Habillage fond de site

Moorea – Tout le monde veut la sécurité, mais pas payer…

mercredi 18 janvier 2017

commerçant haapiti

Le bureau de l’union des commerçants du secteur de Tiahura composé du président William Estall, du trésorier Peter Ringland, et de Sandra, représentante d’un commerce du Petit Village. En présence d’Odile Tchéou, responsable actions commerciales de la Chambre de commerce. (© Jeannot Rey/LDT)


Il y a environ deux ans, un restaurateur de la zone commerciale de Haapiti était agressé alors qu’il quittait son travail à la fermeture de son commerce. Cette agression, inhabituelle de par la violence des faits, avait ému une partie de la population de l’île et en particulier tous les commerçants du secteur du Petit Village. Une association s’était alors constituée pour dénoncer, d’une part, une insécurité qui allait grandissant dans le secteur, mais aussi, plusieurs états de fait qui ne pouvaient que favoriser cette multiplication de vols constatée par les résidents et commerçants du secteur.

 

L’association a été constituée depuis et a pris le nom d’Union des commerçants du secteur de Tiahura. Rapidement, elle avait demandé à rencontrer les élus communaux, et les représentants des forces de l’ordre. Lors de cette rencontre qui eut lieu un peu plus tard, plusieurs constats avaient été dénoncés par les commerçants.

Le manque de sécurité, certes, mais aussi le dysfonctionnement des lampadaires, l’absence d’entretien des bas-côtés de la route de ceinture, empêchant les piétons de circuler.

“Depuis, les choses vont beaucoup mieux”, explique Peter Ringland, commerçant et trésorier de l’association des commerçants, “la Commune, le Pays et l’État nous ont entendus. Les lampadaires fonctionnent, les bas-côtés de la route de ceinture sont plus régulièrement entretenus, ce qui permet à nos touristes de se déplacer plus facilement. Quand à la sécurité, un poste de police municipal a été ouvert à Papetoai, ce qui peut faciliter des interventions devenues plus rapides…” 

De son côté, l’association des commerçants n’est pas restée les bras croisés. “On nous a demandé de nous regrouper et de nous prendre en charge..  Ce que nous avons fait, nous avons mis en place une surveillance avec quelqu’un que nous payons. Sauf que, le secteur privé nous est tombé dessus, nous interdisant d’organiser nous-même la surveillance du secteur.. Après maints déboires, nous avons finalement arrêté notre système de surveillance pour passer auprès d’un prestataire. Le problème, c’est le coût que cela représente. Payer un gardien, ne coûte pas le même prix qu’un vigile et nos revenus se résument aux cotisations de nos adhérents.. à savoir 10 500 F par mois.”

 

Manque de solidarité

 

Et Peter Ringland de préciser, “notre association regroupe 43 membres, tous des commerçants qui se situent dans ce secteur de Tiahura, zone Beachcomber jusque Chez Billy. Notre vigile fait sa ronde sur tout ce secteur la nuit, et tout va pour ainsi dire bien. Un vigile que l’on voit, dissuade les éventuels rôdeurs.. Sauf que sur les 43 membres qui bénéficient de cette surveillance, 19 payent leur cotisation”.

Sans aller jusqu’à dire que cette situation bancale risque de mettre en péril la motivation des commerçants entreprenant et qui cherchent à faire le maximum pour eux-mêmes et par conséquence, pour les autres aussi, ce manque de solidarité laisse un goût amer chez ceux qui n’hésite pas à mettre la main dans la poche pour faire que toute cette zone soit encore plus sécurisée. “Nous ne faisons pas ça pour nous substituer aux forces de l’ordre, notre but et d’être complémentaires au bénéfice de tous.”

C’est donc un appel à plus de solidarité que lance l’Union des Commerçants de Tiahura par la voix de son président William Estall, restaurateur : “Nous sommes tous concernés par la sécurité de nos clients. Tout le monde est content de voir que l’éclairage public fonctionne à nouveau, tout le monde est satisfait de ne plus être “visités”, il faut que nous rassembler, tous, pour avoir plus de force et plus de moyens. Nous avons d’autres projets en cours et qui devraient drainer d’avantage de touristes dans notre secteur. Notre secteur de Tiahura revit, il faut, ensemble, continuer à nous mobiliser.”

William Estall annonce qu’une réunion devrait être programmée prochainement par l’union des commerçants du secteur de Tiahura, il sera question d’un bilan des actions de ces deux dernières années et des projets prévus en 2017. Il espère donc une adhésion plus grande des commerçants du secteur.

 

De notre correspondant Jeannot Rey

 

 

34
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Faut-il le retour d'une maternité à Taravao ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete