Najat Vallaud-Belkacem : « Nous avons bien des dossiers, bien des chantiers à voir ensemble »

    jeudi 20 octobre 2016

    aimg_2361

     

    La Ministre de l’Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem est arrivée ce jeudi soir à l’aéroport de Tahiti-Faa’a où elle a été accueillie par le président Édouard Fritch et l’ensemble de son gouvernement, ainsi que les représentants de l’État et du vice-rectorat. Après avoir été abondamment fleuri, la jeune ministre a pris la parole devant les médias locaux, sans dévoiler les annonces qu’elle devrait faire durant cette visite sur le fenua qui la mènera à Huahine et Rangiroa.

     

     

    Vous venez d’arriver en Polynésie française. C’est la première fois qu’un ministre de l’Education vient ici…

    Najat Vallaud-Belkacem : Je suis très heureuse d’arriver à l’instant à l’aéroport en Polynésie. Cela faisait très longtemps que j’avais envie d’accepter l’invitation qui m’a été faite par le Président Édouard Fritch que je remercie à nouveau très chaleureusement. J’ai décidé d’accepter cette invitation parce que je crois que c’est très important qu’une ministre de l’Éducation nationale vienne pour la première fois ici sur ce territoire. Cela ne s’était jamais produit par le passé. Or, nous avons bien des dossiers, bien des chantiers à voir ensemble. Vous avez un système éducatif auquel vous apportez la plus grande attention : cette charte de l’éducation que vous avez adoptée récemment, la convention décennale qui se prépare surtout. J’ai voulu pouvoir venir ici, dans le Pays, à la rencontre de ceux qui font l’éducation. C’est à dire à la fois les hommes politiques mais aussi les enseignants sur le terrain. J’aurai la chance dans un programme relativement dense de rencontrer aussi bien des enseignants et des élèves d’école primaire, de collège, de lycée, à l’université aussi évidemment puisque je suis en charge de l’enseignement supérieur, sur des thématiques très diverses qui me feront aborder aussi bien la question du numérique que la question des internats dont je sais qu’elle est très importante dans ce territoire fait d’archipels. Je suis encore un fois très heureuse d’être là. Merci de l’accueil qui m’a été réservé, je trouve cela aussi très émouvant, c’est assez rare. J’ai hâte que notre programme commence.

     

    Vous avez fait 24 heures de vol pour arriver ici. Est-ce un premier enseignement pour vous ?

    Je disais au président que cela a l’avantage de vous permettre de réfléchir parce que vous avez du temps devant vous. Le déplacement de manière générale va être assez chargé donc c’était agréable d’avoir 24 heures de repos. J’espère que les trois jours ne seront pas trop faibles pour prendre la mesure de ce qu’est ce territoire que je sais très riche et très complexe.

     

    Entre l’isolement géographique, des internats en mauvais état, comment l’État peut-il aider, pour que les élèves aient les mêmes chances de réussite scolaire qu’un enfant de métropole ?

    C’est précisément pour cela que je voulais venir aussi, pour faire un certain nombre d’annonces. Permettez-moi de ne pas toutes les décliner ici, mais toute au long du déplacement, parce que la Polynésie a été candidate à se faire financer un certain nombre de choses en matière d’internat, notamment sur le programme d’investissements d’avenir. J’aurai donc l’occasion d’apporter quelques réponses durant mon déplacement. Mais en tout cas, clairement, garantir la réussite scolaire des enfants en Polynésie, cela passe notamment par cette question de la continuité géographique, des internats, de l’aide aux déplacements.  

    Florent Collet

      Edition abonnés
      Le vote

      Seriez-vous prêt à accepter de travailler avec une patente si un employeur vous indiquait qu'il ne peut pas vous salarier ?

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete