement, Ségolène Royal, s’opposant à la reprise des exactions de phosphate sur l’atoll surélevé.

    En trois semaines, elle a déjà remporté l’adhésion de 1 300 personnes, auxquelles s’ajouteraient 2 300 signataires de la version manuscrite, circulant localement depuis plus d’un mois, par le biais des associations Fatu fenua no Makatea et Te rupe no Makatea.
    Pour Dany Pittman, vice-présidente de la première et présidente-fondatrice de la seconde, l’inquiétude s’est accrue suite à une décision du conseil municipal de Rangiroa, le 19 septembre, rendant un avis favorable au projet d’exploitation envisagé par la société australienne Avenir Makatea.

    “Les études d’impact n’ont pas été rendues publiques et aucune n’a porté sur l’eau”, regrette-t-elle, en tant que native de l’île. “On craint des conséquences horribles : ce sera la fin de Makatea !”, souligne-t-elle, en s’appuyant sur les analyses du géologue Lucien Montaggioni, publiées récemment sur la page Facebook de l’association de préservation environnementale.

     

    Les deux associations dénoncent “une opacité”

     

    Dany Pittman est rejointe sur ce sujet par la présidente de l’association des propriétaires terriens, Tupuhina Nordman, qui dénonce “une opacité”, malgré les réunions publiques organisées sur place. “Plus de la moitié des habitants sont opposés au projet. Aujourd’hui, il y a même des partisans qui se disent mitigés. Ils ne veulent pas donner leur feu vert et risquer de le regretter par la suite”, explique-t-elle par téléphone.
    Il existerait ainsi d’autres perspectives économiques, dans le cadre d’un développement durable tourné vers le tourisme et l’agriculture. “Makatea est force de proposition. Il y a deux pensions de famille et la possibilité de faire de belles randonnées. Il y a aussi la vanille, le coprah, le kaveu, l’apiculture et l’agriculture bio”, énumère Dany Pittman, sans oublier de mentionner la présence des baleines.
    Afin de réaffirmer leur position sur le sujet, les deux associations ont prévu d’unir leurs forces au cours d’une manifestation
    pacifique, à la présidence, le 30 novembre. La date et le lieu n’ont pas été choisis au hasard, puisqu’une exposition et des conférences autour de Makatea y débuteront ce jour-là, sans que leur contenu n’ait encore été dévoilé, suscitant une nouvelle fois l’inquiétude des associations.
    “Nous souhaitons être reçus par le président ce jour-là. Nous lui avons adressé une demande en ce sens”, précise Dany Pittman, déterminée à mener son combat jusqu’au bout. Une assemblée générale commune aux deux associations interviendra en amont, le 19 novembre, à la mairie de Faa’a. 

    A.-C.B.

      Edition abonnés
      Le vote

      Seriez-vous prêt à accepter de travailler avec une patente si un employeur vous indiquait qu'il ne peut pas vous salarier ?

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete