Habillage fond de site

Moorea – Ces penu qui sortent de terre…

vendredi 6 octobre 2017

penu

François Toofa, son épouse Putoru et les petites Takihei et Eleia Teamotuaitau, posent devant le penu retrouvé sur leur terre familiale. (© Jeannot Rey/LDT)


Un second penu a été retrouvé sur la terre familiale de la famille Toofa à Haumi. La pièce lithique originaire des Îles de la Société pourrait dater du XVIIIe siècle. Les connaisseurs qui pourraient apporter plus de précisions à son propriétaire sont invités à le contacter.

Comme presque toujours, ce pilon ou penu, a été trouvé après qu’il a passé plusieurs décennies, enfoui dans la terre d’un domaine familial.

C’est François Toofa, de Haumi qui a fait cette belle découverte alors qu’il creusait dans son faa’apu pour planter un “œil de dragon” une variété de litchi.

Le penu se trouvait par environ 40 cm de fond, reposant sur son flan depuis un temps indéterminé. La pièce, qui fait partie du groupe des outils lithiques d’origine océanienne, est de taille moyenne si on la compare à d’autres outils de la même catégorie, à savoir 110 mm de haut pour un poids d’un peu moins d’un kilo.

Comme la plupart des penu celui-ci, que certaines brochures spécialisées placent dans la catégorie de pilon pour “poi”, présente trois têtes sur sa barre transversale et un corps légèrement conique pour se terminer par une base d’environ 5 cm de diamètre.

Très probablement originaire des Îles de la Société, (Maupiti a été la carrière la plus réputée du fait de la qualité de sa pierre), ce penu en basalte (il en existe aussi en bois et en corail) pourrait dater du XVIIIe ou XIXe siècle.

L’outil retrouvé il y a quelques jours est bien poli, et il semble qu’il a aussi été très utilisé, si l’on se réfère à l’usure de la pierre.

Les pilons ont été très utilisés à leur époque, pour écraser des fruits ou racines pour en faire de la nourriture ou des médicaments. Les penu, en plus de leur utilisation en tant qu’ustensile, faisaient aussi l’objet d’échanges dans toute la région, parfois même sous une forme brute.

Pour déterminer avec exactitude son âge, une analyse par un expert est nécessaire sachant que des penu ont été façonnés de la période pré-européenne jusqu’au XIXe siècle.

 

Exportation strictement sous contrôle

 

Aujourd’hui, ces objets sont particulièrement recherchés par les collectionneurs. Il y a trois ans, deux penu de bonne facture avaient été trouvés par les services de la douane, alors qu’ils s’apprêtaient à partir dans des bagages en direction de l’Europe.

Or, pour ceux qui ne le sauraient pas encore, sachez que : “Les objets de fabrication ancienne ou portant des inscriptions ou traces quelconques intéressant la culture pré-historique polynésienne ne peuvent être exportés sans une autorisation du chef du Territoire” selon un arrêté de 1962. Dans la liste énonciative des objets visés par cet arrêté figurent en tête de liste, les pilons.

En février dernier, sur cette même terre, à quelque 150 m du faa’apu de François, Hina-Nui Toofa, une fetii mettait au jour un autre penu, enterré sous une haie de auti.

Elle avait mis la main dessus alors qu’elle travaillait dans son jardin. Ne sortait de la terre, qu’une partie de la tête, ou “poignée transversale” caractéristique, là encore, des pilons des Îles de la Société.

Avec celui de Hina-Nui, puis celui de François, nul doute que cette terre située à l’intérieur de Haumi était habitée par de nombreuses familles. Il n’est donc pas impossible que d’autres outils anciens reposent sous terre.

Aussi, les prochains coups de barre- à mine seront désormais donnés avec prudence. En attendant, des informations plus précises sur cette nouvelle pièce seraient les bienvenues : son propriétaire peut être contacté au 87 31 89 25.

 

De notre correspondant Jeannot Rey

 

2MOO 4 penu

De taille moyenne, ce penu en basalte à barre transversale à trois têtes, pourrait être originaire des Îles de la Société. (© Jeannot Rey/LDT)

3MOO 4 penu

C’est en creusant pour planter un “œil de dragon” que l’objet a été découvert. (© Jeannot Rey/LDT)

4MOO 4 penu

En février dernier, Hina-Nui Toofa, en présence ici de son compagnon, Bob Jones et de leur fille Eleia, avait trouvé un peu plus loin sur la même terre, cet autre penu en basalte, plus volumineux. (© Jeannot Rey/LDT)

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Selon vous, quelle troupe remportera le Heiva i Tahiti cette année en Hura Tau :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete