Habillage fond de site

Moorea – L’association Rahui veut gérer le lagon

jeudi 22 décembre 2016

rahui moorea

Une trentaine de personnes étaient présentes samedi. (© Jeannot Rey/LDT)

 

 

L’association Rahui de Moorea a tenu sa dernière réunion d’information de l’année samedi dernier. Une occasion pour faire un point sur la situation de la constitution des tomite de secteur. 2017 devrait être décisive pour l’association, en ce qui concerne sa volonté de gérer le lagon de Moorea basée sous une forme traditionnelle.

 

 

L’association Rahui de Moorea était en assemblée samedi dernier, afin de faire un point sur l’état d’avancement de son projet. Celui-ci consiste en premier lieu, à rassembler le plus grand nombre de personnes et en particulier, des pêcheurs de l’île pour ensuite mettre en proposition formelle, le principe du rahui pour la gestion du lagon de Moorea.

Une trentaine de personnes étaient réunies chez un particulier de Haapiti ; l’occasion donc, de faire un tour de table avant d’aborder l’année 2017, qui devrait s’avérer décisive pour cette association quand à la mise ne place ou non d’un système de rahui à la place de ce qui existe actuellement et qui est en cours de révision, à savoir le Plan de gestion de l’espace maritime (PGEM).

Rahui de Moorea a été créé sous l’impulsion de trois membres d’une autre association (Mata Arai), à savoir Pierre Tessier, enseignant à la retraite, Charles Atiu, généticien floral et Jean-Baptiste Atiu, agent de la fonction publique.

Leur objectif : mettre en place un système de rahui sur l’île que l’on peut déterminer par une gestion communautaire du lagon, suivant les grands principes des tomite, représentant les communautés par commune associée, chapeautés par les toohitu ou communauté des sages qui sont le centre décisionnaire.

Leur but, gérer par commune associée, l’espace lagonaire pour chaque commune, géré selon des situations propres à chacune des communes associées. Cinq zones ont été arrêtées où seront définies les rahui, une par commune associée.

L’association a été créée le 20 août 2016. Depuis, des rencontres avec la population ont été programmées, et en cette fin d’année, le bureau de l’association, présidé par Damas Brothers, conseiller municipal et membre actif au sein de l’Église protestante mao’hi, confirme que trois sections sont définitivement validées : Haapiti, Afareaitu, Papetoai. “Nous sommes ici pour confirmer que depuis le 30 juin, nous avons pu mettre en place la structure, c’est-à-dire, les tomite rahui, ce qui représente entre 10 et 50 personnes par secteurs, (commune), et les tomite Toohitu. Tout a été validé le 1er octobre lors d’une réunion qui a rassemblé trois cents personnes. Le statut a été aussi validé, de même que le règlement intérieur. Nous sommes prêts aujourd’hui à faire notre travail de proximité pour que la population de Moorea sache bien ce que nous sommes en train de lui proposer”, explique Pierre Tessier, vice-président et porte-parole de l’association Rahui de Moorea.

Pierre Tessier confirme qu’à ce jour, l’association a de nombreux soutiens en ce qui concerne son projet, qui, il faut bien le dire arrive en confrontation avec la structure PGEM soutenue par le Pays et la commune.

“Le rahui doit être bien orchestré et bien préparé pour que la population de Moorea sache ce que sera la structure du rahui que nous sommes en train de préparer.” En cours de la réunion qui s’est tenue samedi, le bureau a confirmé : “Aujourd’hui, tout le programme des besoins du rahui est transcrit. À l’intérieur de ce programme se trouvent celui de Haapiti, Afareaitu, Maatea, Papetoai. Il nous reste encore deux secteurs à mettre en place, celui de Paopao et de Teavaro. Nous avons des représentants dans ces deux secteurs, mais ils n’ont pas encore été validés, ce sera donc pour 2017. Mais aujourd’hui, nous sommes prêts à rencontrer le maire pour lui présenter notre projet ainsi que le ministre de la Mer Teva Rohfritsch qui nous a promis quelque chose et que nous attendons toujours.”

En résumé, la gestion du lagon de Moorea se retrouverait, pour l’instant, confronté à deux cadres décisionnels : celui du PGEM qui est la structure légale, basée sur un règlement qui touche tout type d’activités et qui évolue lors des plans de révisions, et celui du rahui, un système d’avantage impliqué sur la ressource, dont la gestion intérieure est variable dans la forme, selon la volonté décisionnaire d’un groupe de personnes, les toohitu.

Pierre Tessier répond : “Il est vrai que deux cadres existent, dont un PGEM qui a les lois avec lui. Nous autres, nous ne les avons pas. Il n’y a pas dans les lois du Pays un soutien au Rahui. Il est bien évident que nous avons chacun notre projet. Ce que nous demandons au Pays, au ministre de la Mer entre autre, c’est de pouvoir se rassembler.”

L’année 2017 devrait donc être décisive quant au choix, de l’une ou de l’autre solution, à moins que les autorités compétentes décident de prendre un peu des deux pour contenter tout le monde. Affaire à suivre donc.

De notre correspondant Jeannot Rey

 

 

Un peu d’histoire

“Le rahui est un interdit, une sous-catégorie du tapu. On retrouve ce terme dans tout le triangle polynésien, mais avec des définitions plus ou moins changeantes. La signification du rahui a évolué, au cours de la longue histoire polynésienne, au moins depuis le Xe siècle en plus de varier d’une île à une autre. Par exemple, aux Tuamotu pendant le XIXe siècle, le rahui est un lieu, on “va” au rahui (ou au secteur), et, comme dans l’archipel de la Société, il désigne une prohibition, une restriction temporaire. Autrefois, le rahui régulait l’usage de la mer et de la terre, laissant le temps aux ressources d’abonder avant d’être exploitées par les hommes, n’en retirant que le nécessaire. Ancestral et communautaire, ce mode de gestion des ressources maritimes et terrestres a été progressivement délaissé, car moins en phase avec une société de plus en plus peuplée et davantage portée sur le profit. Le rahui coïncide tout simplement avec la notion actuelle de développement durable.”

(source Hiro’a n°22 – juillet 2009)

 

 

 

 

73
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Samedi se tient l’élection de Miss France. Selon-vous Miss Tahiti sera :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete