Moorea – Conseil des femmes de Polynésie française

    lundi 22 août 2016

    femmes

    Une vingtaine de membres du conseil des femmes a fait le déplacement à Moorea. Après une séance de travail, le groupe était convié par Vahine Orama à un tama’ara’a sur la plage de Temae. (Photo : Jeannot Rey/LDT)

     

    L’hébergement des vahine violentées toujours d’actualité

     

    Le conseil des femmes de Polynésie française est une fédération regroupant douze associations féminines. Il a été créé en 1982 par Tuianu Le Gayic et, depuis octobre, est présidé par Chantal Galenon.

    Parmi les associations solidaires du conseil des femmes, le club Soroptimist, la société de secours des femmes mormones, le groupe de solidarité des femmes de Tahiti et Vahine Orama pour ne citer qu’eux.

    Depuis son élection à la présidence du groupement, Chantal Galenon et son comité exécutif tentent de redynamiser cette fédération au travers d’actions ou de rencontres à Tahiti, mais aussi dans les îles.

    Les Tuamotu sont pris en compte grâce à sa représentante Maeva Tahuaitu. Depuis avril, les îles Sous-le-Vent se sentent particulièrement concernées suite à la rencontre du conseil des femmes avec quatre associations féminines de ces îles.

    Samedi dernier, c’était au tour de Moorea avec, en particulier, les membres influents de Vahine Orama. Le comité exécutif du conseil des femmes a rencontré les vahine de Moorea et discuté avec elles de leurs besoins afin de mieux cerner les problématiques existantes.

    La réunion s’est tenue à la mairie de Teavaro, où il a aussi été question de la problématique d’hébergement des femmes victimes de violences.

    L’objectif du conseil consiste à rassembler toutes les bonnes volontés de Tahiti et des îles pour travailler, ensemble, en faveur de la lutte contre la violence faite aux femmes”, explique Chantal Galenon.

     

    Une marche contre les violences

     

    D’autres rencontres sont prévues avec Vahine Orama le 26 novembre pour animer des ateliers mettant en avant la lutte contre la violence et des problèmes spécifiques aux femmes de Moorea.

    Des actions qui tendent vers l’information des femmes sur leurs droits et sur tout ce qui peut se faire au sein de la société polynésienne”,  poursuit Chantal Galenon.

    La présidente du conseil rappelle que son groupe gère un centre d’hébergement pour femmes battues, Pu o te hau, situé à Pirae.

    Ce centre peut aujourd’hui recevoir jusqu’à 35 femmes victimes de violences. Nous avons douze personnes qui encadrent ces victimes.

    Pu o te hau est un organisme subventionné par le Pays à hauteur de 46 millions de francs, géré par le conseil des femmes, dont les membres agissent bénévolement.

    En 2015, le conseil des femmes a reçu une subvention parlementaire de 2,8 millions de francs, divisée en deux parts, l’une versée au centre d’hébergement pour l’organisation des formations destinées aux femmes battues, l’autre au conseil des femmes pour son programme de formations en couture, pour son atelier “fait maison” de transformation de fruits et pour la création de potagers biologi-ques. 

    Les femmes ayant obtenu ces formations sont aujourd’hui capables de former d’autres femmes dans le besoin, hébergées au centre Pu o te hau”, confirme Chantal Galenon.

    Alors que les femmes se réunissaient à Teavaro, les paroissiens de l’Église adventiste de Paopao organisaient une marche, samedi dernier. Une cinquantaine de personnes participait à cette action de solidarité en faveur de la violence faite dans les foyers.

     

    De notre correspondant
    Jeannot Rey

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete