Habillage fond de site

Moorea – Les commerçants souhaitent faire revivre la “Fête de l’ananas”

jeudi 9 mars 2017

ccism moorea

Une réunion s’est tenue mardi matin au magasin Caraméline entre des responsables de la CCISM et des représentants des commerçants, dont Patrick Chenu du syndic des commerçants du centre Socredo, Sandra et William Estall, de l’association des commerçants de Haapiti. (©Jeannot Rey/LDT)


Mike Ah Tchoy, directeur du pôle entreprise à la CCISM et Odile Tcheou, responsable action et promotion des commerces, ont effectué une visite mardi à Moorea pour promouvoir l’opération “Moorea Centre-Ville”. Un projet qui existe déjà avec Papeete Centre-Ville et Uturoa Centre-Ville et qui concerne l’ensemble des commerçants de ces sites. Pour Moorea, les deux représentants ont rencontré les responsables de l’association des commerçants de Haapiti et du syndic des commerçants du centre Socredo, qui ont l’idée de relancer la “Fête de l’ananas”.

Apporter de l’animation et du dynamisme au profit des commerçants et de la clientèle, locale ou touristique, c’est l’objectif du projet Moorea Centre-Ville que sont venus présenter deux représentants de la Chambre de commerce, d’industrie, des services et des métiers (CCISM) : Mike Ah Tchoy, directeur du pôle entreprise, et Odile Tcheou, responsable d’actions et de promotion des commerces.

Quelques représentants des commerçants de l’île étaient présents à cette rencontre organisée dans un commerce de Maharepa, avec Patrick Chenu, responsable du syndic des commerçants du centre Socredo, qui regroupe une dizaine de commerces et services publics (poste, banques et CPS), William Estall, président de l’association des commerçants de Haapiti, qui regroupe une vingtaine d’adhérents, et Sandra, membre du bureau.

“L’objectif de Moorea Centre-Ville consiste en premier lieu, à créer des actions prioritaires dans l’intérêt des commerçants et de la population”, explique Mike Ah Tchoy, qui confirme que le concept existe depuis mars 2010 à Papeete, et depuis septembre 2013 à Uturoa.

Ce responsable de la CCISM et sa collègue, Odile Tchéou, souhaitent que Moorea intègre ce processus, qui a porté ses fruits à Papeete comme à Raiatea. Mais sachant que Moorea ne dispose pas de “capitale” le concept devra être approché de manière différente. Un rassemblement des commerçants qui pourraient, par exemple, se fédérer en deux ou trois associations, permettrait d’aborder concrètement des idées d’actions commerciales qui toucheraient l’ensemble des professionnels (commerces et entreprises de l’île, hôtellerie comprise).

 

Actions commerciales en commun

 

Pour l’heure, une seule association de commerçants existe, celle de Haapiti, constituée au départ pour lutter contre l’insécurité et qui est aujourd’hui tout à fait favorable pour ajouter à ses prérogatives, une cellule d’actions à but promotionnel.

Du côté de Maharepa, c’est un syndic qui réunit un groupe de commerçants. Son président, Patrick Chenu, serait favorable à la création d’une association qui regrouperait les commerçants du centre, mais aussi ceux des alentours. S’en suivra, la mise en place d’une programmation commune pour des actions commerciales dont tout le monde bénéficierait.

L’une d’elles a d’ores et déjà été choisie pour lancer le processus : celle de la Fête de l’ananas. Fruit symbole de l’île, il était, chaque année, mis en valeur par une grande manifestation qui rassemblait une grande partie de la population début décembre pour une journée de fête où des jeux divers, des visites des plantations étaient programmées. Le tout se terminait par un grand tamaaraa.

“Cette fête a disparu du calendrier des festivités de l’île depuis de nombreuses années. Il faudrait la mettre sur pied à nouveau avec la participation de la Copam (coopérative des producteurs et agriculteurs de Moorea), de l’usine Jus de Fruits de Moorea, et bien sûr avec tous les commerçants, comme il existe à Tahiti la fête de l’orange. Tout le monde s’associerait à cette grande fête qui pourrait être étalée sur une semaine, avec des commerces qui mettraient ce fruit en valeur dans leur décoration, et tout une dynamique pourrait s’y associer”, explique Odile Tchéou.

L’idée a reçu l’adhésion du petit groupe qui, avant de planifier concrètement cette première action, devra se regrouper pour éventuellement monter une fédération des commerçants. Une démarche qui devrait prendre forme avant deux prochaines réunions avec la CCISM et des représentants de la Commune.

Des rencontres qui devraient être organisées en avril à la mairie de Teavaro. En attendant, CCISM, syndic et association des commerçants feront campagne pour ce nouveau projet de Moorea Centre-Ville qui ne peut qu’apporter un peu d’oxygène chez les commerçants qui regrettent trop souvent le manque d’animations.

À noter que ce projet Moorea Centre-Ville a pour référents, la Commune de Moorea-Maiao, partante pour ce dispositif, et la CCISM qui allouera un budget pour les actions de “Moorea centre-ville”.

 

 

De notre correspondant Jeannot Rey

 

Capture d’écran 2017-03-09 à 08.44.57

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

 

 

473
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Samedi se tient l’élection de Miss France. Selon-vous Miss Tahiti sera :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete