Habillage fond de site

Moorea – La grand-messe du tatouage se prépare

jeudi 23 août 2018

Côté mer, en face du site Te pu atitia, des stands ont été proposés aux artisans de l’île qui pourront présenter leurs produits aux visiteurs. (© Jeannot Rey/LDT)

Côté mer, en face du site Te pu atitia, des stands ont été proposés aux artisans de l’île qui pourront présenter leurs produits aux visiteurs. (© Jeannot Rey/LDT)

Le village construit pour le festival Tatau I Moorea, par l’association Mana tatau maohi au centre culturel te pu atiti’a en baie de Paopao prend forme. Une quarantaine de fare individuels et collectifs recevront 80 tatoueurs locaux et internationaux.

Le festival Tatau I Moorea se veut hors du commun. Du fait de la présence exceptionnelle de nombreux tatoueurs internationaux, des tatoueurs pour la plus part traditionnels mais aussi qui travaillent à la machine, mais aussi du fait de la présence des anciens de Moorea. Ces tatoueurs qui ont apporté, il y a de cela dix, vingt ans, voire plus pour certains, les lettres de noblesses au tatouage tribal polynésien.

On parle de Purotu, le vice président de Mana tatau maohi, Chimé, Roonui, Vatea, Tehei… Certains sont établis à l’étranger et font le voyage pour ce festival, d’autres sont revenus travailler au fenua depuis, après de longs séjours à exercer leur art sur les continents américain ou européen. Mais Mana tatau maohi a surtout misé sur la présence de nombreux tatoueurs traditionnels issus de cultures différentes.

Le public pourra rencontrer des tatoueurs d’Asie, de Samoa, des Maori, des Indonésiens, des tatoueurs en provenance du Japon, de Hawaii, de l’île de Pâques, des Tonga, et bien sûr les spécialistes polynésiens issus de tatou shop de Tahiti et des îles.

Pour recevoir tout ce beau monde, la petite poignée de tatoueurs membres de l’association Mana tatau maohi, tels que Sam Huna, le président de l’association, Purotu, vice-président, Raphael Ketterer trésorier, Michel Pikguin Gourdikian, secrétaire avec Gilles Lovisa, ont usé de beaucoup d’huile de coude pour monter en quelques mois ce petit village prévu pour 80 artistes.

“Nous nous sommes rapprochés du Service de l’agriculture, mais aussi auprès d’associations pour récupérer du bois, de quoi faire nos fare et construire notre village tatau. Nous avons participé aussi à des campagnes d’arrachage de miconia pour récupérer les troncs de ces plantes invasives”, explique Gilles Lovisa, marteau à la main, en train de monter les stands pour les artisans, au côté de bénévoles.

Des fonds pour aider l’association ont pris un peu de temps à arriver, mais une bonne partie a permis de bien faire avancer les choses, confirme Gilles qui tient à remercier tout particulièrement la Commune pour son aide. Le Tourisme et la Culture devrait de leur côté apporter prochainement leur soutien de la même façon.

La cérémonie d’ouverture est prévue le 12 septembre à partir de 10 heures, les séances seront ouvertes de 12 heures à 20 heures. Le vendredi 14 et samedi 15 de 10 heures à 22 heures. Deux journées portes ouvertes sont prévues pour recevoir le public scolaire, les 13 et le 14.

De nombreuses activités seront programmées tout au long de cette semaine de festival dans les jardins du Aimeo Lodge, partenaire de cet événement. On parle notamment d’animations culturelles, encadrées par les membres de l’association Mana tatau maohi, telles que de l’initiation à la sculpture, à l’art culinaire des pays d’où sont originaire des tatoueurs étrangers, chants et danse avec entre autre un groupe amérindien de Colombie britannique.

Si l’entrée est gratuite pour les scolaires, le public devra s’affranchir de 500 francs pour une journée de présence sur le site. Grâce à un partenariat avec le Terevau, la traversée du chenal, le transport par bus de Vaiare au site et billet d’entrée au “village”, un package à 3 750 F sera proposé à ceux qui feront la traversée Papeete-Moorea.

 

De notre correspondant Jeannot Rey

purotu tatoueur

Purotu, vice-président de Mana tatau maohi, raconte qu’il a fallu faire de nombreuses expéditions dans la vallée pour récupérer tout le bois nécessaire aux constructions. (© Jeannot Rey/LDT)

festival du tatouage

La partie réservée aux tatoueurs traditionnels, à savoir ces fare en rauoro à la charpente ligaturée. Ils resteront en place après le festival. (© Jeannot Rey/LDT)

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete