Moorea – Les spécialistes du secteur privé de la santé exsangues

    samedi 21 novembre 2015

    Spécialistes paramédicaux, praticiens généralistes ou en médecine spécialisée, tous du secteur privé de Moorea, étaient réunis jeudi, en fin de journée, pour dénoncer, une nouvelle fois, le retard du remboursement de leurs actes par la Caisse de prévoyance sociale (CPS).
    Un problème qui n’est pas nouveau, puisque cette problématique avait déjà été mise en avant, il y a un peu plus d’un an et qui avait abouti, début 2015, par l’engagement de la CPS à ce que les délais de paiements ne dépassent plus les deux mois. Pourtant, si l’on en croit ces professionnels de la santé, (infirmiers, sages-femmes, kinés, dentistes, orthophonistes), présents par au moins un représentant par branche professionnelle, “ce n’est absolument pas le cas”.
    “C’est un problème récurrent depuis plusieurs années, à savoir que nous avons des délais de paiements de nos actes au tiers payant (majorités des actes) qui sont de plus en plus longs. En particulier pour le RST (régime de solidarité territorial) mais aussi pour le RNS (régime des non-salariés)”, explique un représentant kinésithérapeute.
    Une situation confirmée par les autres professionnels, qui se renouvelle depuis plusieurs années, et qui se reproduit encore une fois, avec délais constatés qui dépassent trois mois. Lorsqu’un malade est prix en charge par la CPS à 100 %, c’est la caisse qui rembourse la totalité au praticien ; pour les autres (70% de prise en charge), le malade paye au praticien sa part (30%) et le reste est remboursé par caisse.
    “Ce qui veut dire que, depuis plusieurs mois, nous avons une moyenne de 80 % de notre chiffre d’affaires qui n’arrive pas. Et c’est encore plus difficile pour les sages-femmes dont la consultation est prise en charge à 100 %.”
    Les conséquences sont, bien entendu, lourdes à supporter. Chaque professionnel de la santé est confronté en premier lieu par le règlement de ses propres charges (50 % du chiffre d’affaires mensuel) ne serait-ce que pour poursuivre normalement ses activités professionnelles.
    Ces charges incluent, le règlement du loyer, le remboursement d’emprunts pour l’acquisition de matériels médicaux coûteux, le règlement des actes de présence d’un éventuel remplaçant pour permettre quelques jours de repos et, il y a bien sûr, tout ce qui touche le quotidien.
    “Nous savons qu’il y a un problème de financement au niveau du RST, nous avons entendu que le gouvernement français allait intervenir.
    On croise les doigts. Ce que nous comprenons moins, c’est que la caisse des RNS est elle aussi concernée pour les remboursements encore plus aléatoires alors que les concernés règlent leurs cotisations mensuellement.
    C’est reparti comme avant, et ça, nous ne pouvons plus le supporter, nous avons l’impression d’être les boucs émissaires d’une gestion que nous ne comprenons pas.”
    Une sage-femme raconte : “N’étant pas payée, je me retrouve en difficulté avec ma banque. Ainsi, tout récemment, le prélèvement de mes charges CPS n’a pas pu être effectué par la CPS, et je viens de recevoir de la CPS, une majoration du fait que je n’ai pas pu honorer mes cotisations… Un comble !”
    En attendant, ces professionnels qui ont pour objectif principal, celui de poursuivre leurs activités professionnelles au service de la santé de leurs malades, n’ont pas beaucoup d’alternatives.
    “Lorsque nous écrivons au service des relations conventionnelles de la CPS, censée nous représenter, on ne nous répond pas, on n’existe pas !
    Nous sommes aujourd’hui contraints de demander à notre banquier des autorisations de dépassement, voire pour ceux qui connaissent le plus de difficultés, de faire un emprunt bancaire pour régler leurs impôts dont la première tranche tombe le mois prochain.”
    Aussi, l’idée de créer un collectif, ou une association qui représenterait l’ensemble de ces professionnels de la santé est en discussion : “si cela nous permettait de mettre en contentieux la CPS, pourquoi pas ?”, explique la sage-femme.

    De notre correspondant Jeannot Rey

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete