Moorea – L’arrêté du maire interdisant la pratique annulé. Interview de Vatea Quesnot

    vendredi 15 juillet 2016

    Voici la nouvelle zone utilisée par les kiters de Tiahura. Un couloir de décollage plus à droite de l’ancienne zone laissant plus de champ libre aux baigneurs. (Photo : DR)

    Voici la nouvelle zone utilisée par les kiters de Tiahura. Un couloir de décollage plus à droite de l’ancienne zone laissant plus de champ libre aux baigneurs. (Photo : DR)


    Tiahura : une nouvelle zone de décollage ouverte aux “kiters”

     

    Après une année d’interdiction de la pratique du kitesurf sur trois sites de l’île, plage Temae, Taahiamanu (entrée de Opunohu) et surtout Tiahura, le tribunal administratif a annulé, mardi, l’arrêté municipal litigieux (La Dépêche du 13 juillet).

    Le maire, Evans Haumani a pris acte de cette décision et a annoncé qu’une réunion avec l’avocat de la Commune prévue lundi décidera des suites à donner à cette affaire. Les membres de l’association des « kiters » de Moorea sont néanmoins satisfaits aujourd’hui.

    Mais ils ne perdent pas de vue que tout reste à faire, à commencer par convaincre les élus d’approuver un projet de réglementation. La Dépêche est allée à la rencontre de Vatea Quesnot, le président de l’association Moorea Kitesurf, pour en savoir plus sur le devenir de la pratique et sur ses intentions vis-à-vis du maire.

     

    Quel est votre sentiment aujourd’hui ?

    Finalement, tout le monde a perdu dans cette affaire. Les kitesurfeurs qui ont perdu du temps à essayer de tergiverser ou de négocier ; l’île de Moorea qui a perdu des touristes, locaux ou internationaux qui ont annulé leurs séjours dans l’île ne pouvant plus “surfer” ici ; l’économie car, moins de location de voitures, de logement et de fréquentation de restaurants…et bien sûr la Commune qui a perdu beaucoup d’argent. C’est dommage car c’est une polémique qui n’avait pas lieu d’être et qui, finalement, aurait pu se régler rapidement, mais avec un peu plus de bonne volonté…

     

    Comment en est-on arrivé à cette rupture aussi flagrante entre une association sportive et la municipalité ?

    Beaucoup de gens pensent comme moi, c’est une affaire qui a pris une tournure de conflit personnel. Le maire s’est retranché par rapport à ce qui s’est dit sur les réseaux sociaux, et que nous, (le bureau), nous ne pouvons pas contrôler. Nous avons toujours privilégié la discussion. Cela reste aujourd’hui notre objectif, malgré la décision du tribunal qui n’est pas une fin en soi. Nous avons gagné une première étape. Tout ce que nous souhaitons maintenant, c’est de nous retrouver autour d’une table, rediscuter de ce problème et officialiser une bonne fois pour toutes une réglementation qui est prête.

     

    Parlez-nous de cette réglementation…

    Nous avons instauré des zones d’interdiction à la navigation des kitesurfeurs, nous les avons délimitées, de même que des zones de décollage et de stockage du matériel. En suivant cet aménagement, il y aura de la place pour tout le monde.

     

    La zone de navigation ne semble pas poser de problème, mais davantage celle de “décollage”, est-ce exact ?

    Nous avons eu affaire à des riverains qui ne supportaient pas nos ailes sur la plage, c’est peut-être le point positif de cette affaire dans le sens où, aujourd’hui, les kitesurfeurs ont pris conscience qu’il ne fallait pas occuper un maximum de place sur cette plage. Nous avons donc défini une zone qui se traduit par une occupation de 20 % de l’actuelle plage de Tiahura où nous avions l’habitude de nous installer. Le reste de la zone se situe à droite en regardant le lagon, donc en dehors de la zone de baignade. Depuis que l’arrêté a été pris, les kitesurfeurs qui s’amusaient à “défier” la réglementation, utilisaient cette nouvelle zone située plus à l’Est que l’ancienne zone d’occupation.

     

    Aujourd’hui que vous avez l’autorisation de faire du kite à nouveau, allez-vous désormais occuper obligatoirement cette nouvelle zone de stockage et de décollage ?

    Les kitesurfeurs n’utilisent plus la zone plus au sud. Ils viennent ici. Nous avons aménagé une petite zone de stockage près des purau. Cette zone est utilisable et elle le sera dorénavant. Maintenant, si des “kiters” ne sont pas avertis, il nous reviendra de faire passer l’information. Mais aujourd’hui, tous les “kiters” locaux sont au courant, ils appliquent cette nouvelle donne et la respectent.

     

    Qu’en est-il de l’accès à cette zone de décollage et de stockage ?

    L’hôtel Les Tipaniers donne l’accès. Nous passons par l’hôtel et nous rejoignons la plage, puis la zone. Il n’y a pas d’autre accès. En attendant, nous allons mettre une signalétique, de façon à ce que les touristes sachent où aller, nous n’allons pas attendre que la mairie le fasse. Concernant les deux autres zones qui nous avaient été interdites, pour Taahiamanu, il n’y a pas de problème dans le sens où les kiters n’y vont pas, la zone est trop déventée. Quant à Temae, la plage est très grande, il devrait être facile à la municipalité de déterminer où la placer. Nous n’avons pas d’exigence. Cela devrait faire partie des discussions à venir.

     

    Y a-t-il quelque chose que vous souhaiteriez dire au maire ?

    Nous voulons calmer les esprits. Cela a toujours été notre volonté. Nous avons un projet, c’est pour ça que nous souhaitons le voir. Encore faut-il qu’il le veuille. La justice a tranché, nous sommes en démocratie, ce n’est pas parce qu’on a été élu que l’on peut faire ce qui nous passe par la tête. Par contre, c’est aussi à nous d’avoir la maturité d’oublier ce qui s’est passé et de discuter pour faire avancer les choses dans le bon sens. Je souhaiterais remercier les membres du bureau qui sont restés solidaires, notamment Franck Vetier, Franck Grassi et Vetea Miklus, et surtout Anna Vallejo qui a été notre support juridique. C’est grâce à elle que nous avons pu aboutir dans notre démarche.

     

    Propos recueillis
    par Jeannot Rey

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete