Habillage fond de site

Bannière sur-titre PI

Le Musée de Tahiti et des îles va opérer sa mue

vendredi 25 août 2017

musée de tahiti

Édouard Fritch a écouté avec attention toutes les explications des futurs aménagements mais aussi des trésors qu’abrite le musée, tant dehors que dans les archives. (© Christophe Cozette)


Le Musée de Tahiti et des îles est le premier bâtiment du Pays à être équipé de panneaux solaires, depuis un mois. Heremoana Maamaatuaiahutapu a présenté hier, à Édouard Fritch, les futurs aménagements prévus pour la salle d’exposition permanente. Économies d’un côté, lourds investissements de l’autre, le musée de Punaauia voit grand et loin.

Hier matin, au Musée de Tahiti et des îles, à Punaauia, désormais dirigé par Miriama Bono, le ministre de la Culture, Heremoana Maamaatuaiahutapu, a présenté au président du Pays, Édouard Fritch, une réalisation pour l’environnement et un projet pour la culture pour Te Fare Manaha, deux portefeuilles de son ministère.

Le musée devient le premier bâtiment du Pays à se doter de panneaux solaires mais, surtout, va devenir, d’ici deux ans, un splendide “outil” de plus de 800 millions de francs, nécessaire et incontournable pour un pays qui se veut réellement à vocations touristique et culturelle.

La visite a démarré avec l’inauguration du compteur solaire, en marche depuis un mois exactement et qui a déjà permis d’économiser 6 tonnes de carbone pour l’environnement.

Et les économies engendrées par l’installation, qui devrait être amortie d’ici cinq à six ans, selon le ministre de l’Environnement, devraient alléger de 30 % la facture d’électricité, qui représente tout de même 10 % du budget total de l’établissement.

Cette baisse de la facture “va pouvoir être répercutée sur des opérations comme les expositions ou la préservation des objets. Le musée ne s’en portera que mieux”, savoure le ministre de l’Environnement et de la Culture.

 

S’immerger dans la civilisation ma’ohi

 

Mais le plat de résistance est venu ensuite avec la présentation des futurs aménagements, de la future salle d’exposition permanente notamment, car le projet global, d’un montant de plus de 800 millions d’investissement, concerne les parkings, l’entrée, les jardins…

Bref, l’ensemble de ce haut lieu de la culture polynésienne, qui, par la même occasion, prendra de la hauteur et se situera à 5 mètres au-dessus de la mer, afin de pallier une éventuelle montée des eaux.

Les travaux devraient démarrer en octobre pour une construction dès octobre 2018. Le chantier devrait durer 18 mois avec la prouesse de laisser ouvert le musée, la salle d’exposition temporaire se transformant en salle d’exposition permanente.

“Les salles qui n’ont pas bougé depuis 1977”, que nous avons tous visitées au moins une fois dans notre vie, ont été conçues à une époque “où les musées étaient basés sur le modèle des salles de châteaux”, a précisé l’architecte du projet, c’est-à-dire avec ses objets exposés dans diverses salles, derrière des vitres, comme figés.

Demain, un seul et gigantesque espace de 1 400 m2, modulable à souhait dans les trois dimensions et ouvert sur l’extérieur au sud et au nord, abritera les objets polynésiens.
Ils seront “classés” dans un espace commun à l’ensemble de la Polynésie puis, répartis dans un second espace, selon les spécificités de nos cinq archipels.

Évidemment, le public disposera de la technologie nécessaire (réalité augmentée, 3D) pour s’immerger dans la civilisation ma’ohi, soit par casque, soit par application (le choix reste à définir), pour satisfaire à la fois les scolaires et le grand public, local comme touristique.

Le visiteur sera littéralement “dans un livre où l’on déambule”. Le muséographe choisi n’est ni plus ni moins que celui du Louvre de Lens, l’une des nouvelles annexes du musée le plus visité au monde. 

D’ici là, l’herbier qui a été cédé au Pays va bientôt être présenté au public, en plus du jardin. Les travaux sont en cours. Dans ce futur projet d’ampleur, l’entrée sera totalement revue et inspirée par les fare traditionnels.

Les jardins seront également sublimés, un snack et un restaurant devraient voir le jour en bord de mer et un espace est d’ores et déjà prévu pour une future extension, qui pourrait abriter, par exemple, la collection d’art de Paul Chichong, comme cela a été évoqué hier. 

Christophe Cozette

 

musée de tahiti

Vues avant (haut) et arrière (bas) de la future salle d’exposition permanente du Musée de Tahiti et des îles. Une salle idéale, aux normes internationales, pour abriter “la plus riche collection d’objets polynésiens du monde”.

 

interview histoire musée de tahiti

51
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

C'est la semaine de la mobilité, dans votre quotidien, faites-vous des gestes comme :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete