Moorea – Traitement des déchets ménagers : ça déborde !

    samedi 24 janvier 2015

    Depuis le mardi 13 janvier l’Aremiti Ferry 2 est en arrêt technique. La durée de cette immobilisation vient une nouvelle fois,d’être repoussée au mercredi 28 janvier. Le navire étant l’unique transporteur de véhicules lourds, cette immobilisation entraîne de nombreuses contraintes dont celle du traitement des déchets ménagers. Les conteneurs ne sont plus convoyés sur Tahiti et, malgré une restriction de la collecte, la déchetterie est arrivée à saturation.

    Dès le premier jour d’immobilisation du ferry, il a été décidé de fermer le centre de tri de Temae au public, et de laisser un passage uniquement pour les bennes à ordures ménagères de la commune qui vont vider leurs contenus dans les conteneurs du syndicat mixte ouvert (SMO) de Fenua-Ma. Parallèlement, la commune, en charge de la collecte, a mis en place un calendrier de ramassage des ordures ménagères en maintenant certaines collectes pour le public et les commerçants et en en supprimant d’autres, comme celles des recyclables, de façon à mieux gérer les apports quotidiens à la déchetterie de Temae. Comble de malchance, la presse du centre de tri est tombée en panne, les conteneurs ont rapidement été saturés, ce qui a entraîné la fermeture complète de la déchetterie.

    La presse en panne, puis Niko…

    La commune et fenua-Ma ont prévu, en concertation, une solution temporaire de secours qui consistait à stocker les déchets ménagers à ciel ouvert. Mais là encore, le stockage n’est pas géré comme il aurait dû l’être : les ordures se sont accumulées rapidement, la drague qui devait disperser les déchets n’ayant pu faire son travail durant les intempéries. Bref, hier matin, les déchets débordaient sur la servitude, s’entassant non loin du ruisseau qui borde la zone.
    “Nous avons été informés assez tardivement de l’arrêt technique du ferry… expliquait à La Dépêche Simon Bernis, directeur de la cellule communale en charge des déchets ménagers. “Nous avons essayé de prendre les devants avec Fenua-Ma pour gérer une situation qui devait durer dix jours, de façon à pouvoir stocker l’afflux des déchets. À commencer par la fermeture au public de la déchetterie, et une réorganisation de la collecte. Malheureusement, la presse hydraulique est tombée en panne durant la première semaine, les caissons prévus pour être remplis avec cette presse n’ont pas pu l’être. Il a fallu attendre la fin de cette semaine pour réparer la presse. Après avoir appris que l’arrêt des rotations du ferry allait perdurer, nous avons décidé, après la fermeture temporairement la déchetterie, pour cause de bennes saturées, d’utiliser deux parcelles situées au-dessus et en contrebas de la déchetterie pour stocker temporairement les déchets.”
    Entre-temps la dépression Niko est arrivée, inondant toute la parcelle du haut et la rendant impraticable, entraînant alors la décision de stocker temporairement les déchets sur la parcelle du bas. “C’est un concours d’accumulation de circonstances défavorables qui fait que la gestion des déchets s’est beaucoup compliquée. Nous essayons de gérer ces stockages avec nos engins lourds, mais la pluie n’est pas aussi pour faciliter les choses.”

    De notre correspondant Jeannot Rey

     

    D’autres projets à l’étude

    Cette situation de gestion des déchets, qui aurait pu être assouplie si Fenua-Ma avait affrété un bateau en remplacement du ferry, comme l’ont fait les pétroliers et certains fournisseurs de Tahiti samedi dernier, met à nouveau en lumière la problématique d’une gestion des déchets ménagers tributaire des rotations maritimes. De toute évidence, les solutions de secours, ne sont pas suffisantes. Quant à l’idée de trouver une solution qui permettrait un traitement sur l’île, elle fait son bonhomme de chemin. Lors d’une précédente interview avec La Dépêche de Tahiti, Evans Haumani évoquait “d’autres solutions” à l’étude :  “Nous avons pris en compte les études faites part nos prédécesseurs, notamment pour l’aménagement d’un centre d’enfouissement technique (CET) C’est une des possibilités mais qui n’est pas simple ! Cela demande des grandes surfaces, des conflits à venir avec le voisinage ou des propriétaires terriens aux alentours.. Nous n’en rejetons pas le principe mais nous cherchons d’autres solutions, peut-être moins coûteuses, moins conflictuelles, et peut-être plus simple à aménager et à gérer. Il y a par exemple les solutions techniques sous condition que les outils soient adaptés à notre climatologie, car notre but est de ne pas faire les mêmes erreurs que ce qui a déjà été réalisé auparavant.”

     

    blue beam 2015-01-24 21:39:00
    http://laleveedesvoiles.fr/scandale-de-la-demoustication-en-guyane-malathion-y-a-t-il-un-pilote-dans-lavion/
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete