Habillage fond de site

Nations Unies – Édouard Fritch : “Mon peuple n’a jamais été tenté par l’indépendance”

mercredi 4 octobre 2017

fritch ONU

Édouard Fritch : “Mon peuple a toujours choisi de donner la priorité au développement, à l’épanouissement de ses populations et de leurs îles, et non à l’idéologie politique”. (© présidence)


Édouard Fritch s’est exprimé, hier à New York, devant la quatrième commission de l’ONU chargée des questions de décolonisation. Le président du Pays a dit qu’il ne comprenait pas pourquoi la Polynésie française était inscrite sur la liste des territoires non-autonomes. Il a déclaré que la priorité était au développement économique et non à l’idéologie, visant directement les indépendantistes qui ont pris ensuite la parole.

“La Polynésie française est un véritable pays autonome et elle n’est pas sous domination coloniale.”

Tel est le message qu’a développé le président du Pays, hier à New York, devant la quatrième commission de l’Organisation des Nations Unies (ONU) chargée des questions de décolonisation.

Ce comité avait recommandé à l’Assemblée générale, suite au travail de sensibilisation mené par les élus du Tavini Huiraatira, de prier la France “d’intensifier son dialogue avec la Polynésie française afin de favoriser la mise en place rapide d’un processus d’autodétermination équitable et effectif, dans le cadre duquel seront arrêtés le calendrier et les modalités de l’adoption d’un acte d’autodétermination”.

Édouard Fritch a d’abord tenu à rappeler que le 8 septembre, à la décision unanime du Forum des îles du Pacifique, la Polynésie française y a siégé en tant que membre de plein droit.

“C’est le résultat de treize années d’observations et d’analyses de la situation institutionnelle et politique de la Polynésie française par les instances du Forum dont vous connaissez le sérieux”, a-t-il insisté.

Selon lui, il est contradictoire que la commission soutienne que la Polynésie française n’est pas autonome, tout en prenant acte qu’elle est pleinement admise au Forum.

 

“Nous décidons et nous assumons”

 

Édouard Fritch a estimé que l’évaluation menée en 2016 et concluant que le territoire ne remplit pas l’ensemble des critères d’autonomie manquait d’objectivité, car l’expert l’ayant rédigée est “rémunéré par un parti indépendantiste polynésien”.

Il a dénoncé “une volonté manifeste de favoriser les points de vue de ceux qui, par dogmatisme, sont partisans des théories de libération contre ceux qui respectent les processus internes d’évolution propres à chaque territoire”.

Le président a ensuite développé un discours visant à prouver que la situation économique et l’emploi se sont encore améliorés, évoquant la “bonne note” attribuée par Standard and Poor’s, la “stabilité politique”, la “gestion plus transparente des affaires publiques”, ainsi que la “coopération intelligente et active avec l’État français”.

Il a rappelé qu’il avait signé avec le président de la République François Hollande un accord pour le développement du fenua pour les quinze prochaines années, accord confirmé par Emmanuel Macron.

“Quelle honte y a-t-il pour un pays insulaire à s’appuyer sur un grand pays tiers, pour nous la France, pour assurer sa sécurité et celle de ses populations ?”, s’est interrogé Édouard Fritch. “Ce n’est pas parce que l’armée et la justice françaises assurent localement notre sécurité que les Polynésiens sont ou se sentent colonisés”.

 

Damien Grivois

 

ONU décolonisation autonomie

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Selon vous, quelle troupe remportera le Heiva i Tahiti cette année en Hura Tau :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete