Habillage fond de site

Moorea – 80 millions pour reconstruire la plage de Tahiamanu

mercredi 2 août 2017

tahiamanu

Sur cette photo, on peut voir des souches d’arbres qui ont perdu leurs assises ainsi qu’un bout de mur d’enrochement qui situe jusqu’où allait la terre. (© Jeannot Rey/LDT)


En préambule à la réunion annuelle du comité de pilotage régional de la Communauté du Pacifique Sud (CPS) basée à Noumea, une visite sur le terrain a eu lieu, lundi toute la journée, à Moorea. Opunohu était particulièrement concernée avec, en premier lieu, la présentation des projets Integre (Initiative des territoires du Pacifique Sud pour la gestion régionale de l’environnement) liés à l’agriculture biologique. La présentation du projet phare de Resccue (Restauration des services éco systémiques et adaptation au changement climatique) qui consiste notamment à travailler sur l’érosion du littoral dont est victime la plage Tahiamanu, concrétisait le second volet de ce déplacement.

C’est une journée en deux parties qu’a vécu lundi, la vingtaine de membres de la Communauté du Pacifique Sud (CPS) invitée par la Polynésie française pour tenir sa réunion annuelle sur le territoire.

Le groupe, conduit par les responsables des projets Integre et Resccue, deux programmes de prévention et de développement pilotés par la CPS, ainsi que par des personnalités du Pays et de la Commune, a débuté sa visite sur l’île par un arrêt au belvédère.

Celui-ci offre une vue panoramique sur la vallée de Opunohu, site d’intérêt pour les deux programmes dont bénéficie Moorea, Integre et Resccue. Premier exemple : le lycée agricole et son projet soutenu par Integre, matérialisé par une parcelle de développement de l’agriculture biologique. Autre visite : celle de la ferme d’agriculture biologique située dans le lotissement agricole de Opunohu.

Après un déjeuner au Puna reo où ont été présentées les grandes lignes du plan de gestion de l’espace maritime (PGEM), le groupe de la CPS s’est rendu à Tahiamanu pour la seconde étape de cette visite. Un site affecté depuis plusieurs années au service du tourisme représenté par Rangitea Wohler et qui, depuis plusieurs mois, a bénéficié de nombreux aménagements destinés au public. Mais Tahiamanu, particulièrement sa plage, est victime d’une très forte érosion du littoral plus précisément sur sa partie sud. Selon ce qui a pu être constaté depuis plusieurs décennies, ce sont plusieurs centaines de mètres carrés de plage qui ont disparu dans le lagon.

L’érosion spectaculaire est partiellement expliquée par la houle d’ouest qui, lorsqu’elle est soulevée par les vents d’ouest, rentre par la passe et se jette directement sur cette parcelle située juste en face. Autre explication : les interventions humaines sur le littoral voisin. On parle des enrochements d’une partie de la route de ceinture qui longe le lagon, et des aménagements de remblais avec enrochement chez des particuliers.

Des travaux qui ont pour conséquence la modification des courants qui transportent le sable de Tahiamanu vers le fond. Enfin, les incessantes allées et venues des bateaux à moteur qui fréquentent le chenal, qui longent cette plage et qui provoquent les vagues dévastatrices, participent à cet effondrement du rivage.

Afin de lutter contre cette érosion, des travaux avec aménagements divers sont proposés. En premier lieu, le projet présenté par Créocean, qui vise à atténuer l’impact de la houle sur le rivage, pour ensuite recréer une plage avec le sable qui, au fil des années, est tombé vers le fond du lagon.

Le projet prévoit de maintenir ce sable en créant une retenue sous-marine qui ferait office de barrage et en même temps, de brise-lames. Rangitea Wohler, du service du Tourisme, coordinateur du projet, a précisé que “privilégier l’accès à la mer est une priorité pour le Pays. Lorsqu’on nous a soumis ce projet contre cette érosion, plusieurs réunions se sont tenues entre le service du Tourisme, la Commune et Resccue, piloté par Mahé Charles et qui a financé les études. Après les aménagements réalisés pour le parking, nous avons décidé d’ici mi-août de consacrer une enveloppe de 80 millions de Fcfp pour ce chantier, qui consiste à lutter contre l’érosion de ce littoral sur la base du rapport établi par Resccue. Tout au long de ce processus, une concertation sera établie avec la Commune, les différents services du Pays, et le milieu associatif, pour que tous ensemble, nous accompagnions ce projet qui est un projet pilote. S’il fonctionne, il pourra être appliqué sur d’autres sites très fréquentés par la population.”

C’est cet ambitieux projet qui a été présenté lundi aux membres de la CPS. Le groupe, en présence des personnalités du Pays et de la Commune, a pu constater les dégâts sur ce littoral en visitant le site, du rivage et de la mer, en embarquant sur une des vedettes de la police municipale.

Selon le bureau d’études Creocean, représenté sur place par Fanny Seguin, les travaux de réhabilitation devraient démarrer d’ici quelques semaines. Cet ouvrage en place, une action, qui consiste à végétaliser le haut de plage pour maintenir ce sable, sera expérimentée. La consultation pour la maîtrise d’œuvre est prévue ces prochaines semaines, la durée des travaux devrait s’étaler sur six mois environ.

 

De notre correspondant Jeannot Rey

 

1MOO 7 tahiamanu

Plan de masse du site où est prévu l’important chantier d’ensablement de la plage. (© DR)

3MOO 7 tahiamanu

Plan de coupe d’une zone victime d’érosion, comme c’est le cas pour la plage de Tahiamanu. (© DR)

 

190
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Le Pays a lancé l'opération "plage propre", vous sentez-vous concernés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete