Habillage fond de site

MOOREA – Après quatre jours d’ateliers, place à la restitution des travaux

lundi 7 novembre 2016

L’ensemble des techniciens et agriculteurs présents au séminaire depuis lundi dernier, a assisté à la restitution des travaux, vendredi dernier, avant le tama’ara’a de clôture. (© Jeannot Rey/LDT)

L’ensemble des techniciens et agriculteurs présents au séminaire depuis lundi dernier, a assisté à la restitution des travaux, vendredi dernier, avant le tama’ara’a de clôture. (© Jeannot Rey/LDT)

 

 

Toute la semaine dernière, une cinquantaine de techniciens et d’agriculteurs a participé à un séminaire sur le développement de l’agriculture bio. Plusieurs ateliers, en salle et sur le terrain, étaient planifiés dans les bâtiments et l’exploitation du lycée agricole de Opunohu. Vendredi dernier, tout le monde était une nouvelle fois réuni pour assister à la restitution des travaux, présentée par le coordinateur du séminaire, Philippe Couraud.

 

 

S’il fallait scinder ces travaux étalés sur cinq jours, on pourrait le faire en deux. Les points techniques, composés eux-mêmes en quatre sous thèmes, fertilité du sol, les bonnes pratiques culturales, les maladies et les ravageurs, et les semences et plants bio.
Vient ensuite un point sur les normes et contrôles avec trois sous thèmes, les préoccupations techniques, les organismes certificateurs et, enfin, la gouvernance du Poetcom, un sujet considéré comme prioritaire.

Avant de présenter cette restitution sous forme d’un Power Point, Philippe Couraud a rappelé les objectifs du séminaire, à savoir la formation avec échanges d’expériences, la mise en réseau, la préparation des recommandations et propositions pour le développement de l’agriculture biologique à l’échelle du territoire et au niveau régional notamment.

Un premier séminaire régional s’était tenu en Nouvelle-Calédonie, au lycée agricole Do Neva, en novembre 2015.

 

“Un guide de travail pour les conseillers techniques”

 

C’est avec un souci de continuité de ces premiers ateliers que ce second séminaire a été programmé, cette fois-ci, en Polynésie française, au lycée agricole de Opunohu, à Moorea.

Les résultats attendus étaient les suivants : échange d’informations sur les pratiques et techniques biologiques, informations techniques et pratiques aux agriculteurs et aux techniciens pour le développement de l’agriculture biologique, esquisser un “plan bio territorial et régional”, promouvoir l’agriculture biologique en Polynésie française et renforcer les réseaux Poetcom et interinsulaire.

Des ateliers ont été constitués pour mener à bien ces échanges, co-organisés et co-animés par les partenaires du projet Integre “réseau ferme pilote agriculture biologique en Polynésie française”.
Comme l’a souligné Philippe Couraud : “L’ensemble des sujets a été abordé, les agriculteurs ont pu comparer des techniques et appréhender certaines techniques qu’ils ne connaissaient pas”. 

“Nous pensons avoir pu récapituler les points les plus importants. Le tout aujourd’hui permet de constituer un guide de travail pour les conseillers techniques, pour ceux qui sont sur le terrain, pour les services techniques qui poursuivent l’accompagnement de la filière sur l’agriculture biologique, etc.”
Une restitution d’éléments s’est présentée comme pouvant être une feuille de route, mais comme l’a souligné le coordinateur, “elle nécessite des remarques de chacun pour l’enrichir et lui apporter de nouvelles idées”.

D’où une discussion qui s’en est suivie entre techniciens, agriculteurs et animateurs, avant qu’ils ne partagent un autre bon moment de ce séminaire, le maa Tahiti préparé par le lycée agricole avec des produits bio, cela va de soit.

 

De notre correspondant Jeannot Rey

17
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Faut-il le retour d'une maternité à Taravao ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete