Habillage fond de site

Mystérieux assassinat du demi-frère du dirigeant nord-coréen

mercredi 15 février 2017

Des gens regardent à la télévision les journaux télévisés  annonçant l’assassinat de Kim Jong-Nam, le demi-frère  de Kim Jong-Un. (Photo : Jung Yeon-Je/AFP)

Des gens regardent à la télévision les journaux télévisés annonçant l’assassinat de Kim Jong-Nam, le demi-frère de Kim Jong-Un. (Photo : Jung Yeon-Je/AFP)

 

Un demi-frère du dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un, en disgrâce, a été assassiné en Malaisie, ont rapporté hier des médias sud-coréens, une chaîne de télévision précisant qu’il a été attaqué avec des aiguilles empoisonnées à l’aéroport de Kuala Lumpur.

Aucune source officielle à Séoul ou Kuala Lumpur n’a pu confirmer ces informations sur l’assassinat de Kim Jong-Nam, 45 ans, fils aîné du dirigeant défunt Kim Jong-Il.
Pressenti un temps comme héritier de la Corée du Nord, ce partisan de réformes dans son pays et critique du mode de succession dynastique du pouvoir, vivait de facto en exil.

La police malaisienne a diffusé un communiqué indiquant qu’un Nord-Coréen, identifié comme Kim Chol, avait demandé une aide médicale à l’aéroport international de Kuala Lumpur, avant de succomber sur le chemin de l’hôpital. Or, selon des médias sud-coréens, Kim Jong-Nam voyageait avec un faux passeport au nom de Kim Chol.

Si l’information était confirmée, il s’agirait du plus haut dignitaire assassiné sous le règne de Kim Jong-Un depuis l’exécution en décembre 2013 de l’oncle du jeune leader nord-coréen, JangSong-Thaek, qui fut un temps le numéro deux officieux du régime.

Soumis à une pression internationale croissante à propos des programmes nucléaire et balistique nord-coréen, Kim Jong-Un cherche à renforcer son pouvoir.
Lundi, le Conseil de sécurité de l’ONU a condamné à l’unanimité – y compris la Chine, principale alliée de Pyongyang – le tir de missile effectué dimanche dernier par la Corée du Nord.

Les annonces de purges, d’exécutions et de disparitions – certaines étant confirmées, d’autres non –, sont fréquentes depuis son arrivée au pouvoir en décembre 2011.

Selon une source citée par l’agence de presse nationale sud-coréenne Yonhap, ce sont des agents du renseignement nord-coréen qui ont assassiné le transfuge en profitant d’une brèche dans la sécurité de ce dernier entre ses gardes du corps et la police malaisienne à l’aéroport. Kim Jong-Nam a été empoisonné avec des aiguilles par deux femmes non identifiées à l’aéroport, avance la télévision sud-coréenne Chosun, citant plusieurs sources gouvernementales, ajoutant que les deux femmes ont ensuite hélé un taxi et se sont enfuies.

Kim Jong-Nam, qui a dirigé le service de contre-espionnage de la police secrète du régime, entre autres postes stratégiques, était tombé en disgrâce suite à une tentative manquée en 2001 d’entrer au Japon avec un passeport falsifié pour soi-disant visiter Disneyland. Depuis, il a vécu principalement dans le territoire chinois de Macao.

 

AFP

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

La pose des silhouettes noires peut-elle avoir un impact sur les habitudes de circulation ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete