Moorea – Un visiteur au Moorea Beach Café

    mercredi 3 août 2016

    chef

    Albert Corre, chef étoilé du Petit Pergolèse à Paris, en compagnie de ses amis, Bruno Jamais patron du M.B.C et son chef Sébastien Fruin qui est aux fourneaux de ce restaurant de Maharepa depuis trois ans. (Photo : J Rey/LDT)


    Albert Corre, chef étoilé parisien, un petit plus pour la carte du MBC

     

    En vacances pour un mois sous les cocotiers polynésiens, Albert Corre, chef étoilé du Petit Pergolèse, son “restaurant galerie” du XVIe arrondissement à Paris, ne peut s’empêcher de se mettre aux fourneaux.

    C’est chez son ami, Bruno Jamais, propriétaire du Moorea Beach Café qu’il a souhaité faire découvrir aux  palais polynésiens, quelques-unes de ses nouvelles recettes, qui ont ici la particularité d’être travaillées avec des produits trouvés sur  nos marchés. 

    Nous parlons ici du poisson où, à la place d’une dorade méditerranéenne, le chef  choisira un beau morceau de meka ou de thon rouge pour l’intégrer dans une de ces recettes.

    Un travail mené conjointement avec le chef de la maison Sébastien Fruin, aux fourneaux du M.B.C depuis son ouverture.

    “C’est l’occasion pour moi d’élargir mes connaissance de chef cuisinier avec pour maître de maison Albert Corre…”, souligne-t-il, lors d’un déjeuner dégustation offert aux amateurs, en vue de présenter ce qui sera ajouté au menu habituel, quelques pépites culinaires, comme le “tartare de saumon des dieux au caviar et œuf de saumon” ou encore “le carpaccio de thon rouge mariné à l’huile d’olive citronné agrémentée d’une brunoise de poivron vert et civette”.

    Et que dire du “pavé de meka sur semoule de quinoa et sa vinaigrette de truffe noire, aux petits légumes et girolles” ? Mais la cerise sur le gâteau sera sans conteste, le “tatare de filet de bœuf au couteau avec truffe noire à l’emporte pièce”.

    “Le client est là pour manger local,  du thon, du mahi mahi, du meka… des poissons du lagon, mais pourquoi ne pas intégrer une petite touche extérieure, comme la truffe ou le caviar ? C’est essentiel pour faire de la gastronomie. C’est d’ailleurs un peu le but de mon séjour en Polynésie : revoir la carte du M.B.C et apporter ce petit plus pour mettre en avant le produit. Une façon bien sympathique de faire du M.B.C  un Petit Pergolèse, mais côté lagon !”

     

    De notre correspondant
    Jeannot Rey

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete