Les muto’i veillent à la sécurité des noctambules de la capitale

    lundi 5 septembre 2016

    police

    Désormais, chaque premier et dernier vendredi du mois,
    les noctambules de Papeete croiseront sur leur chemin
    des muto’i en patrouille. (Photo : John Hiongue / LDT)

     

    Papeete – La brigade pédestre patrouille la nuit chaque premier et dernier vendredi du mois

     

     

    La brigade de la police municipale de Papeete compte 60 muto’i. C’est la plus grande brigade en Polynésie française en termes d’effectifs.

    Malgré la baisse de la délinquance constatée dans la capitale par la direction de la sécurité publique (DSP), 19 policiers municipaux, sous les ordres de Roger Lamy ont effectué, vendredi dernier, au soir, des patrouilles dans le centre-ville de Papeete.

    Michel Buillard, assisté de quelques élus du conseil municipal, était présent pour les encourager.

    Objectif recherché par la municipalité : renforcer la sécurité en ville et discuter avec les jeunes qui traînent souvent autour des restaurants, des bars et des discothèques. Une police de proximité en quelque sorte.

    Vendredi dernier, il s’agissait de la troisième opération de ce type pour la brigade pédestre depuis sa création.

    “Nous avons quatre équipes à pied et deux équipes en véhicule. La surveillance dure jusqu’à 6 heures du matin. On a commencé au mois de juillet”, commente le chef de la brigade de la police municipale à Papeete, Roger Lamy.

    Les muto’i de Papeete disposent désormais d’une plus grande amplitude horaire afin de sécuriser la population qui descend en ville, pas uniquement en soirée mais également en journée.

    “Nous aurons des missions à assurer et vous serez jugés sur votre comportement. Vous avez toujours fait votre boulot et maintenant, ça devient de plus en plus difficile. Je remercie les anciens qui se sont prêtés au jeu. On vous regarde, soyez dignes des fonctions que vous occupez”, lance Michel Buillard en s’adressant aux muto’i avant de partir en patrouille avec eux.

     

    Ces derniers patrouillent au niveau des cinémas, des restaurants, des bars et des boîtes de nuit. Ils couvrent une zone assez large, allant des abords du marché de Papeete au parc Bougainville, en pasant par le front de mer et la place Vaiete.

    En règle générale, le début de soirée est toujours calme et ce n’est qu’après minuit que les esprits ont tendance à s’échauffer en raison de la consommation d’alcool, notamment autour des discothèques.

     

    Contrôle d’alcoolémie

     

    La police surveille donc de près les noctambules en étroite collaboration avec la DSP et surtout grâce à la présence de caméras de vidéosurveillance.

    Des caméras Full HD nouvelle génération dans lesquelles la commune a investi avec le soutien de l’État.

     

    “Nous avons pour l’instant 18 caméras opérationnelles, il y en aura huit autres avant la fin de l’année. J’ai 60 policiers et la police municipale fonctionne sept jours sur sept, 24 heures sur 24”, affirme Roger Lamy.

    Vendredi dernier, les muto’i de Papeete ont fait leur tournée avec le maire. La soirée a été jugée calme. Un résultat encourageant pour la poursuite de ce dispositif.

     

    De son côté, la DSP a mis en place, le même soir, un poste de contrôle d’alcoolémie devant la boutique Vodafone, non loin du cinéma Liberty. À 21 h 30, les forces de l’ordre avaient déjà contrôlé un conducteur de deux-roues positif. Son scooter a été immobilisé sur le champ, évitant peut-être un accident.

    D’autres communes de la zone urbaine envisagent également de créer une brigade pédestre de muto’i. C’est notamment le cas à Arue où le projet est en cours de montage.

     

    De notre correspondant J.H.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete