Moses Goods, un conteur hawaiien

    vendredi 9 septembre 2016

    moses

    Originaire de l’île de Maui, Moses Goods est un conteur professionnel qui a déjà partagé les histoires de ses kupuna en Europe, aux États-Unis, dans les îles du Pacifique et au Canada. (Photo : DR)

     

    Il partagera les histoires de son archipel au Festival Polynesia – Te Moana Nui a Hiva

     

    Moses Goods fait partie de la délégation hawaiienne qui arrive samedi soir à Tahiti pour participer à la première édition du Festival Polynesia – Te Moana Nui a Hiva, qui se tiendra toute la semaine prochaine à la Maison de la culture.

    Conteur hawaiien accompli ayant parcouru le monde entier, Moses Goods dispose de plusieurs cordes à son arc puisqu’il est également acteur primé, écrivain et réalisateur. Il nous parle ici de son art et des histoires qu’il partagera avec le public du festival.

     

    Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

    Mon nom est Moses Goods, mais on m’appelle aussi Kinolau. Kinolau est le nom qu’un autre conteur m’a donné. Je suis originaire de l’île de Maui, mais je vis aujourd’hui sur ‘Oahu.

     

    Comment êtes-vous devenu conteur ?

    J’ai choisi de devenir conteur quand j’ai réalisé qu’il n’y avait pas beaucoup de conteurs hawaiiens. Et je pense qu’il est important pour les peuples autochtones de raconter leurs propres histoires.

     

    En marge d’être conteur, vous êtes aussi comédien. Où va votre préférence ?

    Je ne sais pas si je peux choisir entre l’un ou l’autre parce que, pour moi, ce sont deux pratiques étroitement liées. J’ai tendance à intégrer un jeu d’acteur dans ma façon de conter.

    J’intègre aussi des chants traditionnels et du hula dans les pièces que je fais. Ce qui m’importe vraiment est de raconter une histoire de la meilleure façon possible, en utilisant ce qui me paraît le plus approprié.

     

    Écrivez-vous également vos propres histoires ou contez-vous uniquement des légendes hawaiiennes que vous connaissez ?

    La plupart des histoires que je raconte sont des légendes hawaiiennes, mais je commence aussi à incorporer mes propres histoires.

     

    Quelle est votre légende hawaiienne préférée ?

    L’une de mes légendes préférées est celle qui raconte l’histoire de Kane’apua (un demi-dieu de Hawaii qui serait, selon de nombreuses légendes, le jeune frère de la déesse Pele, NDLR).

    L’une des raisons pour lesquelles je l’aime bien est que la plupart des gens ne l’ont jamais entendue. J’aime trouver des histoires peu connues, voire inconnues, et les ramener à la vie.

     

    Quels sont, d’après vous, les éléments qui font une bonne histoire ?

    De mon point de vue de conteur, une bonne histoire est une histoire qui fait voyager l’auditoire.

     

    Que pensez-vous du concept du Festival Polynesia – Te Moana Nui a Hiva ?

    Je pense que le fait que Te Moana Nui a Hiva se concentre uniquement sur quelques cultures est très palpitant. J’ai assisté à des événements qui englobaient toute la Polynésie, voire la totalité du Pacifique et, bien que ces festivals fussent incroyables, ils pouvaient être un peu écrasants avec tout ce qu’ils avaient à offrir.

    Le petit nombre de cultures représentées à ce festival permettra aux gens d’apprendre à un niveau plus profond et d’observer plus clairement les similitudes et les différences entre nos cultures.

     

    Peut-on avoir un aperçu des histoires que vous nous raconterez ?

    Bien sûr, voici un extrait d’une des histoires que je conterai :

    La naissance de Nanaue était comme toute autre naissance ; et enfant, quelques-uns pouvait dire qu’il était différent de tout le reste. Mais tandis que les autres petits garçons nageaient et jouaient tout nu, Kalei veillait toujours à ce que le kihei de Nanaue soit attaché très serré. Car s’il semblait être un enfant normal, son kihei dissimulait un terrible secret. Dans le dos de ce petit garçon, apparemment inoffensif, s’ouvrait une bouche dans laquelle se trouvaient des rangées de dents dangereusement pointues. Et chaque fois que Kalei l’emmenait nager dans un coin isolé, toute la mesure de son héritage prenait forme et il devenait un requin comme son père, Kamohoali’i.

     

    Durant le festival, vous tiendrez également des master class avec des conteurs de Aotearoa et de Rapa Nui. De quoi y sera-t-il question ?

    Pour une grande partie de la master class, il s’agira de partager nos perspectives culturelles et individuelles sur ce que nous faisons, ainsi que nos techniques respectives.

    Ceci dit, ce sera la première fois que nous nous rencontrerons. Donc, je suis impatient de voir ce que nous pouvons découvrir, en tant que groupe, pour vraiment faire en sorte que cette master class soit percutante.

     

    Avez-vous un message à adresser aux Tahitiens ?

    S’il y a une chose que je pourrais dire à la population de Tahiti, ce serait de leur faire savoir que je viens en portant avec moi la seule chose à laquelle nous, Hawaiiens, attachons le plus de valeur : Aloha.

     

    Propos recueillis par V.H.

     

        Retrouvez dans notre édition du jour :       

    • Encadré : Les différents rendez-vous avec Moses Goods
    • Encadré : Mini Bio

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete