Habillage fond de site

MOOREA – Rencontre entre le ministre de l’Économie bleue et l’association Moorea Rahui

lundi 31 octobre 2016

réglementation PGEM

Une cinquantaine de pêcheurs était à la réunion programmée par le gouvernement pour discuter de leur souhait de mettre en place le principe du rahui dans le lagon de Moorea. (© Jeannot Rey/LDT)


Une partie du gouvernement a rencontré les pêcheurs de Moorea, samedi dernier, lors d’une réunion planifiée chez Hiro Marchal.
Cette rencontre a permis aux pêcheurs de présenter leur projet de rahui sur l’île, proposé par l’association nouvellement constituée Moorea Rahui. Une autre rencontre est prévue prochainement avec le ministre de l’Économie bleue, Teva Rohfritsch, qui tentera d’éviter la scission entre le plan de gestion de l’espace maritime (PGEM) et les pêcheurs proches de Moorea Rahui.

 

Entre deux réunions publiques planifiées le week-end dernier à Moorea, le président du gouvernement Édouard Fritch, entouré de quelques ministres et membres du Tapura Huiraatira, a rencontré les représentants de l’association Moorea Rahui, samedi dernier, chez Hiro Marchal afin d’avoir la position de ces derniers sur le plan de gestion de l’espace maritime (PGEM) actuellement en cours de révision et d’en savoir plus sur le projet d’instauration du rahui dans le lagon de Moorea.

Une volonté largement exprimée il y a quelques semaines et qui avait fait l’objet d’une rencontre avec la presse (lire La Dépêche du 28 août) et qui jette depuis le trouble dans le processus de révision, dont fait l’objet l’actuelle réglementation et dont la nouvelle mouture devrait être officialisée en cours du premier semestre 2017.
“Le gouvernement a tenu à savoir ce que nous avons fait comme travail sur le terrain depuis quatre mois et quelles sont nos propositions, souligne Pierre Teissier, président de Moorea Rahui. Teva Rohfritsch va nous rencontrer prochainement afin que nous puissions discuter de ce que nous avons pu mettre en place. Ce matin, nous lui avons expliqué pourquoi on préfère le rahui au PGEM. Nous avons décidé de mettre en place cette association à la demande des pêcheurs de Moorea, suite à la rencontre, le 28 août, avec les responsables du PGEM organisée dans le cadre de sa révision. Lorsque nous leur avons demandé de nous fournir un bilan, nous n’avons rien obtenu.”

Mis en application depuis treize ans maintenant, le plan de gestion de l’espace maritime, premier outil de gestion d’un lagon appliqué en Polynésie française, a, comme tout nouvel outil, ses détracteurs, en particulier dans le monde des pêcheurs, dont certains, il est vrai, n’arrivent pas à s’y retrouver dans l’aménagement des aires marines protégées (AMP) et des zones de pêche réglementées (ZPR) prévues dans chacune des communes associées de l’île.

 

Des tomite rahui dans chaque commune

Années après années, cette réglementation s’est installée dans les habitudes, apportant moins d’anarchie dans la gestion du lagon de Moorea, particulièrement convoité par le privé ou le public en général au travers d’activités touristiques diverses.
Les pêcheurs se sont toujours sentis un peu à l’étroit dans cette gestion, parfois même inconsidérés, ce qui a provoqué des accrocs entre gestionnaires et association des pêcheurs.
Depuis quelques mois, le processus de révision a été lancé afin d’apporter une meilleure approche de cette réglementation auprès de tous les utilisateurs, pêcheurs en particulier. Mais pour Moorea Rahui, cette révision ne paraît pas répondre à leurs attentes, d’où leur solution d’instaurer le principe traditionnel du rahui avec ses propres gestionnaires composés de tomite rahui dans chacune des communes associées et d’un tomite toohitu qui chapeautera le tout.
Durant cette rencontre, d’autres sujets proches du monde de la pêche ont aussi été abordés,  qui tiennent davantage de la réglementation territoriale, comme les cotes qui concernent les mailles des filets.

“Nous sommes à 4,5 cm aujourd’hui. Qu’est-ce que vous voulez attraper comme poissons avec de telles mailles de filets ? Nous allons demander une révision spécifique à Moorea. D’autre part, nous allons mettre en place, au travers de l’éducation scolaire, un suivi sur le mode du rahui d’hier, d’aujourd’hui et de demain.”
Pour le ministre de la Relance économique, de l’Économie bleue et de la politique numérique, chargé de la promotion des investissements, Teva Rohfritsch, les choses sont perçues un peu différemment, comme il l’a expliqué dans un entretien avec La Dépêche. Il confirme une rencontre avec les pêcheurs et avec Moorea Rahui prochainement, afin de trouver des solutions pour une meilleure gestion “ensemble” du lagon de Moorea. Pour le ministre, “sortir du PGEM serait une grave erreur, et mettre en place un rahui à la place de ce qui est prévu par le PGEM voudrait tout simplement dire que le PGEM n’aurait plus lieu d’exister”. 

 

De notre correspondant
Jeannot Rey

Orianne Obrize
2
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

À l'approche de Noël, êtes-vous attentifs à la qualité des jouets achetés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete