Moorea – Déjà sept kilomètres de route restaurés pour 700 millions de francs

jeudi 15 janvier 2015

Malgré d’importants travaux menés sur le réseau routier de Moorea, des zones restent à ce jour de véritables pistes dangereuses, parsemées de nombreux cratères. Trois sites sont particulièrement touchés : Varari aux alentours du Pk 34, Papetoai, (zone
du village), et Pihaena-Vaihere au Pk 13. Si les travaux avançaient “au ralenti” en décembre, c’est reparti de plus belle
en janvier pour les équipes de l’Équipement, qui redémarrent leurs travaux du réseau routier avec celui de Papetoai.

Passer d’un kilomètre à l’autre dans certains secteurs de l’île relève du défi. Particulièrement quand l’automobiliste ou le pilote de deux-roues doit slalomer entre les nids “d’autruche” dont la profondeur peut être particulièrement dévastatrice aussi bien pour le conducteur que pour le matériel. Un cratère mal négocié, cela peut facilement se traduire par la chute pour un deux-roues, ou par un éclatement d’un pneu, voire d’une fracture du mécanisme de direction pour les voitures. Conséquence : une facture lourde, incluant parfois un séjour à l’hôpital. Les recommandations auprès des usagers de la route de ceinture pour une conduite appropriée sont donc reconduites pour cette nouvelle année. Tout au moins tant que les travaux de réfection ne couvrent pas l’ensemble des secteurs les plus touchés. C’est-à-dire encore un bon semestre, si l’on en croit les services techniques de la Commune qui suivent de près l’évolution de la situation auprès du service de l’Équipement, seul compétent en matière de réfection et d’entretien de la route de ceinture.
Depuis août 2014, ce sont près de 7 kilomètres qui ont été pris en main pour d’importants travaux dans différentes communes associées de l’île. À commencer par Haapiti, du quai du village jusqu’à l’école, soit 2,3 km environs. Pratiquement au même moment, c’était une section de la commune de Afareaitu qui a été remise aux normes, à savoir le kilomètre qui sépare la paroisse protestante, située au Pk 8,5, de l’hôpital. Lors d’une visite de chantier sur l’île le ministre de l’Équipement Albert Solia, avait annoncé le lancement en 2014 des chantiers de Teavaro et de Papetoai. Ce qui fut fait : à savoir le kilomètre qui prend en compte toute la bute qui sépare le site de la poste, de l’entrée du Sofitel. Le chantier a débuté en 2014, il est très avancé et devrait être terminé courant février. Toujours fin 2014, des travaux ont été engagés à Paopao du Pk 10 à 11,5, c’est-à-dire la portion de route située entre l’église catholique et le site de Vaipipiha, où en février, une partie de l’accotement nord de la chaussée s’était effondrée après les fortes précipitations. L’ensemble de ce chantier devrait, lui aussi, être bouclé d’ici la fin janvier.

Au tour de Papetoai

Depuis le début de la semaine, c’est le chantier de Papetoai qui a démarré. Un chantier très attendu : à savoir 1,3 kilomètre qui couvre la portion située entre la salle omnisports et le pont situé après la servitude de l’école élémentaire. Les travaux se traduiront par une préparation des sols prenant en compte les bas-côtés de la route et un revêtement à chaud des bandes roulantes (3,25m X 2). Des travaux qui pourraient se poursuivre jusqu’à fin février début mars. Il restera alors un point chaud restant à réaliser : toute la zone située aux alentours du Pk 34, (Painapo Beach au Linareva), aujourd’hui considérée comme la plus dangereuse du circuit “route de ceinture”. Le dossier, appuyé par le maire de Moorea qui souhaite une avancée rapide des travaux de cette section, a été déposé en début d’année au ministère de l’Équipement pour un lancement espéré des travaux durant le premier semestre.
Sachant que les objectifs pour 2015 au ministère de l’Équipement, sont de remettre aux normes la zone de Papetoai (en cours) et celle partant du Pk 11,5 au Pk 16, c’est-à-dire de Pihaena et de Vaihere (début de la baie de Opunohu) on pourrait espérer une fin des travaux en septembre 2015.
En attendant, la plus grande prudence est une nouvelle fois demandée aux usagers de la route, qui traversent les zones en mauvais état, mais aussi des portions en travaux, l’Équipement ne chôme pas depuis plus de six mois, ce qui se traduit concrètement par plus de 7,2 kilomètres linéaires refaits d’ici février. À raison de cent millions de Fcfp le kilomètre, le calcul est vite fait.

De notre correspondant Jeannot Rey

Décembre au ralenti

Durant ces derniers mois, il n’était pas rare de trouver des équipes, après une belle série de pluies, pelle à la main rebouchant les trous à coup de grave-ciment (une mixture constituée de graviers et de ciment). Un procédé correct mais provisoire en attendant la pose d’une nouvelle couverture à chaud. Or durant le mois de décembre, c’était pratiquement le calme plat. Les raisons de cet arrêt temporaire : le chikungunya et les départs en vacances de fin d’année du personnel.

      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete